L'échec des monnaies fiat transforme Bitcoin en valeur refuge (étude Grayscale)

mer 13 Mai 2020 ▪ 13h00 ▪ 4 min de lecture - par Rédaction CT

En pleine crise sanitaire avec la pandémie du Covid-19, le monde doit également faire face à la paralysie de plusieurs activités économiques. En guise de riposte, les gouvernements et les banques centrales ont donc pris de nombreuses mesures de relance monétaires et fiscales. Des politiques d’assouplissements quantitatifs et l’augmentation de la masse monétaire ont ainsi vu le jour. S’il faut s’attendre à une dépréciation des monnaies fiduciaires, les cryptomonnaies à l’instar du bitcoin pourraient en profiter. C’est du moins l’analyse qui est faite par Grayscale dans son rapport intitulé « Quantitative Tightening ». Plus d’explications dans la suite.

Le Bitcoin : la nouvelle valeur refuge ?

Le plus grand gestionnaire d’actifs numérique fait bien de rappeler les causes des politiques monétaires agressives depuis la création du Bitcoin. Il s’agit des niveaux d’endettement insoutenables et de la crainte d’un défaut de paiement généralisé. Avec l’impression monétaire illimitée, le rapport conclut que les devises fiats comme le dollar risquent d’être dévaluées. Grayscale va plus loin en suggérant que le rôle de l’or comme valeur refuge est désormais dépassé. Pour justifier cette analyse, le rapport se base sur les problèmes de livraisons et les obligations d’État qui ne serviraient qu’à masquer des rendements réels faibles ou négatifs.

Pendant que les banques centrales optent pour une politique d’assouplissement quantitatif illimité, l’offre de Bitcoin sera réduite avec le prochain halving. Cette opposition amène d’ailleurs certains spécialistes à qualifier la situation de durcissement quantitatif. Il n’en fallait pas plus pour que Grayscale affirme que « le Bitcoin montre des signes laissant penser qu’il pourrait devenir une valeur refuge tout en maintenant un profil de rendement asymétrique ». Ainsi, face au rôle de plus en plus fragile de l’or comme valeur refuge, le gestionnaire d’actifs présente le Bitcoin comme solution.

La bonne santé du Bitcoin malgré la crise

C’est sans doute un argument non négligeable qui s’ajoute pour atteindre l’acceptation du bitcoin par les banques centrales. En effet, la cryptomonnaie présente de meilleures performances que l’or en termes de croissance depuis le début de l’année. Et quand on sait que les précédents halving ont été suivis d’une percée des prix, on peut s’aventurer à dire que le meilleur reste à venir d’ici la fin de l’année. Grayscale s’en est par ailleurs bien sorti malgré la chute des prix en mars avec la pandémie du Covid-19 comme l’a rappelé Cointelegraph.

La société gère désormais 3 milliards de dollars d’actifs, et contrôle depuis récemment 1,7 % de l’ensemble de l’offre de Bitcoin. Avec cette embellie, le rapport de Grayscale s’est alors permis de critiquer subtilement l’actuel politique des banques centrales et des gouvernements. Tout en présentant les failles de celle-ci, il amène les investisseurs à mieux « comprendre les effets de l’intervention monétaire et fiscale des gouvernements ».

Si Grayscale fait bien d’alerter sur les conséquences des politiques d’assouplissements quantitatifs, il tient également là un moyen d’obtenir de nouveaux clients. La perspective de voir le bitcoin devenir la prochaine valeur refuge du système monétaire devrait en effet inciter davantage l’investissement dans la cryptomonnaie.    

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.