A
A

Le fondateur de IOTA règle ses comptes

mer 30 Déc 2020 ▪ 10h00 ▪ 4 min de lecture - par Rédaction CT

Le torchon brule entre David Sønstebø – le fondateur de l’IOTA – et son conseil d’administration qui ne s’est pas gêné pour le retirer de l’organisation en début de mois. La décision forte qui avait été annoncée par le conseil a naturellement déplu à l’intéressé qui exerça un droit de réponse. Si la démarche visait dans un premier temps à clarifier la situation et rassurer la communauté, elle s’est vite transformée en règlement de compte. L’homme qui dirige la fondation depuis 2017 entend donc livrer bataille pour retrouver sa place initiale.

Une annonce maladroite pleine de panique et non professionnelle 

Après que le conseil d’administration de la fondation IOTA ait unanimement voté pour retirer son fondateur, ce dernier n’a pas caché sa déception quant à la forme utilisée pour relayer la décision. Il qualifia notamment celle-ci de « maladroite, pleine de panique et carrément non professionnelle, laissant largement la place à une spéculation effrénée ». Dans un style parfois cru, il s’est alors permis de répliquer à son tour pour éclaircir certains points. Il y explique notamment que les désaccords entre le conseil et lui n’étaient nullement dûs à l’existence de conflits d’intérêts avec l’organisation. Il estime d’ailleurs que cette représentation qui a été faite de la chose est manifestement fausse, aux motivations douteuses et diffamatoires contre sa personne.

Il admet néanmoins que certains problèmes ont vu le jour entre les membres et lui concernant des aspects techniques et humains. Il s‘agit notamment du rejet de sa candidature au poste de PDG de la fondation par le conseil d’administration. Le second point important serait les désaccords sur des projets futurs de l’écosystème IOTA comme la gouvernance rentable des comités dans IOTA Smart Contracts, Oracle-as-a-Service et Decentralized-Infrastructure as a Service. M. Sønstebø affirme s’être opposé au fait que le conseil d’administration s’approprie ces projets et leurs futures sources de revenus potentielles.

M. Sønstebø règle ses comptes avec tout le monde et annonce la couleur pour la suite

Après cette mise au point, M. Sønstebø n’a pu s’empêcher d’adresser quelques piques à l’endroit des membres du conseil qui l’a déchu. Après avoir demandé à l’un d’entre eux d’arrêter de se présenter comme un cofondateur de l’IOTA, il en décrivit un autre comme un mendiant de jetons qui brillait par son absence aux réunions du conseil. 

Pour finir, M. Sønstebø a évoqué son futur qu’il ne voit pas s’écrire loin de celui de l’IOTA à qui il espère encore apporter sa contribution. « Il y aura plus de détails sur mes projets pour l’IOTA au début de l’année prochaine. Ne vous inquiétez pas. Je continuerai à travailler sur l’IOTA avec les membres de la Fondation, les membres de la communauté et les partenaires extérieurs. Ce n’est pas le point final de la dernière phrase du dernier chapitre ; c’est simplement une virgule » a-t-il conclu.

Il est fort à parier que cette sortie en entraînera une autre de la part du conseil d’administration de la fondation surtout après que certains membres aient été égratignés. Le feuilleton entre les deux parties devrait donc se poursuivre même s’il serait préférable qu’elles trouvent rapidement un terrain d’entente.  

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Rédaction CT avatar
Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !