Facebook enclenche sa mutation vers la réalité virtuelle et devient Meta

sam 30 Oct 2021 ▪ 11h00 ▪ 4 min de lecture - par Luc Jose Adjinacou

Annoncé comme le plus grand évènement d’internet cette année, le changement de nom de Facebook est désormais officiel. La société qui s’appellera désormais Meta officialise ainsi son passage à la 3D avec plusieurs innovations à la clé. Celles-ci comprennent notamment l’incorporation des NFT et de la réalité virtuelle avancée. Plus de détails dans la suite.

Le réseau social garde le nom de Facebook en attendant l’arrivée d’Horizon

Le changement de nom de Facebook vient enfin concrétiser le désir de Mark Zuckerberg d’embarquer les utilisateurs du réseau social dans le métaverse. Le PDG de la société souhaite ainsi leur donner l’impression d’être à côté d’une autre personne toutes les fois qu’ils se connecteront au réseau social. Il a donc été prévu d’y intégrer la fonctionnalité de réalité virtuelle avancée pour donner naissance à une nouvelle plateforme sociale baptisée Horizon. Cette dernière permettra notamment aux utilisateurs d’effectuer des appels via la réalité virtuelle avec les fameux casques Oculus. À cela s’ajoute la création d’un marché virtuel alimenté par les NFT qui serviront à effectuer des achats dans le métaverse.

En attendant l’avènement de cette plateforme, le réseau social Facebook conserve son nom. Alors que celui de la société devient Meta, elle a décidé de remplacer le signe du pouce levé de son siège par un  bleu de l’infini. À compter du 1er décembre, ses actions devraient commencer à être négociées sous le nouveau ticker MVRS. Commentant le changement de nom de la marque, Mark Zuckerberg a estimé que celui-ci était nécessaire pour mieux exprimer la nouvelle direction prise par la société. « À l’heure actuelle, notre marque est si étroitement liée à un seul produit qu’elle ne peut pas représenter tout ce que nous faisons aujourd’hui, sans parler de l’avenir » a-t-il déclaré.

Une mutation ayant nécessité un investissement colossal 

Pour parvenir à ses fins, la société n’a pas lésiné sur les moyens financiers quitte à faire baisser ses bénéfices. Elle a d’ores et déjà déclaré que ceux-ci diminueraient d’environ 10 milliards de dollars cette année en raison des investissements dans son unité de réalité virtuelle avancée. Cette dernière a d’ailleurs mobilisé à elle seule 20 % du personnel de la société au mois de mars.

Pour remédier à cette situation, la société a annoncé ce mois-ci son intention de recruter 10 000 personnes à travers l’Europe qui seront affectées uniquement au développement de son métaverse. Même si son rôle dans le monde virtuel de la société n’est pas encore connu, Facebook a également lancé tout récemment son propre portefeuille cryptographique Novi.

En prenant d’assaut le marché florissant des métaverses, Facebook s’est naturellement attiré des critiques en provenance de la cryptosphère. Le fondateur d’Animoca Brands, la société derrière le célèbre jeu développé autour des NFT, considère l’intérêt du réseau social comme une menace plus sérieuse que les régulateurs. Il soupçonne notamment celui-ci de vouloir installer un monopole qui nuirait à l’interopérabilité des métaverses.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Luc Jose Adjinacou

Loin d’avoir refroidi mes ardeurs, un investissement infructueux en 2017 sur une cryptomonnaie n’a fait qu’accroitre mon enthousiasme. Je me suis dès lors résolu à étudier et comprendre la blockchain et ses nombreux usages et à relayer avec ma plume de l’information relative à cet écosystème.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.