Binance : L'investisseur européen a exigé une compensation de 140 millions de dollars

mer 27 Oct 2021 ▪ 16h00 ▪ 4 min de lecture - par Thomas Poirier

Un investisseur européen anonyme a déclaré que la plateforme d’échange crypto Binance avait injustement liquidé ses cryptoactifs. Maintenant, l’investisseur exige une compensation de 140 millions de dollars.

Investisseur vs Binance

Il semble que les procédures réglementaires contre Binance ne se termineront pas de sitôt. L’un des anciens utilisateurs a intenté une action en justice contre la plus grande plateforme d’échange de cryptomonnaie au monde. Selon les médias, l’investisseur affirme que Binance a injustement liquidé ses fonds en novembre 2020. Et maintenant, il demande une indemnisation.

The Block rapporte qu’après des mois de négociations, une procédure judiciaire a été ouverte en Suisse. De plus, la plainte a été déposée auprès de 45 organisations à travers le monde liées à Binance.

La poursuite porte principalement sur le système automatisé de liquidation de Binance. Il note que la plateforme a forcé l’investisseur à vendre un grand nombre de cryptomonnaies contre son propre désir. L’investisseur affirme également que dans le processus de liquidation, Binance a un conflit d’intérêts.

Dans les affaires de litiges transfrontaliers, le règlement d’arbitrage de ICC (Chambre de commerce internationale) s’applique. Dans la procédure arbitrale, chaque partie choisit un arbitre et désigne un troisième conciliateur indépendant. Ainsi, au lieu d’un procès typique impliquant un juge et un jury, l’affaire est résolue par trois arbitres.

Au cours des derniers mois, la plateforme d’échange Binance a été confrontée à un flot d’accusations de la part des régulateurs et d’autres personnes intéressées. Un groupe de six investisseurs prévoit de poursuivre la plateforme en raison d’une panne le 19 mai 2021. Ce jour-là, le prix de BTC a chuté. Et maintenant, ce groupe réclame une indemnité de 20 millions de dollars.

Problèmes réglementaires de Binance

Binance, la plateforme d’échange qui n’a aucun lien avec un siège social, est confrontée à de graves problèmes de réglementation dans le monde entier.

Les régulateurs du monde entier portent des accusations contre Binance pour non-respect des règles. Ceux-ci incluent des régulateurs du Royaume-Uni, des États-Unis, de l’UE, du Japon et de plusieurs autres pays d’Asie de l’est.

L’une des plus grandes préoccupations des régulateurs est que Binance n’a pas de siège social officiel. En expliquant la raison, Binance a déclaré qu’il préférait avoir une structure de travail décentralisée. Dans une récente interview accordée à South China Morning Post, le PDG de Binance, Changpeng Zhao, a déclaré :

« Il y a quatre ans, quand nous avons commencé, nous voulions donner aux entreprises une forme décentralisée. Mais nous gérons un seul échange centralisé, qui est la plus grande partie de notre activité. Nous avons réalisé que pour les régulateurs, nous devons être centralisés. »

Binance cherche toujours à parvenir à un consensus dans les différends avec les régulateurs et initie des mesures pour se conformer aux exigences avancées. Le PDG de Binance, Zhao, estime que la plateforme accorde une attention particulière à la conformité réglementaire, car elle « passe d’une start-up technologique à une société de services financiers ».

La plateforme elle-même n’a pas encore fait de commentaires à ce sujet. Cependant, il est clair que les litiges font désormais partie de l’image de Binance. Et dans un proche avenir, il est peu probable qu’elle réussisse à se débarrasser de cette réputation.

Thomas Poirier

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.