Se connecter S'abonner

La Blockchain Ontology permettra d’authentifier 250 millions de contenus

Les petits garçons adorent jouer aux pirates – pas tous mais, ils sont nombreux – rêvant de découvrir un trésor dans une malle, enterré quelque part sur une île déserte. Certains « grands » garçons adorent acheter des versions piratées de logiciels ou d’œuvres du 7ième art, pour réaliser des économies – à défaut d’avoir trouvé un trésor. La blockchain permet aujourd’hui de défendre les droits d’auteur, afin que chaque créateur puisse jouir des bénéfices moral et économique de ses œuvres.

Ontologie d’une collaboration

La plateforme blockchain Ontology s’est associée à la plateforme de création sociale OGQ, pour assurer la protection des droits d’auteur des contenus créés sur la plateforme.

OGQ permet aux utilisateurs de télécharger et de vendre des contenus numériques uniques, notamment des emojis, des mèmes, des polices de caractère, de la musique et des vidéos. 250 millions de contenu numérique pourront être téléchargés sur Ontology.

Depuis son lancement en 2011, OGQ a attiré 14 millions de créateurs, qui ont mis en ligne 54 millions de contenus numériques sur la plateforme. Les biens numériques téléchargés sur la blockchain, pourront également être achetés en échange de tokens OEP-4 d‘Ontology.

L’un des plus grands défis pour les créateurs de contenu numérique reste aujourd’hui, leur capacité à protéger les droits d’auteur sur leurs œuvres.

La blockchain, un défenseur des droits d’auteur

Le co-fondateur d’Ontology, Andi Ji, a déclaré à Cointelegraph, que la blockchain a permis de reconnaître plus de 200 cas relatifs à des problématiques de droits d’auteur.

Ontology offre une plateforme rapide et conviviale, dotée d’une infrastructure unique qui favorise la collaboration cross-chain, en fournissant aux entreprises les outils nécessaires pour concevoir leurs propres solutions sécurisées blockchain.

Alibaba fait partie des entreprises utilisant la blockchain, voulant s’orienter vers le développement de solutions en matière de protection de droits d’auteur. Le 21 avril 2020, la société a déposé un brevet pour les techniques « d’analyse de l’originalité musicale basée sur blockchain ».

La blockchain résout aujourd’hui les problèmes d’authentification des œuvres. L’Afrique devrait se pencher sérieusement sur cette technologie qui devrait résoudre les problèmes d’authentification des titres fonciers, afin de rassurer les investisseurs étrangers et les locaux. Un clin d’œil au berceau de l’humanité, où la blockchain devrait révolutionner de nombreuses pratiques et, contribuer au développement du continent.

Plus d’actions
Partagez

( Rédactrice )

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo