Se connecter S'abonner

Cryptovore#1, Privacy coins et Zero- Knowledge Proofs expliqués facilement à grand-maman

Bonsoir et bienvenue dans ce premier épisode de Cryptovore, la rubrique pour expliquer facilement à grand-maman les concepts (avancés) de la crypto et de la blockchain. Aujourd’hui nous parlons des privacy coins, cette catégorie de cryptomonnaies qui garantissent des transactions anonymes et privées sur la blockchain. Chaque coin ne fonctionne pas de la même façon et les informations privées peuvent varier : l’identité de l’utilisateur, le montant de la transaction, le solde du wallet etc… Comment fonctionnent ces cryptomonnaies ? Quels sont les projets les plus prometteurs de l’environnement ? Voyons ça ensemble !

“Privacy”, vous avez dit “privacy” ?

Comme expliqué brièvement en introduction, les privacy coins sont une classe de cryptomonnaies qui prônent l’anonymat des transactions sur une blockchain. Ne pas savoir d’où partent les coins, où ils arrivent, pour quel montant et le solde des deux wallets : tel est leur crédo ! Cette volonté vient trancher avec celle de blockchains aujourd’hui bien installées, qui ont fait de cette transparence leur principal atout.

En effet, sur la blockchain Bitcoin, pour ne citer que la plus connue, il est possible de consulter à tout instant l’historique des transactions avec leurs détails respectifs. Il existe différents sites qui permettent de consulter ces informations. A titre d’exemple, je vous laisse consulter ce lien blockchain.com qui vous permet de suivre toutes les transactions en attente de confirmation de la blockchain mère. 

Retour sur l’importance de la cryptographie

Avant de rentrer dans les détails du fonctionnement des privacy coins, il me semblait important de faire un rappel de cette grande discipline qui régit l’écosystème : la cryptographie.

L’objectif des procédés cryptographiques à toujours été clair : protéger des informations. Un certain protocole est mis en place et vous ne pouvez le résoudre que si l’on vous en donne la solution, la clef. Les traces les plus anciennes de chiffrement de documents remontent à l’Antiquité. En effet, une tablette d’argile retrouvée en Irak, datant de 1500 avant J-C environ, était ornée d’inscriptions étranges. Les historiens ont ensuite compris qu’il s’agissait de la recette secrète d’un potier qui avait supprimé les consonnes et changé l’orthographe des mots.

Dans l’histoire moderne, la plus belle démonstration de l’importance de la cryptographie reste la machine Enigma, utilisée par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale pour chiffrer et déchiffrer les communications. Si vous souhaitez en apprendre plus sur le sujet, le film The Imitation Game retrace plus ou moins fidèlement l’histoire des alliés ayant essayé (spoiler : et réussi) de casser le fonctionnement d’Enigma, donnant naissance aux ordinateurs. Je suis sur que le nom de Turing ou l’expression Turing-complete vous parle.. Reprenons !

Nous avons parcouru du chemin en presque 80 ans, et aujourd’hui une flopée d’algorithmes permettent le chiffrement de données. Nous parlions dans cet article du SHA-256 utilisé pour valider les transactions Bitcoin mais nous allons aujourd’hui nous intéresser aux algorithmes dits “Zero-Knowledge”, clef de voûte des privacy coins.

La technologie derrière les “privacy coins” 

Nous allons nous attarder sur les protocoles “Zero Knowledge” (ZK) et illustrer leur fonctionnement. Ces algorithmes ont été créés pour remplir une mission bien spécifique : un utilisateur A peut prouver à un utilisateur B qu’une affirmation est vraie, sans avoir à divulguer aucune autre information que la validation de cette affirmation. Le cryptographe Jean-Jacques Quisquater a publié en 1990 un article intitulé “Comment expliquer les protocoles à divulgation nulle de connaissance (Zero Knowledge) à vos enfants ?”. Cet ouvrage reprend l’image de la caverne d’Ali Baba pour expliquer le fonctionnement de ces algorithmes. Je vais ici me baser sur les informations divulguées par la Binance Academy sur le sujet pour expliquer simplement ces types de protocoles.

“Une image vaut mieux qu’un long discours”

L’idée générale est d’imaginer une salle circulaire avec une seule entrée et une porte magique, symétrique à l’entrée, qui sépare les deux chemins (cf. le schéma ci-dessous). Si on murmure à la porte les mots secrets appropriés, elle s’ouvre.
Dans le schéma proposé par la Binance Academy, deux protagonistes sont mis en scène : Alice (en jaune) et Bob (en bleu). L’objectif est qu’Alice puisse prouver à Bob qu’elle connaît les fameux mots secrets, sans les révéler. Le protocole mis en place est donc le suivant : Alice va rentrer en premier dans la salle circulaire et choisir arbitrairement un des deux chemins possibles ; le chemin 1 dans cet exemple.

Illustration algo Zero Knowledge, Source : binance Academy

Au bout de quelques minutes, Bob se place au niveau de l’entrée et crie dans la salle de quel côté il souhaite voir apparaître Alice ; chemin 2 dans cet exemple.

Illustration algo Zero Knowledge, Source : binance Academy

Alice connaissant les mots secrets qui lui permettent d’ouvrir la porte, elle s’empresse de les murmurer et rejoint Bob par le chemin 2.

Illustration algo Zero Knowledge, Source : binance Academy

Bob voyant Alice par le bon chemin, il peut en conclure que cette dernière connaît vraisemblablement les mots secrets. Pour s’en assurer, l’opération peut être répétée un grand nombre de fois pour éliminer le cas où Alice aurait choisi le bon chemin par hasard.

Finalement, Alice aura prouvé à Bob qu’elle connaît les mots secrets, sans avoir à les lui révéler. Cet algorithme est dit “à divulgation nulle de connaissance car Bob ne sait rien d’Alice, si ce n’est qu’il peut lui faire confiance.

Le projet Zcash (ZEC)

Le procédé décrit ci-dessus est exactement celui utilisé par la cryptomonnaie Zcash, un des leader de l’industrie des privacy coins. L’objectif de Zcash est de proposer des transactions anonymisées et qui respectent la vie privée des utilisateurs. Les transactions Zcash sont toutefois relayées par des blockchains publiques, mais ne révèlent pas les adresses d’envoi/réception ni le montant associé. Une option est néanmoins disponible pour afficher ces informations en cas d’audit ou de contrôle d’un régulateur financier. Le projet est conduit depuis 2016 par un expert en sécurité des ordinateurs, Zooko Wicox-O’Hearn. Son token est aujourd’hui non loin des 100$ avec un ATH (hors listing) à 880$ environ.

Les autres projets de “privacy coins”

Nous avons présenté Zcash mais d’autres projets émergent dans le domaine des privacy coins.

Actuellement, le plus gros market cap d’un projet basé sur les privacy coins est Monero (XMR) avec plus de 4,3 milliards de dollars de capitalisation. Ce projet diffère de Zcash en ce sens qu’il n’est pas basé sur un protocole Ethereum, mais tourne sur sa propre blockchain.

Horizen (ZEN), autre projet basé sur la vie privée des utilisateurs, possède quant à lui un market cap de 600 millions de dollars. Son fonctionnement se veut complètement décentralisé avec la possibilité pour chaque utilisateur de customiser son degré d’anonymat dans ses transactions.

Enfin, nous parlerons de Dash (DASH), une blockchain open-source appliquée à offrir un réseau rapide, à moindre frais et décentralisé pour les paiements. D’après leur white paper, l’équipe de Dash souhaite améliorer Bitcoin en proposant des transactions plus rapides qui respectent la vie privée.

Le risque associé

Le respect de la vie privée des utilisateurs est aujourd’hui le nerf de la guerre. Les privacy coins offrent des solutions permettant d’anonymiser des transactions en utilisant des algorithmes Zero-Knowledge. Il existe également des différences dans cette famille d’algorithmes, que nous détaillerons dans un procahin Cryptovore ! Maintenant une question se pose : que dirait Christine ? Madame Lagarde, présidente de la Banque Centrale Européenne, a maintes fois milité contre les cryptomonnaies avec comme argument principal le blanchiment d’argent. Même si, dans le cas de Zcash par exemple, des solutions sont en place en cas de contrôle d’un régulateur financier, ce type de projets risque de ne pas rassurer les institutions.

Plus d’actions
Partagez

Passionné d’innovation et de projets disruptifs, les technologies Blockchain ont rapidement attiré mon attention ! Je prends plaisir à évoluer dans cet écosystème bouillonnant et à en découvrir toutes ses facettes ! Pourquoi ne pas partager cela avec vous ?

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo