A
A

Arnaque Bitcoin (BTC) : Les escrocs qui aimaient trop Instagram

jeu 30 Juil 2020 ▪ 12h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Encore une sale affaire qui ternit l’image de Bitcoin et des cryptos : et tout ça à cause de 2 scammeurs qui adorent se pavaner sur Instagram. Ils comptaient sûrement sur la blockchain pour couvrir « naturellement » leurs traces ; les arnaques ça les connaît, on ne peut pas en dire autant pour la discrétion.

Quelques e-mails volés pour des millions empochés

Selon le FBI, 2 scammeurs nigériens utilisaient l’exchange Gemini pour convertir des millions de dollars en Bitcoins (BTC). Les 2 hommes qui se prénomment Olalekan Jacob Ponle et Ramon Olorunwa Abbas, sont connus respectivement sous les pseudonymes de Mr Woodbery et Ray Hushpuppi.

Ponle et son complice ont eu recours à une escroquerie bien connue, la fraude au CEO ou la fraude de type Business Email Compromise ; Ponle a eu accès aux adresses de messagerie de sociétés tout à fait légitimes.

La procédure utilisée est généralement la suivante : un haut responsable de l’entreprise reçoit un mail urgent lui demandant de procéder aux transferts des fonds vers un compte ou alors lui réclamant la communication d’informations confidentielles.

La discrétion et la police : ce n’est pas mon problème !

La plainte concernait une adresse Bitcoin spécifique qui existe depuis de nombreuses années, Ponle ne se souciait donc pas véritablement de couvrir ses traces – une grossière erreur quand on connait le caractère transparent des informations sur la blockchain.

Gemini était l’exchange favori des scammeurs, un choix assez surprenant puisque Gemini est bien connu pour ses procédures KYC et son respect de la règlementation.

Illustration des échanges de bitcoins sur gemini durant l'arnaque

Toutefois, en y regardant de plus près, ce choix est tout à fait compréhensible : les cibles de Ponle devaient avoir accès à un exchange basé aux USA. Ponle et Abbas utilisaient LocalBitcoin et Huobi pour encaisser les liquidités ; ces 2 plateformes ont été critiquées à maintes reprises pour le laxisme de leurs procédures anti-fraude.

Les 2 scammeurs paradaient sans vergogne sur leurs comptes Instagram respectifs, une autre erreur qui a sans doute permis au FBI d’infiltrer leur cercle et de mettre fin à leurs activités.

Bon, vous voyez, les cryptos et votre Bitcoin là, ils ne servent qu’à couvrir des délinquants et des criminels – j’entends déjà la remarque des détracteurs d’ici. La leçon à retenir : un KYC ne dissuade pas un scammeur d’avoir recours au service d’un exchange. Mais, la procédure pourrait – au conditionnel s’il vous plait – aider les autorités à mettre la main sur les malfaiteurs. N’empêche, c’est énervant de devoir toujours montrer pattes blanches à cause des « bêtises » de certains.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !