Se connecter S'abonner

Bank of New York Mellon se demande jusqu’où ira le Bitcoin ?

Bank of New York Mellon, la doyenne des banques américaines, a publié un papier intitulé Blending Art & Science : Bitcoin Valuations. On y trouve des peaux de banane sous forme de prédictions de prix fallacieuses à propos du bitcoin. Debunkage…

Et si le Bitcoin remplaçait 5 % de la masse monétaire mondiale ?

Assez cocasse pour être noté, les quatre auteurs concèdent d’entrée que le bitcoin est bel et bien une monnaie :

« La définition la plus communément admise d’une monnaie est qu’elle doit être une réserve de valeur ainsi qu’un moyen d’échange. Selon ces critères, le bitcoin correspond à la description d’une monnaie naissante. »

Ils avancent ensuite qu’il n’est pas si facile d’évaluer la valeur du bitcoin de la même façon que l’on évalue la valeur des devises traditionnelles, arguant que de « nombreux aspects de l’évaluation sont un exercice relatif ».

Pour l’illustrer, le fameux PE (Price Earning ratio) est pris en exemple. Pour rappel, le PE est un simple ratio qui divise le prix d’une action par le dividende annuel. Un PE élevé étant mauvais. Actuellement, le PE de Tesla est de 960 alors que celui d’Apple est de 33. Dit autrement, le cours de l’action Tesla est en théorie largement surévaluée par rapport à celui d’Apple.

« Un PE de 20 est-il cher ? Cela dépend. C’est relatif à la fois à la croissance des bénéfices par action, mais aussi aux PE des concurrents. De la même manière, déterminer si le yen japonais est surévalué dépend de sa valeur relative par rapport aux autres devises. La plupart des modèles d’évaluation des devises, depuis la parité du pouvoir d’achat à l’indice Big Mac, tournent généralement autour de la position relative de la nation émettrice. Des facteurs tels que les écarts de taux d’intérêt, la balance commerciale, les réserves de change, la dette nationale, et autres, sont à prendre en compte. Le bitcoin a ça d’unique qu’il ne dépend pas d’une banque centrale, d’une balance commerciale, de la géopolitique, etc. Il n’y a pas d’émetteur stricto sensu. D’ailleurs, l’absence d’émetteur est voulue. En essence, de nombreux puristes affirment que le bitcoin […] est une véritable monnaie mondiale. »

Après ces belles paroles, les banquiers proposent une règle de trois mettant en relation le prix du Bitcoin de mai 2020 (8800 $), sa capitalisation correspondant à la même date (160 milliards $), et le fait qu’elle représentait alors 0.4 % de la masse monétaire mondiale. Résultat, les quatre larrons en déduisent que « si le bitcoin remplaçait 5 % de la masse monétaire mondiale, sa valeur serait de 100 000 $ ».

C’est archi faux…

Premièrement, ce choix bizarre de calendrier (mai 2020) n’est pas anodin puisque la FED a depuis augmenté son bilan de 15 %. Pareil pour la BCE et bien d’autres banques centrales. Et ça change tout !

Deuxièmement, BNY Mellon obtient ce chiffre de 0.4 % en prenant en compte le seul bilan cumulé des banques centrales. Or les bilans des banques centrales ne reflètent pas la véritable masse monétaire… Chacun sait que les banques privées créent bien plus d’argent que les banques centrales !

Bilan des banques centrales SNB, BoE, Fed, ECB, BoJ
Source : Reuters / Bilan de quelques grandes banques centrales (le bilan de l’ensemble des banques centrales est environ deux fois supérieur à ce qui est présenté sur ce graphique)

Il est très simple de connaître la masse monétaire mondiale totale. Elle est tout simplement égale à la dette mondiale. Nous sommes bien d’accord que si une dette existe, cela signifie qu’une quantité égale d’argent se trouve en circulation dans l’économie ? Bien.

La dette mondiale étant de 281 000 milliards, le bitcoin et ses 1100 milliards représente donc actuellement 0.4 % de tout l’argent du monde (et non pas simplement 0.4 % du Bilan des banques centrales datant de mai 2020…). Dit autrement, si le bitcoin devait peser 5 % de la masse monétaire mondiale, sa valeur actuelle de 59 000 $ serait multipliée par 14. Soit 750 000 $ le BTC…

Nous sommes très loin des traîtres 100 000 $ de BNY Mellon…

De manière encore plus simple, divisez 281 000 milliards par 21 millions et vous aurez la valeur d’un bitcoin si ce dernier venait à remplacer tout l’argent du monde. Cela fait 13 millions $ pour un seul BTC. Soit 216 fois plus que les 60 000 $ d’aujourd’hui.

« Tout ce qui brille n’est pas d’or »…

S’ensuit une comparaison de nouveau malhonnête, avec l’or…

« Le bitcoin est également souvent comparé à l’or. Après tout, l’or a été accepté comme réserve de valeur et moyen d’échange pendant des siècles (de nos jours, il est surtout utilisé comme réserve de valeur). Nous pensons que l’or est également la seule “monnaie” mondialement acceptée, et permettant de contourner des sanctions de la part d’une entité [BNY Mellon fait probablement référence ici à l’extraterritorialité du dollar et les embargos via le réseau SWIFT]. L’offre d’or est également assez limitée. Selon l’US Geological Survey, la production minière d’or a augmenté à un taux de croissance annuel composé (TCAC) d’environ 1,6 % entre 1970 et 2017. Si l’on prend comme point de départ l’année 2020 et comme date de fin théorique l’année 2033, lorsque 21 millions de bitcoins auront été extraits, la production de bitcoins devrait croître à un TCAC d’environ 1 %. »

Là encore, il s’agit d’une grotesque manipulation de chiffres. Cela ne rime à rien de comparer deux taux composés avec l’un s’étalant sur 47 ans et l’autre sur 13 ans. Il s’agit là de donner l’impression que le stock de bitcoins va croître dans un même ordre de grandeur que celui de l’or alors qu’il n’en est rien !

Comme on dit, une image vaut mille mots. Le graphique suivant compare l’augmentation du stock d’or et de bitcoin. Celui de l’or progresse de manière linéaire alors que celui du bitcoin est asymptotique (il tend vers un maximum de 21 M).

Supply du BTC
Source : FIDELITY Courbe bleue : stock de bitcoins (en millions) / Courbe verte : stock d’or sorti de terre (en tonnes) [Un enfant peut alors comprendre que le bitcoin est beaucoup, beaucoup plus rare que la relique barbare.]

Un peu plus loin, les bankster mettent en avant le fameux stock-to-flow ratio. Dans le cas de l’or, il permet de savoir combien d’années sont nécessaires pour que le stock double. Ce ratio est de 50 pour l’or. Cela signifie que les mineurs d’or doivent travailler 50 ans pour que le stock passe de 200 000 tonnes d’or à 400 000 tonnes.

BNY Mellon avance que le ratio de l’or est de 20, suggérant insidieusement que l’or serait donc beaucoup plus rare sur le bitcoin. C’est bien évidemment une analyse hautement biaisée… Si le ratio pour le BTC est bien de 20 à l’instant t, il faut aussi préciser que son stock ne doublera jamais. En effet, 18 des 21 millions ont déjà été minés. A contrario, nous n’avons même pas encore atteint le pic d’extraction de l’or…

Le papier avoue toutefois que le stock-to-flow ratio n’est pas très pertinent. « C’est en réalité bien davantage le pouvoir d’achat du dollar (inflation) qui fait le prix des valeurs refuge telles que l’or et le bitcoin », peut-on lire. Vient ensuite la réponse à la question de savoir ce que vaudrait le bitcoin si sa capitalisation égalait celle de l’or.

Un beau graphique est fourni mais aucune réponse n’est apportée à cette question pourtant très simple.

Bitcoin vs gold
Source : @100trillionUSD (les banquiers de BNY Mellon n’ont pas fourni un seul graphique fait maison…) / Ce graphique montre que lorsque le bitcoin atteindra la capitalisation du bitcoin, il pésera alors 10 000 milliards $

Voici les ingrédients pour répondre à la question :

  • Stock mondial d’or = 10 000 milliards $
  • Stock de bitcoin = 1100 milliards $
  • 1 BTC = 59 000 $

De nouveau, une simple règle de trois vous dit qu’un bitcoin vaudra 536 000 $ lorsque sa capitalisation atteindra celle de l’or. (10 000 / 1100) x 59 000 = 536 000 $

Soit un peu moins que les 750 000 $ avancés plus tôt, dans le cas où le bitcoin venait à représenter 5 % de la masse monétaire mondiale. Encore une fois, nous sommes très loin des 100 000 $ que BNY Mellon met en avant, comme pour susciter l’envie de shorter une fois que nous y serons…

En effet, rappelons que la communauté twitter bitcoin a fait la promesse de ne pas quitter les yeux laser tant que nous n’aurons pas atteint 100 000 $… Ne faites confiance à aucune banque et ne faites pas l’erreur de vendre sur 100 000 $ !

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés