Les NFT et l’environnement : le temps de l’énergie durable?

mer 22 Sep 2021 ▪ 22h00 ▪ 9 min de lecture - par Clément Dubois

Le boom des tokens non fongibles a entraîné celui de l’énergie utilisée pour la vente des NFT. Cependant, certains travaillent à un avenir plus vert pour la cryptomonnaie et les tokens non fongibles. 

Cela n’est pas un secret que les NFT ont explosé en popularité et en valeur. Cependant, on craint que l’intérêt accru pour les actifs numériques n’affecte négativement l’environnement.

Beaucoup de personnes impliquées dans l’industrie crypto ont exprimé des préoccupations au sujet de ces effets indésirables. Des personnes connues comme Elon Musk, Jack Dorsey et la sénatrice Elizabeth Warren ne sont que quelques-uns à discuter de cette question.

Avec la folie autour des NFT qui bat son plein, certaines de ces préoccupations ont également coulé dans cet espace très médiatisé. Cependant, plusieurs entreprises ont utilisé ou travaillé avec NFT pour assurer un avenir plus vert. 

Avant de plonger dans certains projets spécifiques, il est important de comprendre ce qui est un NFT écologique. Au fait, n’y a pas de définition unique, mais plutôt une collection d’idées pour rendre le processus “plus vert.”

Le mining crypto est au cœur du problème

Les NFT ont déjà été identifiés comme des contributeurs importants du carbone. L’analyste de données Erin Davis décrit les émissions de CO2 des NFT pour le Quartz.

Dans son rapport, les NFT sont comparés aux voitures à essence, ainsi qu’aux œuvres d’art imprimées. En moyenne, une œuvre d’art imprimée génère environ 2,5 kg d’émissions de CO2 supplémentaires. C’est à peu près la même chose qu’une voiture à essence crée tous les 8 kilomètres. En même temps, les émissions de CO2 provenant du minting et de la mise aux enchères d’un token non fongible peuvent être jusqu’à 100 fois plus élevées.

Cependant, selon le rapport, c’est le processus de mining qui offense le plus. Selon une estimation, les émissions de CO2 à vie d’un NFT sont les mêmes qu’une voiture parcourant plus de 800 kilomètres. 

Les coûts de mining sont devenus si mauvais que les estimations montrent que la puissance requise pour extraire un Bitcoin équivaut à l’électricité utilisée par une maison moyenne aux États-Unis en 50 jours. Alors le coût moyen de l’extraction d’un bitcoin est environ 200 dollars. 

Même si les NFT sont produits par minting et non mining, le processus reste le même. Alors que le réseau Eethereum vise à passer au principe proof-of-stake (POS) plutôt qu’au proof-of-work (POW), il fonctionne actuellement sur l’algorithme de POW plus énergivore.

Tendance vers les énergies renouvelables dans la crypto 

Le débat sur les cryptomonnaies est toujours en cours et reste bien houleux. Auparavant en 2021, Elon Musk a fait sensation refusant des paiements Bitcoin chez Tesla en raison de ses effets sur l’environnement.

Il dit que sa société rétablira les paiements en Bitcoin une fois que l’extraction de cryptomonnaie utilisera 50% d’énergie propre dans le monde entier. 

Pour atteindre cet objectif, l’industrie doit au moins s’orienter vers les énergies renouvelables et vertes. Nous avons déjà vu de nombreux projets et entreprises ayant cet objectif.

Par exemple, Manhattan Solar Partners, LLC a annoncé son intention de construire le plus grand centre de données de mining de cryptomonnaie à énergie renouvelable aux États-Unis. En collaboration avec BIT5IVE, LLC et GMine, LLC, Manhattan Solar Partners utilisera plus d’un gigawatt d’énergie renouvelable au Texas. Un gigawatt suffit pour alimenter simultanément plus de 10 millions de lampes. 

En même temps, Square Inc. a promis d’investir au moins 5 millions de dollars dans la construction d’une installation de mining de Bitcoin à énergie solaire à Mountain View, en Californie.

«Nous nous engageons à favoriser l’adoption et l’efficacité des énergies renouvelables au sein de l’écosystème bitcoin », a déclaré Square dans un communiqué. 

Projets NFT verts

Ce changement d’attention a rendu l’efficacité énergétique essentielle aux préoccupations environnementales pour de nombreux projets de blockchain et de crypto. Cela inclut les projets NFT actuels et nouveaux.

La variété des projets NFT respectueux de l’environnement n’a cessé de croître tout au long de l’année 2021. Beaucoup se concentrent sur la blockchain fondamentale et d’autres techniques pour éliminer les contraintes liées au minting. Cela inclut l’idée de « lazy minting », où un token non fongible n’est pas produit avant d’être acheté.

« Le minting des NFT sur des chaînes latérales a également réduit la consommation d’énergie. Un grand élan pour ces changements est venu des artistes et des créateurs qui ont une plateforme. Je pense que c’est merveilleux de les voir utiliser leur voix de manière positive », a déclaré Andreas Homer, PDG d’Aerial, dans une interview. 

Par exemple, OARO a créé un NFT respectueux de l’environnement qui « permet aux marques de créer des objets de collection numériques uniques en édition limitée pour leurs fans. »

Selon la société, les éco-NFT sont alimentés par la plateforme blockchain de cloud privé OARO. La plateforme est considérée comme une alternative écologique aux autres blockchains publiques. Les NFT créés sur OARO nécessitent moins d’énergie pour le minting et la vente que d’autres blockchains comme Bitcoin et Ethereum.

Il affirme que sa blockchain est optimisée pour fonctionner moins cher en consommant moins d’énergie car moins de ressources de calcul sont nécessaires pour fonctionner. 

Tezos et ses projets verts

Tezos est une grande blockchain « verte » avec des tokens non fongibles et des projets NFT qui est en matière du développement progressif. Elle a récemment construit sa propre marketplace NFT, qui se veut une alternative à ses concurrents comme OpenSea et Rarible. En profitant de Tezos qui utilise l’algorithme POS au lieu de POW, le marché peut fonctionner avec moins d’impact négatif.

OneOf est une autre plateforme NFT construite sur la blockchain Tezos qui bénéficie de son réseau POS. OneOf se concentre sur la connexion des artistes musicaux et des fans via NFT. Il affirme que les NFT qu’il fabrique sur Tezos ont utilisé 2 millions de fois moins d’énergie que les autres blockchains. 

«Nous avons fini par construire notre plateforme au top de la blockchain Tezos car elle est 2 millions de fois plus économe en énergie que la solution principale qui existe aujourd’hui, qui est une plateforme construite sur la blockchain Ethereum”, a déclaré le PDG de OneOf, Lin Dai, dans une interview.

Tezos a également des frais de gaz les plus bas pour le négoce de NFT, ce qui crée une communauté équitable sans les guerriers des frais exorbitants.

« Être vert n’est pas juste un avantage. C’est une condition préalable pour pouvoir fournir les services à la communauté musicale de manière authentique », a déclaré Dais.

WAX est aussi dans le coup

Worldwide Asset Exchange (WAX) est une blockchain conçue pour les NFT. Avec son algorithme proof-of-stake, il prétend utiliser moins de 0,00001% de l’énergie des blockchains POW.

De plus, la plateforme a lancé ses NFT de compensation de carbone en 2021. Ceux-ci prévoient des jeunes arbres plantés pour des achats des NFT sur leur blockchain.

Initiatives vertes en dehors de la blockchain

Alors que la lutte contre les dommages environnementaux doit se faire au niveau de la blockchain, il y a aussi d’autres façons dont les personnes impliquées dans les NFT redonnent à la planète.

Des initiatives telles que la Open Earth Foundation se sont associées à d’importants projets NFT pour sensibiliser et financer leur travail de lutte contre les problèmes environnementaux.

De plus, des platesformes uniquement dédiées au soutien des organisations à but non lucratif par le biais des NFT sont en cours de construction. World of Waves crée un tel espace dédié à la protection et à la préservation des océans. Il vise à soutenir des projets dans ce domaine en les aidant à trouver de nouveaux moyens de collecte de fonds via les NFT et la blockchain.

Sur le plan personnel, des platesformes comme Aerial permettent aux particuliers de suivre plus facilement l’empreinte carbone de leurs collections de crypto et de NFT.

« Nous avons construit notre outil pour aider les artistes et les créateurs à sensibiliser les gens à la consommation d’énergie »,  a déclaré Homer.

Construire un avenir durable

La blockchain, les cryptomonnaies et les NFT nous montrent à quoi ressemblera notre avenir. Cependant, le changement climatique montre également qu’il pourrait y avoir un coût à oublier notre impact environnemental.

Le nombre de projets intégrant des pratiques durables et trouvant des solutions montre l’effort pour créer le monde que nous voulons sans compromettre ce que nous avons déjà. 

Clément Dubois

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.