A
A

États-Unis : Joe Biden séduit par la technologie blockchain et ses avantages

jeu 24 Mar 2022 ▪ 20h00 ▪ 7 min de lecture - par Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

« Il y a deux semaines, des développements importants ont eu lieu pour la technologie blockchain et les cryptomonnaies aux États-Unis, ce qui est de bon augure pour l’industrie naissante dans son développement et son adoption. » C’est en ces termes que Joe Biden a qualifié la blockchain, dans le cadre d’une publication d’un décret ordonnant une étude autour de cette technologie avant-gardiste.

technologie blockchain joe biden

Biden et la technologie blockchain, le coup de foudre

Le 9 mars dernier, le président des États-Unis a rendu public un décret assez complet priant une douzaine de personnes à se pencher sur les enjeux économiques de la technologie blockchain. Ce petit groupe inclut notamment des membres du cabinet du POTUS, des agents départementaux et gouvernementaux.

Cet acte perpétré par le président a surpris plus d’un au niveau de l’exécutif américain, même Al Gore, ancien vice-président sous Bill Clinton. Joe Biden a, en effet, brulé les étapes dans sa démarche : au lieu d’attendre une action législative, il a préféré pondre un décret. Ce geste lui vaudra certainement le titre de premier président américain qui a fait progresser la technologie de manière significative.

Le décret en question se décline sous plusieurs thèmes. Parmi eux figure l’obligation de coordination entre les différents ministères et agences gouvernementales, une approche favorable à l’établissement de rapports dans un court délai. Biden a même précisé que le rapport doit inclure des études sur des sujets spécifiques par toutes les instances concernées.

« Dans les 180 jours suivant la date de cet ordre, le secrétaire au Trésor, en consultation avec le secrétaire d’État, le procureur général, le secrétaire au Commerce, le secrétaire à la Sécurité intérieure, le directeur de l’Office of Management and Budget, le directeur du Renseignement national et les responsables des autres agences concernées soumettra au président un rapport sur l’avenir de la monnaie et de systèmes de paiement, y compris les conditions qui favorisent une large adoption des actifs numériques : la mesure dans laquelle l’innovation technologique peut influencer ces résultats ; et les implications pour le système financier des États-Unis, la modernisation et les changements des systèmes de paiement, la croissance économique, l’inclusion financière et la sécurité nationale. »

Une CBDC pour la FED

Le président Biden reconnait l’inquiétude liée à la tentative de la Chine de perturber l’hégémonie du dollar américain par le biais d’un yuan numérique. Raison pour laquelle il enjoint ses lieutenants à examiner les moyens par lesquels « les CBDC étrangères pourraient remplacer les monnaies existantes et modifier le système de paiement d’une manière qui pourrait compromettre la centralité financière des États-Unis [c’est nous qui soulignons] ».

La Chine, aura-t-elle la chance de voir cela arriver un jour ? Pour le President of United States (POTUS), la réponse est négative. Ainsi, il n’hésita pas à encourager Jay Powel, président du Conseil des gouverneurs de la FED, dans ses recherches sur les CBDC. Mis à part la remise d’un rapport, ce dernier est également convié à élaborer « un plan stratégique […] qui évaluera les étapes et les exigences nécessaires à la mise en œuvre et au lancement potentiels d’une CBDC américaine [c’est nous qui soulignons] ».

À l’issue d’une consultation avec le procureur général et le secrétaire au Trésor, Powell est tenu de proposer « une évaluation de la nécessité d’apporter des modifications législatives à l’émission d’une CBDC américaine ». Un délai de 180 jours lui a été accordé pour la réalisation de cette mission.

Bref, Biden est totalement embarqué dans la technologie blockchain et veut une CBDC américaine dans les plus brefs délais.

Quid du rôle des agences dans l’appropriation de la blockchain ?

Cabinet du président 

En collaborant avec certaines agences, celui-ci aura à étudier et de faire un rapport sur les questions pertinentes autour de la technologie blockchain, et ce, selon leur compétence.

Procureur général 

Il doit concevoir un rapport sur les rôles des organismes chargés de l’application de la loi dans la détection, l’enquête et la poursuite des activités criminelles liées aux actifs numériques.

Federal Trade Commission 

Son rôle se résume à l’examen des effets de la croissance des actifs numériques sur la politique de la concurrence, les intérêts de la vie privée et les mesures de protection des consommateurs.

Securities and Exchange Commission et Commodity Futures Trading Commission

Grâce à une étroite collaboration avec la Fed, le contrôleur de la monnaie et la Federal Deposit Insurance Corporation, ces deux institutions sont en charge de l’examen des mesures de protection des investisseurs. Ils se pencheront également sur les marchés en fonction de leur juridiction respective. Cela dans le but d’évaluer les risques des actifs numériques et de prendre « des mesures supplémentaires » en cas de nécessité.

Financial Stability Oversight Council ou Conseil de surveillance de la stabilité financière

Ce conseil doit aussi produire un rapport, dans un délai de 210 jours, « décrivant les risques spécifiques de stabilité financière et les lacunes réglementaires posées par divers types d’actifs numériques et fournissant des recommandations pour traiter ces risques ». À noter qu’il se compose de plusieurs agences incluant la SEC, le CFPB, le CFTC et les agences bancaires fédérales.

Dans la dernière partie du décret, le président a mis en exergue les principes et politiques de base guidant les actions futures du gouvernement. Ils se résument de la sorte :

« Des mesures énergiques pour réduire les risques que les actifs numériques pourraient poser aux consommateurs, aux investisseurs et aux protections des entreprises ; la stabilité financière et l’intégrité du système financier ; la lutte et la prévention du crime et du financement illicite ; la sécurité nationale ; la capacité d’exercer les droits de l’homme ; l’inclusion et l’équité financières ; et le changement climatique et la pollution. »

En gros, ce décret nous laisse entrevoir la préoccupation actuelle du gouvernement américain. Plusieurs détails démontrent une approche réfléchie, systématique et complète de la technologie blockchain, des actifs cryptographiques et des monnaies numériques. Dans les 12 ou 18 mois qui viendront, attendons-nous à des nouvelles règles et réglementations très solides de la part de l’ensemble de l’administration américaine.

Source : Cointelegraph

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA avatar
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !