Ripple propose son aide aux pays embarqués dans la course aux CBCD

sam 16 Oct 2021 ▪ 19h30 ▪ 4 min de lecture - par Luc Jose Adjinacou

Avant d’être embarquée dans le litige sans fin l’opposant à la SEC autour du XRP, Ripple s’est fait connaitre comme entreprise offrant des solutions de blockchain. Son expertise en la matière n’étant pas remise en cause, la société veut la faire apprécier sur d’autres fronts. Elle s’est ainsi déclarée prête à venir en aide à tous les pays, notamment le Royaume-Uni, désireux de faire des avancées notables vers les monnaies numériques des banques centrales (CBDC). Plus de détails dans la suite.

Permettre aux différents pays de passer à une économie numérique innovante           

Engagée auprès des gouvernements pour promouvoir l’importance des CBDC, Ripple s’est associée à la Digital Pound Foundation (DPF) pour accomplir sa nouvelle mission. « Ripple, en tant que membre de la Fondation, sera représenté au conseil d’administration par Susan Friedman, responsable de la politique. La participation de Ripple à la Fondation s’inscrit dans la continuité de notre travail actuel visant à engager les banques centrales du monde entier sur les questions techniques et politiques liées aux monnaies numériques des banques centrales (CBDC) » a fait savoir la société à travers un communiqué.

L’objectif de ce partenariat est de convaincre le Royaume-Uni que le lancement d’une livre numérique élèvera le pays au rang d’économie numérique innovante. Tout naturellement, la société propose aux différentes nations qui le souhaitent, l’utilisation du grand livre de XRP pour émettre leur CBDC. La Royal Monetary Authority, la Banque centrale du Bhoutan, a d’ores et déjà adhéré à la proposition pour le lancement de la phase pilote de sa CBDC. Elle devrait donc se servir du XRP comme monnaie relais lors des premiers essais dont les résultats sont attendus par plusieurs pays désireux de collaborer avec Ripple.

Une aubaine pour rétablir l’image du XRP auprès des gouvernements

La société est d’ailleurs revenue sur l’argument de la monnaie relais dans son rapport intitulé The Future of CBDCs. « Pour permettre un marché mondial vraiment efficace, une monnaie relais doit être spécifiquement optimisée pour les paiements et supporter la même vitesse, l’évolutivité, le faible coût et la sécurité que les CBDC fourniront. Un exemple de pont neutre est l’actif numérique XRP, qui peut être utilisé pour faire le pont entre deux monnaies différentes rapidement et efficacement », a-t-elle expliqué.

Cette publicité à peine déguisée pour le XRP montre ainsi la volonté de Ripple de profiter de la situation pour rétablir l’image de l’actif. Celle-ci est en effet entachée par le long bras de fer qu’entretient la société avec la SEC aux États-Unis. L’organisme de régulation vient d’ailleurs d’exiger de la société qu’elle fournisse les enregistrements de ses réunions internes en lien avec l’affaire qui les oppose.

Si les réelles intentions de Ripple ont de quoi semer le doute dans l’esprit de plus d’un, l’implication de la société pour l’avènement des CBDC pourrait être mal vue du côté de la cryptosphère. Les gouvernements comptent en effet sur celles-ci pour remplacer à terme les cryptomonnaies contre lesquelles ils continuent d’ailleurs de multiplier les mesures restrictives. 

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.