Layer X Labs développe un Protocole de Vote sur Blockchain

ven 13 Nov 2020 ▪ 14h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

On se souviendra encore pendant un bon bout de temps de Donald Trump et des élections controversées du 3 novembre 2020.

Les prochaines élections présidentielles US se feront-elles sur blockchain ? On teste le vote électronique sur blockchain dans de nombreux pays – au Japon, en Russie et en France.

Layer X remet une couche sur le vote électronique

La société japonaise Layer X a annoncé la création d’un système de vote électronique basé sur la blockchain dans le cadre de l’initiative « smart city » menée par la ville de Tsukuba, dans la préfecture d’Ibaraki.

La société a indiqué que ce système répond aux exigences techniques du scrutin électronique telles que la prévention d’un double vote, le stockage du contenu du vote, le maintien de l’anonymat des électeurs et la gestion des données opérationnelles.

L’application permet aux électeurs de vérifier leurs propres votes pour s’assurer que le processus d’enregistrement sur la blockchain a été réalisé correctement.

Le vote électronique dans les tubes à essai des démocraties

Selon Layer X, ce nouveau système devrait encourager le vote électronique dans les collectivités locales.

La société s’efforce également de résoudre les problèmes techniques rencontrés lors de la transition vers le numérique au sein de divers services administratifs.

Layer X rejoindra le comité « smart city » de la ville de Tsukuba qui ambitionne de faire entrer la ville dans l’ère digitale.

La pandémie a entraîné plusieurs pays à envisager le développement d’options de vote en ligne basée sur la blockchain.

La Russie a lancé une expérimentation avec un programme pilote en partenariat avec Rostelecom et Waves Enterprise, après une précédente expérience qui s’était avérée désastreuse.

La commune française de Verneuil-sur-Seine a organisé un vote relatif à la construction d’une route en utilisant une application basée sur la blockchain Tezos (XTZ).

Le parti démocrate du Michigan avait annoncé le succès d’un test de vote électronique sur la plateforme Voatz ; la plateforme avait été néanmoins pointée du doigt par le MIT qui avait identifié des failles de sécurité.

La blockchain peut-elle sauver la démocratie ? La peur d’une réélection de Donald Trump – qui n’aurait pas manqué de narguer ses opposants sur Twitter – a motivé des millions d’électeurs américains à aller aux urnes. Les apports d’une Dapp de vote sont surtout techniques et organisationnels, et non politiques. Quant aux débats sur le niveau de sécurité d’une telle application, Bitcoin (BTC) serait la meilleure offre DeFi, il pourrait également être la meilleure offre pour la création d’une plateforme de vote électronique. Un Bitcoin au service de la démocratie, les institutions gouvernementales qui défendent ardemment les fiats vous remercient mais disent non.

Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.