A
A

L'Inde mise sur la blockchain pour améliorer l'école publique

sam 25 Jan 2020 ▪ 15h00 ▪ 4 min de lecture - par Rédaction CT

Selon l’agence de presse Press Trust of India, Ravi Shankar Prasad, Ministre Indien des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) aurait demandé à la National Informatics Center (NIC) de concevoir des solutions basées sur la technologie de la blockchain pour améliorer la qualité de l’enseignement dans toutes les écoles publiques de l’Inde. Ces déclarations ont été tenu lors de l’inauguration d’un centre d’excellence technologique blockchain, mis en place par la NIC ce 18 janvier à Bangalore. Il souhaite que la NIC tire profit de la blockchain qui pourrait ouvrir une nouvelle ère dans le système d’éducation indien.

L’Inde blockchain

La blockchain pourrait bientôt être mise au service de l’éducation en Inde

La National Informatics Center (NIC) est une branche électronique du Ministère Indien des Technologies de l’Information et de la Communication. L’entité a été créée en 1976 et dispose à son actif de plus de 40 années d’expérience en matière d’accompagnement du gouvernement sur les questions relatives aux TIC et à la gouvernance électronique.

C’est donc devant cette entité que le ministre indien des TIC a déclaré :

« Je suis très enthousiaste par rapport à la possibilité de mettre la blockchain au service de l’enseignement primaire indien. En fait, aujourd’hui, je vais vous confier une tâche, NIC. Pouvez-vous penser à une bonne application de la technologie blockchain pour améliorer la qualité des écoles publiques dans tout le pays ? »

Pour le ministre, même si de son point de vue, les écoles publiques et privées fonctionnent déjà bien, tirer parti de la technologie de la blockchain pourrait entraîner un profond changement dans le système d’éducation du pays.

Prasad propose que les start-ups indiens soient embarquées dans le projet

Poursuivant son idée, Prasad estime que « la NIC et les autorités locales de l’État devraient intégrer les startups qui fonctionnent dans le respect des normes et réglementations dans cette dynamique. »

En effet, l’Inde abrite de près de 26 000 start-ups, dont plus de 9 000 opèrent dans le secteur technologique. Le ministre a donc exhorté la NIC à développer des mécanismes pour inclure ces start-ups dans son espace technologique, en rappelant que la « NIC pourrait devenir un partenaire important des startups pour cette cause. »

Il paraît évident que préalablement à la mise en œuvre de la proposition du ministre, il faudra que le gouvernement indien conçoive un cadre réglementaire qui définit les règles qui régiront l’écosystème de la blockchain dans le pays. En effet, bien que les autorités indiennes soutiennent les technologies de la blockchain, les crypto-monnaies pâtissent d’une mauvaise réputation dans le pays. Pour preuve, la Cour Suprême auditionne actuellement la Reserve Bank of India sur les raisons pour lesquelles elle a appliqué une interdiction bancaire nationale sur le marché des cryptomonnaies.

Selon nos informations, la NIC aurait déjà déployé une équipe pour travailler sur la proposition du ministre Prasad. D’ici à quelques mois, le système d’éducation primaire indien pourrait devenir le premier à intégrer la blockchain dans son fonctionnement, ce qui amènerait sans doute d’autres pays à suivre la voie ouverte par l’Inde.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Rédaction CT avatar
Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !