Les cryptomonnaies sont-elles des « monnaies » ?

ven 25 Déc 2020 ▪ 17h30 ▪ 10 min de lecture - par Thomas Andrieu

Le débat fait souvent rage chez les investisseurs : les cryptomonnaies sont-elles des « monnaies » ? Au XXIe, de nombreux concepts se retrouvent bouleversés par la forte mobilité, la forte mondialisation et le fort développement technologique. Cela nous amène à reconsidérer la question monétaire pour mieux saisir la place des cryptomonnaies dans l’Histoire monétaire.

La notion de monnaie

Brève histoire des monnaies

Non, l’Histoire des monnaies ne commence pas sous Crésus. Les premières monnaies étaient des grains ou encore de l’argent, définies par un poids donné, sans pour autant être standardisées. De même, l’or a d’abord servi de métal d’art bien avant d’avoir une fonction politique. Ces premières monnaies étaient fortement dépendantes des aléas de la production, ce qui conduisait à une très forte corrélation entre les cycles monétaires et économiques.

Avec les millénaires et le développement du commerce, des monnaies d’or et d’argent (toujours pas standardisées) acceptées des commerçants méditerranéens se sont répandues. La standardisation de ces métaux apparait plus nettement sous Crésus (-596/-546). Cette standardisation connaît un succès grandissant car la monnaie sert dès lors d’arme politique. C’est le pouvoir économique suprême.

Rapidement, la dégradation monétaire fait son apparition. C’est le processus qui consiste à augmenter la quantité de monnaie en circulation en rajoutant souvent des métaux d’une valeur inférieure. Civilisation après civilisation, la dégradation monétaire touche les territoires comme une épidémie. Une des dégradations antiques les plus importante a été celle de l’Empire romain peu de temps après son apogée (160-180 de notre ère). Comme dans de nombreux exemples avant et après l’Empire romain, la dégradation monétaire abusive provoque l’apparition de monnaies clandestines (« privées« ). Ces monnaies clandestines permettaient d’assurer un minimum de confiance au niveau local, ce que l’État ne permettait plus d’assurer.

La monnaie ne repose sur rien

Au XIe siècle, alors que l’économie européenne se remet doucement de près de 8 siècles de déclin, le besoin de commerce implique le développement des banques, et de la monnaie. Les premiers « billets » apparaissent d’abord en Chine, puis en Europe.

Après le développement des monnaies principalement royales, le XIXe siècle marque une avancée considérable. À partir du milieu du XIXe siècle, la chute de la valeur de l’or et de l’argent, et le besoin grandissant de quantités plus importantes, permet l’avènement de l’étalon or. Les monnaies sont liées à une quantité fixe d’or ou d’argent. Cela conduit droit à une très forte dégradation monétaire après la Première Guerre mondiale avec des extrêmes comme l’Hyperinflation de Weimar. Dérives que l’on retrouve par dizaines et dizaines depuis les premières monnaies. L’État assure donc partiellement la stabilité monétaire. Il arrive forcément un moment où le maintien de la stabilité à court terme passe par la dégradation monétaire, ce qui aggrave l’instabilité à long terme.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’étalon-or fait indirectement son retour. Mais en 1971, les quantités d’or ne pouvant être assurées à un prix de 35$ l’once, l’étalon-or est brisé : les devises du monde entier reposent littéralement sur « rien ». C’est le système flottant.

Graphique montrant la valeur de 9 monnaies par rapport à l’or depuis 1900.

Redéfinir le concept monétaire

Une « monnaie » n’a plus besoin d’État pour exister ?

Une monnaie n’a plus forcément besoin d’État pour exister, une devise (dollar, euro, etc…) oui. Une monnaie est d’abord une institution économique, une devise d’abord est une institution politique. Une institution économique n’a pas forcément besoin d’État pour exister, juste d’agents en mesure d’accepter ce moyen de paiement ou d’épargne. La seule qualité d’une monnaie doit être sa capacité à être encadrée par des lois. Le XXIe siècle permet à cette loi d’exister sans la présence d’État : c’est le principe de la Blockchain.  

Ce qui fait la valeur d’une monnaie est la confiance que les agents lui accordent. Cette confiance a historiquement été établie par décret de l’État. Cependant, nous l’avons vu, les commerçants utilisaient il y a des millénaires de cela des formes de « monnaies » non établies par l’État. L’État joue un rôle secondaire dans la réussite d’une monnaie. Rôle encore réduit au XXIe siècle.

L’absence d’État pour les cryptomonnaies est en réalité le cœur du caractère innovateur. C’est à la fois un immense avantage (pas de limitation nationale, pas de lois centralisées, etc…), mais parfois un inconvénient (difficulté à établir la confiance, etc…). Par ailleurs, les cryptomonnaies, tout comme les devises étatiques, reposent sur rien. Ce qui met ces deux formes de monnaies en concurrence sur même base.

L’État du XXe siècle est terminé ?

Le XXIe siècle a changé plus de perspectives dans l’Histoire monétaire que ces trois derniers siècles. Tout d’abord, le XXIe siècle permet une mobilité extrême des individus qui peuvent (presque) librement choisir l’État dans lequel ils souhaitent vivre. Les États perdent naturellement de leur souveraineté et sont en concurrence entre eux. Ce qui est un processus sain qui oblige les États à optimiser leur attractivité et le bien-être de leur population.

Le fait que les individus sont aujourd’hui en capacité de choisir librement leur État, implique une demande des individus afin de choisir librement leur monnaie. En cela que le concept de monnaie d’État (de devise), est dépassé au XXIe siècle. Les cryptomonnaies permettent de répondre à une demande mondiale de mobilité des capitaux, des individus, des marchandises. Il en résulte une mobilité supplémentaire qui n’aurait jamais été permise par les États.

Par ailleurs, la confiance des agents envers les monnaies traditionnelles est en chute constante depuis au moins deux décennies. Une des principales raisons est la dégradation monétaire abusive pratiquée par les Banques centrales afin d’assurer la « survie » budgétaire des États. La création monétaire est un des plus puissants pouvoirs qui se fait au détriment des agents, ce qui explique l’indépendance (théorique) de nombreuses Banques centrales.

Graphique montrant l’évolution du Bilan de la BoJ et de la FED. Source : FRED.

Quelle définition donner aux cryptomonnaies ?

Entre monnaies traditionnelles et monnaies clandestines…

D’un point purement factuel, les cryptomonnaies ne se sont pas suffisamment répandues pour les reconnaître comme monnaie courante, ce qui explique aussi leur forte volatilité. Ce sont les principales limites à la considération des cryptomonnaies comme « monnaie ». Le Bitcoin par exemple n’est capitalisé que 300 Mds$, ce qui est largement inférieur à la quantité en circulation des monnaies traditionnelles.

Cependant, les cryptomonnaies permettent l’avènement du libre marché monétaire, ce qui est une dérive de la mondialisation, de la hausse de la mobilité et du développement technologique. Les monnaies traditionnelles ne répondent pas à ces caractéristiques spécifiques au XXIe siècle. C’est aussi une réaction historique classique à la dégradation monétaire en faisant un parallèle avec les monnaies clandestines.

Aujourd’hui, les agents peuvent presque librement choisir la monnaie qu’ils souhaitent utiliser, l’État dans lequel ils souhaitent vivre, la règlementation dans laquelle ils peuvent au mieux échanger. Ce qui est une rupture profonde avec l’État Providence et l’État autoritaire des derniers siècles. Les cryptomonnaies apparaissent dès lors comme une évolution libérale.

Une « nouvelle étape dans l’évolution de la monnaie » (FMI, 2020) ?

Dit autrement, les cryptomonnaies sont une forme d’évolution monétaire face aux monnaies traditionnelles. Leur valeur économique est bien réelle et s’accroît au fur et à mesure de leur démocratisation. Démocratisation qui est en très forte progression et devrait tendre à s’accélérer (PayPal, Facebook, régulation, etc…). De 2018 à 2020, le nombre d’utilisateurs cryptos est passé de 35 à plus de 100 millions. Soit l’équivalent d’un pays entier.

Au-delà du caractère de démocratisation, il y a le degré de sécurité et de rapidité qu’offrent les cryptomonnaies. Les monnaies traditionnelles permettent difficilement ce degré de sécurité et de rapidité. La recherche de la rapidité et de sécurité a été une constante de l’évolution monétaire.

Néanmoins, la recherche d’une création monétaire forte est un facteur explicatif au développement humain. L’accès au crédit et à toutes les formes de « monnaie facile » ont permis un développement accru des activités humaines. Par leur caractère limité, de nombreuses cryptomonnaies ne répondraient pas à une utilisation économique totale.

En définitive, les cryptomonnaies n’entrent pas dans la définition d’une monnaie d’État traditionnelle. Les cryptomonnaies répondent à une demande bien particulière de mobilité, de concurrence étatique, et de besoin de décentralisation. Ce que ne permettent pas les monnaies traditionnelles. Les cryptomonnaies sont donc des monnaies dans le sens où elles permettent les paiements et l’épargne, avec pour seule loi d’établissement, la blockchain. Dit autrement, ce sont les monnaies caractéristiques du XXIe siècle. Une forme de monnaie très particulière qui ne dépend pas d’un territoire en particulier, ni d’une institution particulière. Cependant, leur volatilité, leur démocratisation encore limitée, voire leur caractère limité, sont autant de facteurs limitant leur caractère monétaire.

A
A
Thomas Andrieu

Auteur de plusieurs livres, rédacteur économique et financier sur plusieurs sites, je noue depuis de nombreuses années une véritable passion pour l'analyse et l'étude des marchés et de l'économie.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 60 845,00 $ -0.8%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 088,00 $ -2.02%
DEFI (DEFIPERP) 13 033,40 $ -1.28%
MARKETS (ACWI) 104,91 $ 0.01%
GOLD (XAUUSD) 1 791,52 $ 0.5%
TECH (NDX) 15 355,07 $ -0.87%
CURRENCIES (EURUSD) 1,16 $ 0.19%
CURRENCIES (EURGBP) 0,845790 £ 0.4%
CRUDEOIL (USOIL) 84,15 $ 1.9%
IMM. US (REIT) 2 731,82 $ 0.43%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching d’une heure avec un expert. Remplissez le formulaire et notre expert vous contactera sous 24 heures.