NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Paris Blockchain Week Summit, CZ, Hasheur, Cédric O… que retenir de l’édition 2020 ?

Vous n’étiez pas au Paris Blockchain Week Summit cette année ? Pas de panique, nous avons fais un tour pour vous dans la version digitale de l’évènement blockchain de l’année. Depuis plusieurs années maintenant, cet événement regroupe une bonne partie des speakers les plus influents de l’écosystème blockchain et crypto. Malgré l’organisation à distance de l’événement, les guest stars ne manquaient pas : CZ de Binance, Arthur Breitman de Tezos, Hasheur de Just Mining mais aussi des membres du gouvernement comme Cédric O ou encore Kat Borlogan, la directrice de la French Tech. Alors, que s’est-il dit lors de ce sommet blockchain ? Quelles sont les grandes tendances de cette année que l’on a pu voir transparaître dans les débats ? On vous explique tout  ! 

CZ, une apparition remarquée !

CZ, le CEO de Binance lors de son intervention au PBWS 2020 !
CZ, le CEO de l’exchange Binance était présent au PBWS 2020

En préambule de cet article qui vise à vous donner une vision claire et concise des grandes tendances et sujets de discussion qui animent le secteur blockchain et crypto en cette fin d’année 2020, on notera l’intervention de CZ le CEO de Binance. En effet au cours d’une rapide intervention, il a eu l’occasion d’annoncer que la fondation Binance avait pu récolter une valeur de près de 60 000 dollars en Bitcoins qui vont être reversés pour la reconstruction de Notre Dame de Paris. En effet, lors de la dernière édition du PBWS, CZ avait lancé une campagne de dons en vue d’aider à reconstruire la cathédrale historique. Près d’un an plus tard, voici la collecte terminée, mieux vaut tard que jamais ! 

La finance décentralisée s’invite à la fête  

DeFi, “Dify”, prononcez le mot comme vous voulez, la finance décentralisée est la tendance de cette année 2020. Son émergence aurait presque réussi à faire passer au second plan l’augmentation du cours du Bitcoin jusqu’à un nouvel “All Time High” flirtant avec les 20 000 dollars. Alors oui, le Paris Blockchain Week Summit n’a pas fait exception à la règle, de nombreux débats et intervenants du secteur de la DeFi ont pu prendre la parole lors des différentes conférences. 

Les différents sujets DeFi ont tournés autour de plusieurs questionnement : CeFi versus DeFi dans laquelle le COO de Crypto.com a pu présenter le positionnement hybride de l’exchange sur le marché avec de nombreuses solutions en lien avec la finance décentralisée que nous avons eu l’occasion de traiter dans des articles précédents. D’autre part, est-ce que la DeFi représente une véritable alternative vis-à-vis des services financiers classiques ? Un débat intéressant qui a permis d’apercevoir le potentiel offert par la DeFi mais aussi les limites actuelles de ce secteur aujourd’hui tant réglementaire que technique.

De manière générale, ce qu’il en ressort à en croire Charlie Meraud de Woorton et Misha Alefirenko de VelvetFormula,  la finance décentralisée a réalisé un tour de force incroyable cette année en proposant une expérience utilisateur largement améliorée. C’est ici une des principales avancées du secteur qui auparavant apparaissait comme totalement marginal car très complexe d’utilisation pour ses utilisateurs. Même si les exchanges décentralisés comme Uniswap sont encore perfectibles, ils se sont considérablement améliorés et cela explique grandement l’augmentation exponentielle des fonds aujourd’hui bloqués dans des protocoles DeFi (environ 15 milliards de dollars).  

Traçabilité, problématique clé pour l’utilisation de la blockchain et DLT   

Le fameux sujet de l’utilisation de la technologie blockchain était bien entendu omniprésent. En effet, depuis quelques années, pas un jour sans qu’une entreprise ou un consortium n’explique qu’il va utiliser la blockchain pour révolutionner tel ou tel processus. Il est donc intéressant de voir, au-delà des effets d’annonce, le véritable état de l’art de ces projets avec une vision des insiders qui travaillent sur ces projets au jour le jour. 

Nous avons ainsi pu assister à une conférence dédiée à la blockchain et aux problématiques de traçabilité que cette technologie peut adresser. Autour de la table on retrouvait un beau panel d’intervenant : Charles Astruc (PWC); Antoine LeFeuvre (Suez); Matthieu Hug (Tilkal) ; Charlotte Verhaeghe (Mondelez); Guillaume Boilot (Vacheron Constantin). On a enfin pu se rendre compte d’avancées bien concrètes sur le marché. 

Illustration de la conférence sur la blockchain et la traçabilité lors du PBWS !
Les acteurs du secteur de la supply chain présents pour parler blockchain

Par exemple, vous ne regarderez plus de la même manière votre paquet de petit lu à l’avenir ! En effet, Mondelez s’est associé à la start-up Connecting Food afin d’apporter au client une traçabilité de bout en bout sur la blockchain pour les petits biscuits Lu ! 

D’autre part, on sait maintenant que Vacheron Constantin, s’est associé au consortium Arianee afin de développer son certificat d’authenticité ancré sur la blockchain. Alors si vous êtes amateur de montres d’exception et de technologie blockchain, vous allez être servi, de petits lu aussi !

Enfin, les cas d’usage des DLT étaient à l’honneur. La technologie décentralisée apporte ainsi une réponse dans plusieurs domaines variés et elle peut apporter encore plus en étant couplée à des IOT pour apporter une traçabilité dans les problématiques de Fleet Management, de transport de médicaments et/ou vaccins. Une problématique qui est brûlante d’actualité aujourd’hui. Les DLT pourraient ainsi enfin démontrer au grand jour tout leur potentiel. Une chose est sûre, en 2020, les équipes et les sociétés se sont structurées autour de ces technologies pour délivrer de beaux projets qui commencent à arriver à maturité aujourd’hui.  

Les protocoles et acteurs qui construisent l’écosystème blockchain de demain  

Lors de ce PBWS, il y a un sponsor qui était particulièrement incontournable, il s’agit de Tezos. Vous le savez, la blockchain Tezos s’impose de plus en plus sur le marché et vise notamment à concurrencer le géant Ethereum. Tezos était ainsi représenté par Arthur Breitman, un des premier architectes du projet. La fondation Nomadic Labs, qui réalise de nombreuses actions de lobbying pour Tezos auprès des entreprises et acteurs du secteur était également présente pour promouvoir l’utilisation de sa technologie afin de construire des cas d’usage pertinents. On pouvait ainsi retrouver des conférences dédiées aux entreprises pour les aider à prendre en main la technologie,monter des consortiums et tirer toute la valeur ajoutée de l’utilisation des smart contracts. 

A l’heure où Ethereum passe sur sa version 2.0 à un protocole de Proof of Stake, Tezos, lui, a un temps d’avance et propose déjà ce type de protocole, notamment plus respectueux de l’environnement et ne nécessitant pas de puissance de calcul pour valider les transactions. Une solution choisie par Exaion qui souhaite apporter des solutions de Blockchain as a service pour ses clients grands comptes. Fatih Balyeli, le PDG de la startup Exaion, filiale d’EDF a ainsi pu présenter les actions et solutions blockchain offertes par sa société en utilisant des sources d’énergie vertes. D’ailleurs, Exaion s’était montré comme un acteur pionnier de son secteur en annonçant le fait de devenir Baker sur Tezos récemment. Il se sont également associés à Just Mining en vue de l’arrivée de Eth 2.0. Une annonce représentative d’une création d’un maillage blockchain de plus en plus fort en France. 

Enfin, les actualités négatives autour de la blockchain font une mauvaise publicité. Certains acteurs comme Scorechain, ChainAnalysis ou encore Ciphertrace se sont spécialisés dans l’identification et la surveillance des transactions qui ont lieu sur des réseaux blockchain qui permettent de remonter souvent plus vite que le système financier traditionnel à la source des transactions illégales. 

Banques et banques centrales : digitalisation de processus et CBDC, le futur de la banque sera crypto ou ne sera pas ? 

Le secteur bancaire et assurantiel était également de la partie. Ces acteurs ont été parmi les premiers à voir en la technologie blockchain et plus largement les DLT, un potentiel très important. En ce PBWS, les débats ont tourné autour de plusieurs problématiques. Comment les banques peuvent-elles réaliser de nouvelles expérimentations basées sur les technologies DLT. On a ainsi pu découvrir un cas d’usage intéressant pour ce secteur : l’utilisation de Distributed Layer Technologies à des fins de traçabilité des paiements internationaux. La technologie apporte une réponse pour auditer et tracé les sanctions bancaires grâce à un écosystème d’acteurs regroupé en consortium. 

Cette année, ce ne sont pas les banques commerciales qui ont fait le show à la PBWS. Non non, l’acteur qui était un des plus visible était bel et bien la Banque de France. Ainsi Denis Beau, le premier sous gouverneur de la Banque de France a pu présenter le projet d’expérimentation de la technologie blockchain qui s’est lancé récemment et que nous avions eu l’occasion de relayer à maintes reprises. Les contours de ce potentiel euro digital basé sur la blockchain sont encore très flous. C’est d’ailleurs afin de mieux comprendre ce qui est possible de faire que la Banque de France a décidé de mener des expérimentations. Plus globalement, cela s’inscrit dans une réflexion menée par la BCE et Christine Lagarde sur ce sujet. 

Adoption des cryptomonnaies : une réalité enfin palpable ? 

C’est un sujet qui revient chaque année sur le tapis. Où en sont les paiements en cryptomonnaies ? L’adoption tant attendue va-t-elle enfin se produire. En attendant que l’on puisse payer sa baguette de pain avec son wallet Bitcoin, il y a des acteurs qui travaillent à favoriser cette fameuse adoption. 

On retrouve parmi eux, un acteur que l’on a déjà rencontré chez Thecointribune, il s’agit de Lunu. En effet, cette startup berlinoise créée en 2018 se concentre à proposer des terminaux de paiement physiques pour que les boutiques puissent accepter les paiements crypto comme on paie aujourd’hui par carte bancaire. Représenté par Vadim Grigoryan, Lunu a ainsi présenté sa vision du marché, l’importance de la technologie et du design pour rendre le paiement en cryptomonnaies attractif pour les néophytes. 

Si Lunu se positionne comme une solution à adopter par les professionnels du retail ou du commerce en ligne, la société Ngrave, elle, veut révolutionner le marché des cold wallets. Le Ngrave Zero se présente ainsi comme “The Coldest Wallet”. Ruben Merre de Ngrave a ainsi expliqué que les équipes de Ngrave se sont attelées à repenser l’expérience pour les utilisateurs de cryptomonnaies. En effet un des problèmes aujourd’hui est de rendre les cryptomonnaies palpables et un bon portefeuille crypto physique est un bon moyen de réaliser cela. Si celui-ci est facile d’utilisation et intuitif, cela pourrait être un véritable game changer pour permettre une adoption plus massive des cryptos. Et alors si on peut payer avec ce wallet grâce aux terminaux Lunu, la boucle est bouclée! 

Réglementations, la douche froide ?

Il y a quelques années de cela, Bruno Lemaire avait participé au PBWS afin de crier haut et fort que la France serait la Blockchain Nation. La loi Pacte devait être la pierre angulaire d’une réglementation française source d’innovation pour le secteur. Aujourd’hui, un communiqué de presse annonce le renforcement des mesures d’identification des utilisateurs des exchange crypto en France. Un coup dur pour une industrie qui est déjà accusé de tous les maux : financement du terrorisme en tête. Malgré les tentatives des acteurs pour discuter avec l’exécutif, rien ne semble y faire. La dichotomie entre blockchain et crypto semble consommée. Il faudrait d’un côté promouvoir l’utilisation de la blockchain pour optimiser les processus interbancaires, créer un euro digital et de l’autre tuer les cryptos. Une vision qui, selon les participants manque encore profondément de sens est apparaît comme en décalage complet avec l’écosystème international. 

Intervention de Cédric O remarquée après les annonces du gouvernment concernant les reglementations sur les crypto actifs
Cédric O est intervenu pour faire le point sur la reglementation crypto en France

Bonne ou mauvaise nouvelle, les acteurs réglementaires étaient présents en nombre lors du PBWS. On pouvait notamment rencontrer l’Autorité des Marché Financiers qui gère le fameux statut de PSAN mais aussi les certifications pour les ICO. Kat Borlongan représentait la French Tech, organisme qui finance une partie des startup blockchain en France. Enfin, l’organisme de standardisation des technologies : l’AFNOR était également présent pour débattre des standards blockchain en France. Alors que penser de ces acteurs ? Si dans un sens ils semblent être un frein à l’innovation, de l’autre cela peut aussi être le reflet d’une certaine arrivée à maturité des technologies blockchain…. 

Si cette année sera marquée par la Covid, le confinement et l’arrêt d’une partie de l’économie. L’écosystème blockchain et crypto lui a fait preuve d’une belle résilience. Ce Paris Blockchain Week Summit en a été le reflet. Les projets arrivent pour certains à maturité. D’autres présentent un potentiel réalisable dans un lapse de temps court. On pense ici notamment à l’émergence de la DeFi et l’adoption des cryptomonnaies comme un moyen de paiement pour tous. De leur côté, les acteurs bancaires continuent à découvrir la technologie avec une attirance de plus en plus importante pour les stablecoins. 2020 aura permis de solidifier les bases de l’écosystème blockchain en France, rendez-vous l’an prochain pour voir comment tout cela va évoluer ! 

Plus d’actions
Partagez

( Contributeur web & vidéo )

Passionné des technologies Blockchain et des cryptomonnaies depuis plusieurs années, je crois fermement à l’adoption massive qui arrive. Toujours à l’affût des dernières tendances sur le marché des cryptomonnaies, je prends plaisir à partager avec vous tous ses secrets !

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo