NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Les Nations Unies veulent utiliser la Blockchain pour aider en Afghanistan

La blockchain pour aider l’Afghanistan à retrouver le chemin du développement : les Nations Unies envisagent d’utiliser la blockchain pour résoudre les problèmes des établissements informels. L’outil d’enregistrement foncier utilisé se base sur une blockchain hybride européenne.

Pas besoin de Rambo, mais d’une blockchain

Dans un communiqué publié le 2 décembre 2020, les Nations Unies ont annoncé le lancement d’une solution blockchain pour la gestion des droits de propriété dans les zones métropolitaines de l’Afghanistan.

Le Programme des Nations Unies pour les Etablissements Humains (ONUHabitat) présentera cette solution de cadastre numérique au ministère du Développement afghan dans le courant du mois de décembre 2020.

L’ONU avait dans un premier temps lancé un projet urbain de développement durable en 2019.

Avec ce nouvel outil, l’organisation souhaite accompagner l’Afghanistan pour relever les défis existants liés aux établissements urbains informels (ou bidonvilles) tels que l’occupation illégale des terres, l’exploitation inefficace de ces dernières et l’insécurité du régime foncier.

L’ONU estime à 80%, le taux de propriétés dans le pays, non enregistrées auprès des autorités foncières.

Les terres afghanes sur blockchain

L’outil baptisé goLandRegistry est destiné à sauvegarder les documents de propriété sur la blockchain et délivrer des certificats d’occupation ; la blockchain leur permet de prouver l’authenticité de leurs documents de propriété.

goLandRegistry est basé sur la plateforme blockchain hybride gérée par la startup européenne LTO Network.

Son CEO, Rick Schmitz, a déclaré que les solutions hybrides permettent d’optimiser l’échange de données entre les parties prenantes au cours du processus d’enregistrement des biens, ce qui supprime le recours aux révisions informatiques coûteuses.

Il a également ajouté que grâce au live contracts, les données peuvent être distribuées automatiquement à tous les acteurs pour faciliter les transferts de registre foncier, l’octroi de crédits, les déclarations fiscales, etc.

Un responsable du bureau des Technologies de l’Information et de la Communication des Nations Unies, Maurizio Gazzola, a indiqué que l’ONU souhaite fournir cette solution numérique à davantage de pays.

La blockchain pour servir le désarmement : elle en a le potentiel technique mais, aucune efficacité réelle sans coopération interétatique. Une blockchain qui s’attaque maintenant aux problèmes fonciers dans les zones « sensibles » comme l’Afghanistan : une idée de génie ou une précipitation qui ne tient pas compte d’autres facteurs essentiels comme la qualité et le taux d’adoption de la connexion internet, ou encore le niveau d’éducation de la population en général et dans le domaine des TIC en particuliers ? Les armes pour détruire, la blockchain pour reconstruire : un beau slogan !

Plus d’actions
Partagez

( Rédactrice )

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo