Se connecter S'abonner

La FED fait monter les taux mais aussi le bitcoin !

À l’instar de la BCE jeudi dernier, la FED a tenté de brouiller les pistes en soufflant le chaud et le froid. Les analystes pourront se torturer les méninges, mais le fait est que le Dollar Index a plongé, faisant par conséquent les affaires du bitcoin.

bitcoin dollar fed

Nouvelles projections économiques

Une fois par trimestre, la FED publie ses dernières projections économiques. Et notamment le « dot plot » qui rassemble les anticipations des gouverneurs concernant les taux auxquels la FED prête aux banques privées pour les prochaines années.

Plusieurs gouverneurs ont relevé leurs prévisions. C’est-à-dire qu’ils estiment qu’ils devront remonter les taux plus vite qu’ils ne le pensaient trois mois auparavant. Cela étant dit, la projection médiane de l’ensemble des gouverneurs est restée inchangée. C’est très important. Et pourtant, le taux à 10 ans US remonte, ce qui est contre-intuitif.

Mais le diable se cache dans les détails. En parallèle de ces projections de taux “plus élevées”, la FED a décidé d’augmenter l’enveloppe journalière dédiée aux emprunts dits ON RRP (Over Night Reverse Repurchase agreement) dont le taux s’est établi en moyenne à 0.01 % la semaine dernière.

Dit autrement, la FED souffle le froid avec ses projections de taux, et le chaud en permettant aux banques d’emprunter davantage d’argent quasiment gratuit. Voire négatif, ce qui revient à véritablement distribuer de l’argent gratuitement aux banques.

les taux de refinancement des banques à court terme sont quasiment en territoire négatif
Les taux de refinancement des banques à court terme quasiment en territoire négatif

La vérité est que les taux de la FED resteront au plancher jusqu’en 2024 (voire pour toujours…). Et avec l’inflation qui devrait se faire douloureuse dès cette année, l’horizon est dégagé pour le bitcoin qui ne peut que s’épanouir dans cet environnement de taux réels négatifs.

Personne n’est dupe

La FED et la BCE se livrent à un exercice d’équilibriste. Les deux banques centrales semblent vouloir tolérer une hausse des taux à court terme alors que chacun sait que la bulle d’endettement éclatera si la hausse continue. En effet, étant donné les déficits budgétaires et de la balance commerciale des États-Unis, il est vain de croire que l’on peut rehausser le loyer de l’argent sans dévaster l’économie.

D’autant plus que le prix du baril reste haut. Et le fait que Biden ait déclaré que Putin est un tueur ne devrait pas arranger les choses (la Russie produit autant de pétrole que l’Arabie Saoudite)…

Rappelons que la crise de 2008 fut avant tout une crise énergétique (2007 fut l’année du pic pétrolier conventionnel). À l’époque, le prix du baril atteignait 150 $ contre 70 $ aujourd’hui. C’est de la physique : les entreprises font faillite lorsque le coût de l’énergie est trop important. Alors imaginez si les taux d’emprunt montent dans le même temps. Ce serait une prise en sandwich.

Certes, le pétrole de schiste US a permis de refaire démarrer la machine entre 2009 et 2019. Mais la fête est déjà finie. Le pic pétrolier incluant le pétrole de schiste américain a probablement eu lieu en 2018.

Si bien que ce à quoi nous assistons actuellement n’est rien d’autre qu’une fuite en avant. Les banquiers centraux font illusion avec quelques artifices, mais préparent en secret un retail CBDC. Ce dernier étant le prélude à la nécessaire fin du cash visant à instaurer des taux négatifs qui auront la même finalité que l’inflation : siphonner le fruit de votre travail pour tenter de retarder l’inéluctable explosion de la bulle d’endettement.

Les taux montent mais pas le dollar

Si le taux à 10 ans US est allé marquer un nouveau plus haut dans le sillage de la conférence de presse de la FED, au-dessus de 1.70 %, nous observons toutefois une décorrélation avec les taux à court terme qui continuent de baisser. Même les taux réels de court terme baissent. C’est un indice que la hausse des taux longs n’est probablement que de l’esbroufe…

Les taux réels à court terme baissent alors que ceux à long terme montent
Les taux réels à court terme baissent alors que ceux à long terme montent

Le fait que le Dollar Index ne monte pas malgré ces taux en hausse peut également s’expliquer par deux autres facteurs. Le premier est que les taux d’emprunt européens sont aussi repartis à la hausse. Or le taux de change EUR/USD compte pour la moitié du Dollar Index.

Le deuxième est que la Chine a abaissé le canal dans au sein duquel le taux de change USD/CNY est autorisé à fluctuer. Le taux de change de référence a été abaissé à 6.4859 contre 6.4978 pour la semaine précédente.

Cette tendance à l’appréciation du yuan ne passe jamais inaperçue et explique en partie cette mollesse du dollar qui profite en retour au bitcoin. Et tout cela malgré la FED qui fait mine de ne pas s’inquiéter de la hausse des taux d’emprunt.Le prochain rendez-vous avec Jerome Powell aura lieu le 22 mars. Le timonier de la FED parlera aux côtés des chefs de la banque des règlements internationaux et des pontes de la BCE de la “monnaie digitale”…

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo