Se connecter S'abonner

CZ et Hasheur enflamme l’écosystème français

Comment vous le savez Binance organise un webimarathon, toujours en cours, dont le premier avait comme invité de marque CZ. Après s’être fait désirer quelques minutes et s’être humblement excusé pour son retard et son niveau de français, le PDG de Binance était en live devant plus de 4500 personnes. Au commande de l’interview, Owen Simon, aka Hasheur, gagnant du prix de l’influenceur blockchain européen organisé par Binance lors de la cérémonie des 3 ans. Quelle est la vision du petit dragon jaune et noir sur l’écosystème ? Découvrons la ensemble !

Binance met énormément l’accent sur l’éducation. Pourquoi ce choix particulier ?

Je pense qu’ici nous aimons tous énormément la technologie blockchain et les cryptos, mais nous devons être réalistes : c’est un secteur difficile à comprendre pour la majorité des utilisateurs. On y retrouve énormément de jargons techniques, n’ayant pas forcément de traduction selon les langues et diverses manipulations à exécuter. De par sa nature innovante, il faut sans cesse se tenir au courant des avancées et intégrer de nouveaux concepts, chose difficile pour l’ensemble de la population. De plus, le fait que nous ne soyons pas initiés à la finance ne simplifie pas la tâche.

Si nous voulons arriver à l’adoption de masse, nous devons éduquer les gens. Prenons l’exemple même de savoir ce qu’est le hash d’une transaction. Hier une de mes amies qui avait ouvert un compte chez Binance en 2018 m’a appelée. Son problème est commun à nombre d’utilisateurs : elle ne se souvient pas de ses identifiants de connexion. Elle se souvient avoir acheté des BTC mais ne sachant pas ce qu’est un hash, elle ne peut pas communiquer celui-ci à nos équipes. Une information aussi simple permettrait à nos équipes de retrouver son compte et de le restaurer. Hélas, en l’absence de celle-ci, la tâche sera bien plus difficile à exécuter. En éduquant les gens, nous aurons de moins en moins souvent ces types de problèmes. 

C’est pour cette raison que nous avons donc lancé Binance Academy et Binance Info. Nous organisons également des concours sur Coinmarketcap et fréquemment des séries Binance Learn & Earn, où les utilisateurs sont récompensés en tokens pour leur curiosité. 

Quels sont les plus gros changements dans l’industrie auxquels vous avez assisté depuis le lancement de Binance ?

À mon sens, le plus important est l’amélioration du service client. Il y a encore 3 ans de ça, en cas de litige sur un exchange il fallait parfois plusieurs mois avant que celui-ci ne soit réglé. Les utilisateurs ne pouvaient donc pas disposer de leur argent comme ils l’entendaient. Chez Binance nous ne trouvions pas ça normal et nous avons fait en sorte de l’améliorer. Depuis de nombreux exchanges se sont inspirés de notre démarche et tout le monde est content.

L’autre grosse amélioration est concernant la loi. La loi est beaucoup plus explicite que par le passé, l’ensemble des gouvernements ayant compris le potentiel du Bitcoin et de la blockchain. Nous ne sommes plus cantonnés au simple financement du terrorisme et à la fraude fiscal, comme c’était auparavant le cas. Même en France, il semble que votre gouvernement en ait pris conscience. 

En plus de son exchange centralisé, Binance développe des applications décentralisées sur la Binance Smart Chain. Pouvez-vous nous en dire plus ? Quel est votre objectif ?

Je crois que beaucoup de personnes de l’écosystème n’ont pas compris notre vision, car ils nous limitent uniquement à Binance.com, notre exchange. Certes il s’agit là de notre principale source de revenus et de la base de notre activité, mais il y a tout un écosystème derrière. Binance est là pour aider à la démocratisation de l’industrie.  Cela passe entre autres par le financement d’applications décentralisées, de la Binance Smart Chain (BSC), de la mise en place de DEX et de platforme de swap

Personnellement et contrairement à ce que beaucoup s’imaginent, je n’ai rien contre les DEX, au contraire ! Pour moi le futur sera entièrement décentralisé, c’est pour ça que nous investissons massivement dessus. D’ici 5 ou 10, il se peut que notre exchange centralisé n’existe plus,  mais le BNB et l’ADN de Binance eux perdureront.

Pensez-vous que la fusion entre l’économie classique et la DeFi se fera étape par étape ou d’un seul coup ? 

Je pense qu’elle ne peut que se faire étape par étape. On parle tout de même de l’adoption d’un nouveau paradigme par près de 8 milliards d’individus ! Une telle transition ne peut se faire du jour au lendemain et prendra des années voire des décennies.

Si nous prenons Internet en exemple, le concept des vidéos conférences et des achats en ligne date d’il y a 30 ans ! Nous ne commençons à utiliser ces services que depuis quelques années. Il se passera la même chose pour la DeFi, la finance classique étant ancrée depuis des générations.

Comment imaginez-vous le paiement dans le monde de demain ?

Il est sûr que la majorité des solutions de paiement intègreront une composante blockchain. Paypal a commencé à ouvrir la voie mais ce n’est bien évidemment qu’un début. Nul doute que si les clients sont au rendez-vous et ils le seront, nombre d’entreprises suivront ce chemin. 

C’est également profitable à notre industrie, car ces entreprises en acceptant à la fois le fiat et les cryptos participent à leur démocratisation. Peut être même que celles-ci ne prendront plus en charge le fiat une fois le public assez mature…

Quelles sont pour toi les grandes innovations à venir pour ces 5 prochaines années ?

Je n’ai pas de boule de cristal donc je ne peux pas promettre que mes prédictions seront vraies. Pour moi nous verrons plus de cas d’usage dit mainstream, tels que les paiements internationaux. En étant objectif, les cryptomonnaies sont toujours majoritairement à but spéculatif et non pas de paiement. Dans le futur du secteur, les levées de fonds et le gaming sont à mon sens amenés à exploser.

Quel est l’objectif de Binance concernant son développement en France ?

La France est un pays très important non seulement pour nous mais également pour l’Europe et le monde. Après pour être honnête je n’ai pas de stratégie prédéfinie, nous agissons en fonction des opportunités. Chez Binance, nous essayons beaucoup de choses et quand cela marche nous faisons en certes de l’améliorer autant que possible. Néanmoins une chose est sûre, nous continuerons d’investir massivement dans votre pays comme le montre déjà l’ajout du service client en français.

La blockchain est un secteur compliqué où les informations manquent. Comment arrivez-vous à rester si agile et innovant ? 

Le secret est : qu’il n’y a pas de secret ! Et je suis tout à fait sérieux. Là encore, beaucoup s’imaginent que les idées géniales sortent de mon seul cerveau, c’est faux. Mon souhait principal est d’ailleurs que Binance puisse se passer complètement de moi.

Nous avons une manière assez particulière de procéder chez Binance. Contrairement aux impressions, nous évoluons dans un espèce de chaos d’idéation. Nos employés répartis à travers le monde sont très libres dans l’expression de leurs idées. Si nous jugeons qu’une solution est innovante ou adaptée à un marché, nous le faisons. Ce côté chaotique engendre parfois des problèmes de communication interne et nous pouvons nous améliorer de ce côté. Nous avons néanmoins la chance d’avoir des salariés passionnés par ce qu’ils font.

La seule ligne de conduite que nous nous fixons sur nos innovations est de ne jamais heurter nos utilisateurs ainsi que les gouvernements et loi du pays concernés.

Quel est le plus gros challenge entrepreneurial auquel vous avez dû faire face ? 

Je nous estime chanceux chez Binance, car nous étions là au bon moment avec un produit déjà un minimum fonctionnel, d’où notre croissance rapide. Cette croissance n’a jamais cessé de diminuer au contraire ! Après, comme toute entreprise, nous avons dû faire des choix difficiles, principalement à nos débuts car nous manquions cruellement d’informations.

Je pense que notre plus gros challenge était en 2017. Le gouvernement chinois avait exigé de certains ICO que celles-ci remboursent leurs investisseurs. Le problème était que ces ICO avaient déjà dépensé une partie des fonds récoltés pour financer leurs produits. Ainsi près de 6 millions de $ ne pouvaient pas être remboursés. Ces ICO n’étaient en aucun cas affilié à Binance, mais nous avons fait le choix de combler ce déficit avec nos propres fonds. Il s’agit là d’une des plus grosses dépenses de Binance. Aujourd’hui ce chiffre peut sembler faible pour nous, mais à l’époque nous sortions à peine de notre levée de fonds et n’avions que 15 millions de $ en trésorerie ! Nous sommes heureux que la communauté ait bien accueilli ce geste.

Quiconque travaille dans notre écosystème sait qu’il est très changeant et que nous n’avons jamais toutes les informations nécessaires pour prendre les meilleures décisions. À force on s’y habitue.

Vous avez acheté coinmarketcap, quel est l’objectif derrière ?

Nous n’avons pas un objectif précis, nous voulons juste fournir un meilleur contenu aux utilisateurs. Il s’agit de l’un des sites les plus visités de notre écosystème et avant le rachat j’ai discuté avec le fondateur. Cela faisait 7 ans qu’il était géré par la même personne et il m’a exprimé son souhait de faire une pause. Ne voulant pas laisser son projet mourir, il en a déduit que Binance était la meilleure équipe pour assurer sa pérennité.

Coinmarketcap génère chaque mois entre 1 et 2 millions de $ de revenus dont 90 % sont issus des bannières publicitaires.

Si vous utilisez fréquemment Coinmarketcap, vous avez pu constater que la semaine dernière nous avons complètement supprimé celles-ci. Nous avons donc fait le choix de nous passer de cette source de revenus afin que nous utilisateurs soient intégralement concentrés sur les produits que nous développons dessus. 

En dehors de coinmarketcap, si nous pensons qu’un projet a de la valeur, nous n’avons bien évidemment aucun problème à investir dessus.

En tant qu’entrepreneur, avez-vous une liste de livres à nous conseiller ? 

Oui j’ai déjà réalisé une liste que je conseille à tous les salariés de Binance. Vous pouvez la retrouver ici.

Concernant la carte, conservons-nous la version virtuelle une fois la physique reçue ?

Une fois que vous l’avez reçu et activé, le numéro de la virtuelle sera automatiquement mis à jour.

Pensez-vous que la régulation est appliquée de manière intelligente ou au contraire qu’elle ralentit notre secteur ?

Je pense que d’ici les deux prochaines années nous allons passer de pas de régulation, à légèrement trop de régulation. Les régulateurs vont massivement s’inspirer des réglementations de la finance classique, ce qui n’est pas possible dans notre écosystème. D’autres pays au contraire permettront une régulation plus saine ce qui attirera la majorité des business et inspirera les autres régulateurs.

Cette année nous avons eu la DeFi, il y a 3 ans les ICO, what’s next ?

Les services décentralisés vont se démocratiser, mais il est difficile d’estimer à quel moment.  À titre personnel je n’avais pas prévu les explosions précédentes, l’écosystème bougeant beaucoup trop. Néanmoins je reste persuadé que nous aurons de plus en plus de services similaires à ceux déjà proposés par la finance classique.

Le BNB restera-t-il le cœur de Binance ou est-il amené à être remplacé ? 

Pour qu’un coin soit décentralisé, il faut que son développeur disparaisse. La puissance de Bitcoin vient d’ailleurs en partie de là. Si on prend Ethereum, si quelque chose arrive demain à Vitalik, le prix et la confiance en Ethereum s’en trouveront ébranlés. 

Concernant Binance, je pourrais partir demain de l’équipe sans impacter l’écosystème que nous avons mis en place. Néanmoins les gens m’associent toujours au BNB, mais j’espère que cela changera avec le temps. 

N’étant pas un développeur, cette transition sera sûrement plus rapide pour moi que pour Vitalik qui gère la technologie d’Ethereum.

A l’opposé, Bitcoin est décentralisé en ce sens qu’il n’est pas amené à beaucoup évoluer. Cette absence de leader nécessite de mettre d’accord l’ensemble des acteurs de l’écosystème. Les gens étant rarement d’accord entre eux, nous avons donc fréquemment de nouveaux forks de Bitcoin.

Peut-être que dans le futur nous aurons plusieurs blockchains différentes, mais ce qui est sûr est que le BNB restera le cœur de notre écosystème…

Plus d’actions
Partagez

( Responsable Éditorial )

Président et Cofondateur de MinedHack et fervent défenseur de la Blockchain depuis 2017, je suis conscient que sans explications et vision de l’industrie son adoption n’aura jamais lieu. J’ose espérer en tant que Reporter et Rédacteur de CoinTribune aider à cette mission.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo