Bitcoin (BTC) et les altcoins s’écroulent après le shutdown du Kazakhstan

jeu 06 Jan 2022 ▪ 13h00 ▪ 7 min de lecture - par Clément Cauffet

Dans la nuit du 5 au 6 janvier 2022, le marché crypto a enregistré une baisse globale d’environ 10 %. Considéré comme particulièrement volatile, l’écosystème crypto prouve une nouvelle fois que les excès se paient au prix fort. Premier responsable de cette baisse ? Le gouvernement du Kazakhstan ! En effet, ce dernier a coupé Internet pendant plusieurs heures rendant impossibles les opérations de mining. Avec 18 % du hashrate total de Bitcoin, les conséquences d’un tel acte se sont immédiatement répercutées sur le marché crypto. Peut-on toujours parler de décentralisation ?

La crise énergétique au Kazakhstan pointée du doigt

Avant de parler plus précisément des conséquences des actions du gouvernement Kazakh sur le cours des cryptomonnaies, il convient de parler de la crise dans laquelle se trouve le pays.
En effet, le Kazakhstan, ancienne république soviétique, a longtemps profité de ses ressources naturelles pour s’imposer comme première puissance économique d’Asie Centrale. La raison principale de ce succès commercial réside dans l’export d’hydrocarbures, source majeure de revenus du pays.

Toutefois, le Kazakhstan s’est fixé comme objectif l’année dernière de réduire ses émissions de carbone de 15 % d’ici à 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060… Pari ambitieux pour le 14ème émetteur mondial de CO2, mais plus que salutaire pour lutter contre le réchauffement climatique.

Dans cette optique, le gouvernement a annoncé en ce début d’année 2022 la suppression des prix plafonnés sur le carburant. Ces mesures ont entrainé un doublement du prix du gaz naturel liquéfié (GNL) utilisé par de nombreux automobilistes dans le pays. Avec une inflation calculée à 9 %, le Kazakhstan risque ici de voir son économie s’effondrer.

Conscient du danger qui plane sur son économie, le président Kazakh, Kassim-Jomart Tokaïev, a annoncé certaines mesures ce mercredi lors d’un passage télévisé. Dans un premier temps, il annonce accepter la démission de son gouvernement, en partie responsable de la crise actuelle. De plus, il affirme avoir pris conscience des difficultés dans lesquelles se trouve la population kazakh et promet de réguler la hausse du prix du carburant. Enfin, l’état d’urgence est déclaré dans le pays, témoin de la gravité de la situation.

Conséquences d’un hashrate trop centralisé

Dans ce contexte fragile, les mineurs de cryptomonnaies sont venus ajouter leur grain de sel. En effet, après le ban chinois, de nombreuses fermes de mining se sont relocalisées au Kazakhstan. Comme le montre le schéma ci-dessous proposé par l’université de Cambridge, le pays est aujourd’hui la deuxième nation la plus impliquée dans le mining avec près de 18 % du hashrate de Bitcoin. Notez également la dominance des États-Unis avec plus de 35 % du hashrate (chiffres mis à jour en août 2021).

Cette relocalisation massive au Kazakhstan a entrainé une surcharge du réseau électrique, encourageant les protestations dans le pays.

Devant cette situation alarmante, les autorités ont pris des mesures drastiques ce mercredi 5 janvier 2022. Le groupe spécialisé dans la surveillance du web NetBlocks a fait état sur Twitter d’une « coupure d’Internet à l’échelle nationale (…) susceptible de limiter sévèrement la couverture des manifestations antigouvernementales qui s’intensifient ». Vous l’aurez compris, le gouvernement a coupé Internet pour limiter la diffusion d’informations, rendant impossibles les opérations de mining dans le pays.

En effet, toutes les fermes de mining ont été impactées. Larry Cermak dressait le tableau des conséquences de cette coupure Internet sur sa page Twitter :

Avec ce schéma, on comprend bien la place centrale qu’occupe le Kazakhstan dans la sécurisation du réseau Bitcoin.

Mais alors, peut-on encore parler de décentralisation quand deux nations se partagent plus de 50 % du hashrate du Bitcoin ? Cette question mériterait une tribune à part entière que nous vous proposerons dans les prochaines semaines sur Cointribune.

Autres facteurs responsables de cette forte baisse

En effet, le Kazakhstan possède une grosse part de responsabilités dans la récente baisse du marché crypto. Toutefois, il serait un peu facile de tout coller sur le dos de ce pays en crise. D’autres facteurs sont à dénombrer.

Premièrement, le marché crypto se trouve dans une hésitation certaine depuis début décembre avec des volumes très faibles et une volatilité compressée. Le marché se laisse glisser depuis la mèche à 69 000 $ du 10 novembre 2021. En ce début d’année 2022, les yeux étaient rivés sur la première crypto du marché, attendant un mouvement d’amplitude (haussière ou baissière) pour donner le ton de ce premier trimestre. Malheureusement, la coupure Internet et la baisse brutale du hashrate ont téléguidé le prix du bitcoin à la baisse. Effet boule de neige dû aux ordres positionnés et aux leviers trop nombreux, la chute s’est accentuée.

Pour couronner le tout, la Réserve fédérale des États-Unis (aussi appelée Fed) a fait une annonce peu encourageante. En effet, les responsables de la banque centrale américaine ont estimé qu’il pourrait être justifié de relever les taux d’intérêt plus tôt que prévu. En cause : le fameux variant Omicron qui paralyse l’économie mondiale depuis plusieurs mois.

Une opportunité pour du long terme

Dans ce climat peu favorable, tout n’est pas non plus négatif. Ce genre de baisses permettent, à ceux qui suivent une trend long terme, de remplir leurs wallets à des prix plus intéressants. De plus, ces fortes baisses engendrent des liquidations de positions sur le marché, enlevant de la pression sur le cours. La nuit dernière, nous avons enregistré près de 900 millions de liquidations sur le marché crypto dont 330 millions sur Bitcoin.

C’est sûr, nous espérions tous commencer 2022 autrement. L’incertitude qui plane sur le marché depuis 3 mois maintenant a de quoi décourager les investisseurs qui découvrent ce marché. Cette chute violente du cours du bitcoin permet cependant de mettre en lumière la crise que traverse le Kazakhstan, très peu relayée par les médias traditionnels. De plus, cette baisse engendrée par un seul pays soulève des questions sur la décentralisation du réseau Bitcoin. Quoiqu’il en soit, le fondamental reste le même, l’adoption continue et la technologie est est promise à un bel avenir !

A
A
Clément Cauffet

Passionné d’innovation et de projets disruptifs, les technologies Blockchain ont rapidement attiré mon attention ! Je prends plaisir à évoluer dans cet écosystème bouillonnant et à en découvrir toutes ses facettes ! Pourquoi ne pas partager cela avec vous ?

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 37 704,88 $ -0.12%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 2 543,17 $ -0.17%
DEFI (DEFIPERP) 6 617,00 $ 2.93%
MARKETS (ACWI) 98,93 $ 1.6%
GOLD (XAUUSD) 1 791,42 $ -0.32%
TECH (NDX) 14 454,61 $ 3.21%
CURRENCIES (EURUSD) 1,11 $ 0.02%
CURRENCIES (EURGBP) 0,831290 £ -0.12%
CRUDEOIL (USOIL) 87,24 $ -0.02%
IMM. US (REIT) 2 691,83 $ 3.19%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Guides Crypto
Vous devez remplir le formulaire pour recevoir votre document