NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Interview de Coin House

L’écosystème blockchain se développe et les cryptomonnaies intéressent de plus en plus de personnes. Cependant l’accès à ce marché n’est pas forcément toujours facile. En effet, comprendre l’utilisation des portefeuilles (wallets) n’est pas instinctif. Afin d’accompagner ces nouvelles personnes, certaines structures se sont créées dans cette intention. Et aujourd’hui nous avons la chance de discuter avec Romain Saguy de chez Coinhouse. Voici l’interview que nous avons préparée pour vous.

Qu’est-ce que Coinhouse ?

Coinhouse est le premier acteur enregistré par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). C’est-à-dire le premier acteur régulé en France qui permet d’acheter, de vendre et de conserver des cryptomonnaies en conformité avec la règlementation de lutte contre le blanchiment d’argent et de lutte contre le financement du terrorisme. Historiquement nous nous appelions la Maison du Bitcoin, comme tu as pu le mentionner, avec un comptoir où l’on pouvait accueillir des clients et les accompagner dans leurs démarches  pour acheter et vendre des cryptomonnaies. 

On a donc dès le départ dans notre ADN une volonté de démocratiser l’accès à la cryptomonnaie. Le temps passant, le besoin d’en faire une plateforme plus aboutie et adressant le marché européen s’est fait sentir : on a sollicité des investisseurs pour accompagner le développement de l’entreprise et on l’a renommée Coinhouse pour l’internationalisation.

Aujourd’hui notre mission  reste centrée sur la démocratisation et l’usage des cryptomonnaies et des technologies blockchains auprès des Européens, en leur permettant de bénéficier  de services autour de ces actifs. Nous sommes convaincus que la seule voie viable lorsque l’on se lance sur ces marchés, c’est la régulation. C’est pour cela que nous sommes un acteur proactif en matière de règlementation française et européenne. Nous avons depuis le départ calqué et appliqué les dispositifs réglementaires de la finance traditionnelle au monde des actifs numériques

Mais quelle est la différence entre Coinhouse et un exchange classique ?

Le métier de Coinhouse n’a jamais été celui d’un exchange mais celui de broker : nous sommes un intermédiaire d’achat-vente qui permet aux acteurs français d’avoir un accompagnement en français avec une société réglementée en France.

Si tu utilises un exchange comme Bitfinex, Binance ou Kraken, tu vas avoir beaucoup de mal à avoir accès à un interlocuteur qui parle français et qui soit prêt à répondre à tes questions. À l’inverse, Coinhouse a une équipe d’experts, qui pourra t’expliquer ce qu’est la blockchain, comment fonctionnent différents projets cryptos, et t’accompagner sur tes investissements et la gestion de tes actifs numériques. 

La deuxième différence fondamentale c’est que nous sommes en train de nous transformer en crypto-banque :  non seulement tu peux acheter des cryptomonnaies et être accompagné, mais on a désormais la volonté de proposer des produits similaires aux produits financiers traditionnels (que tu peux retrouver dans une banque classique) mais avec des sous-jacents cryptomonnaies. L’idée c’est de proposer un “compte épargne crypto” qui te permette de gérer tes investissements en fonction de ton profil de risque.

Par exemple, en octobre, on a lancé un produit de gestion sous mandat dédié aux actifs numériques : on utilise un système de trading algorithmique sur le Bitcoin qui permet à ton capital de profiter des périodes de hausse de cet actif tout en maîtrisant les risques en cas de baisse du marché. 

Notre vision aujourd’hui est donc de se positionner comme un acteur qui va accompagner les personnes qui veulent investir en cryptomonnaies et leur proposer des solutions qui doivent être vues comme de la diversification ou des alternatives aux produits financiers traditionnels.

Quelle cible vise Coinhouse ?

Notre cœur de cible n’est pas le cryptophile trader qui va aller sur des plateformes d’échanges acheter / vendre plusieurs fois par semaine (et attention à ces plateformes : elles ne répondent pas aux exigences de la réglementation française et n’assurent donc pas la même protection des clients et de leurs cryptos)

On adresse plutôt à l’investisseur traditionnel qui veut placer ses économies en s’appuyant sur une entreprise régulée et reconnue. Certains d’entre eux s’intéressent au fonctionnement des cryptomonnaies, mais d’autres veulent avant-tout bénéficier de la performance financière qu’elles génèrent sans avoir à connaître la différence entre un PoW (Proof of Work) et un PoS (Proof of Stake). 

Ce sont donc plutôt des personnes qui recherchent du conseil et un accompagnement fondé sur notre expertise.

Finalement c’est un peu comme lorsque tu souscris une assurance vie : tu définis ton niveau de risque mais tu ne vas pas forcément essayer de comprendre la composition exacte du portefeuille avec les particularités des actions qui le composent. Ça c’est le métier de ton banquier. Toi en tant qu’investisseur tu évalues surtout le risque par rapport à la performance espérée.

Lorsque l’on regarde l’écosystème des cryptomonnaies il y a de nombreux projets intéressants sur lesquels se positionner, mais il est extrêmement chronophage d’analyser les projets un par un. Notre équipe Recherche fait ce travail d’analyse et on le met à la disposition de nos clients. On permet ainsi aux investisseurs de bénéficier plus facilement de ces actifs, sans avoir à faire l’effort de maîtriser toute la complexité du domaine.

Quelles sont alors les différents types d’audience ?

Il y a 5 audiences différentes à qui l’on s’adresse :

  1. Celle des 18-24 ans qui représentent le plus grand nombre de cryptophiles. C’est une audience particulière, qui cherche souvent à “faire un coup”, le fameux “to the moon”, le “x10 overnight” donc encore novice sur la gestion du risque et de l’investissement.
  2. Les 25-45 ans, plutôt jeunes, plutôt cryptophiles et qui ont un patrimoine en cours de construction. Ils vont avoir une approche beaucoup plus raisonnée, avec des horizons d’investissement  court terme ou moyen terme, sur 6 mois, 12 mois ou 18 mois. Ils savent passer d’une plateforme à l’autre mais comprennent bien la différence entre les exchanges et les brokers.
  3. Les 45+ qui ont des revenus plus importants ou déjà du patrimoine. Ils connaissent bien la finance traditionnelle. Ils viennent chercher dans le secteur crypto une diversification de leur portefeuille pour du rendement. Ils maitrisent très bien les risques et n’investiront pas plus de 10% de leur patrimoine. Ils représentent les montant les plus élevés en valeur absolue car leurs capacités d’investissement sont plus importantes.
  4. Les gestionnaires de patrimoines ont un problème de traction sur le marché car les produits traditionnels proposent des rendements faibles. Ils sont conscients que pour attirer de nouveaux clients et fidéliser leur clientèle existante il va leur falloir proposer des nouveaux produits à plus fort rendements. Ils s’intéressent donc de plus en plus aux cryptomonnaies. En revanche, ils sont extrêmement prudents : si ton entreprise n’est pas régulée ils ne viendront jamais discuter avec toi.
  5. Les entreprises, et notamment les PME, peuvent avoir de la trésorerie à placer ou recherchent des opportunités d’investissement. Or, elles ne disposent pas toujours de solutions de placements satisfaisantes. Elles s’intéressent donc aussi à ces nouveaux produits.

Pour ces 3 dernières catégories les 45+, les gestionnaires de patrimoines et les entreprises, il est évidemment essentiel d’être un acteur régulé et parfaitement aligné sur la réglementation française : c’est notre plus grande force aujourd’hui.

Vous gérez donc aussi la fiscalité et les déclarations, si je comprends bien ?

Non, nous ne faisons en aucun cas du conseil fiscal, ni d’accompagnement dans les déclarations fiscales. C’est un métier à part entière.

Néanmoins, on travaille sur des modèles de reporting comme des des bilans d’investissements à nos clients Premiums pour faciliter la lecture de leurs investissements. 

J’aurais peut-être dû commencer par là, mais peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Romain Saguy. Je suis arrivé chez Coinhouse début septembre en tant que Chief Revenue Officer (en français dans les organisations traditionnelles on dirait Directeur Marketing et Commercial). 

Je m’occupe donc de la notoriété de la marque Coinhouse, de l’acquisition de nouveaux clients, mais aussi de la relation client qui est assurée par nos équipes commerciales et de support client. Dit autrement mon métier c’est d’expliquer qui l’on est, m’assurer que vous nous trouvez, si vous nous cherchez sur le web, et que vous avez la meilleure expérience et le meilleur accompagnement possible lorsque vous souhaitez utiliser nos services.

Pour autant ce n’est pas une plongée nouvelle dans la cryptomonnaie. Je suis “tombé dans la marmite” en 2017, juste un peu trop tard, c’est-à-dire au milieu de l’été 2017, après le x30-40 d’Ethereum.  C’était l’époque des ICO, de l’incroyable bull run de fin 2017 et de la chute qui a suivi. A posteriori c’était une très bonne période pour bien comprendre l’intérêt et les problématiques de l’écosystème… et aussi une occasion de bien mesurer les risques que représentent ces actifs. 

À côté de ça mon parcours professionnel s’est construit dans le Conseil, puis chez Google et chez LesFurets. Mon domaine d’expertise premier c’est donc plutôt le digital et le e-commerce en général.

Mais comment t’es-tu retrouvé chez Coinhouse ?

Ca fait partie des coups de chance qu’il faut saisir au bon moment : j’avais démissionné de mon poste chez LesFurets, au même moment un ami a eu contact avec un chasseur de têtes qui recherchait quelqu’un pour Coinhouse et il l’a renvoyé vers moi. J’ai donc rencontré l’équipe et suivi le processus de recrutement.

C’est surtout, je pense, un excellent timing : Coinhouse a été enregistré par l’AMF en début d’année, on a donc une légitimité qui grandit et on peut expliquer à tout un chacun qui l’on est et quelle est notre valeur ajoutée pour les particuliers, pour les entreprises, pour les sociétés de gestion de patrimoine, etc.

Pour finir quel rôle joue Coinhouse vis-à-vis de l’ICO de WPO ?

On sert de plateforme de tiers de confiance pour mettre en séquestre les investissements en cryptomonnaie BTC (Bitcoin) et ETH (Ethereum) dans le cadre de l’ICO (Initial Coin Offering) WPO

Aujourd’hui si tu souhaites investir dans WPO en cryptomonnaie, tu peux donc placer tes fonds en séquestre chez Coinhouse.

Si le projet arrive à terme tu auras les tokens WPO qui te reviennent et tu auras financé le projet. Si le projet n’arrive pas à terme on va rembourser les investisseurs

La valeur de ce système c’est de protéger au mieux  les investisseurs des scams et des systèmes frauduleux lors de la collecte des coins.

Vous savez à présent tout sur Coinhouse et sa vision dans l’écosystème, de belles nouvelles risquent encore de tomber donc suivez TheCoinTribune pour être le premier à être au courant des avancées. La suite, au prochain numéro…

Plus d’actions
Partagez

( Contributeur web & vidéo )

Musicien dans l’âme, la découverte de la blockchain résonna telle une mélodie en moi. Je cherche aujourd’hui à diffuser au plus grand nombre cette merveilleuse technologie qui façonnera le monde de demain à bien des niveaux. Si vous avez des remarques ou des questions n’hésitez pas à me contacter sur mon Linkedin !

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo