Binance suspend ses services en Afrique du Sud après un préavis

sam 09 Oct 2021 ▪ 13h00 ▪ 3 min de lecture - par Clément Dubois

Binance a annoncé l’arrêt de certains de ses services en Afrique du Sud afin de les mettre en conformité avec la réglementation locale. Cette décision fait suite à un avertissement du régulateur financier sud-africain (FSCA) selon lequel Binance Group n’est pas autorisé à fournir des conseils financiers ou des services intermédiaires dans le pays.

Binance interrompt certains de ses services en Afrique du Sud

La plateforme d’échange de cryptomonnaies Binance a annoncé le vendredi 8 octobre des changements dans ses offres en Afrique du Sud. Notant que la société «évalue en permanence ses produits et ses services pour s’assurer qu’ils sont conformes aux réglementations locales», Binance a déclaré qu’elle «cesserait d’offrir» aux citoyens sud-africains des contrats à terme, des options, des marges et des produits de tokens à effet de levier.

La société a ajouté:

«Avec effet immédiat, il sera interdit aux utilisateurs sud-africains d’ouvrir de nouveaux comptes pour ces produits. Les clients auront 90 jours pour réduire et clôturer leurs positions sur ces produits.»

Selon la plateforme, «les utilisateurs pourront recharger les soldes de marge pour éviter les appels et les liquidations de marge, mais ils ne pourront pas augmenter ou ouvrir de nouvelles positions». De plus, «les clients ne pourront plus réduire ou fermer de façon manuelle leurs positions après 23h59 du 6 janvier 2022 (UTC). Après cela, toutes les positions ouvertes restantes seront fermées».

La FSCA met en garde Binance

Cette annonce fait suite à un avertissement émis au début du mois de septembre par le régulateur financier sud-africain, la Financial Sector Conduct Authority (FSCA).

La FSCA a averti le public que Binance n’était pas autorisé à donner des conseils financiers ou à rendre des services intermédiaires en vertu de la loi sur les conseils financiers et des services intermédiaires (loi FAIS), 2002. Suite au communiqué de la FSCA, Binance a publié une déclaration affirmant que «Binance.com ne fournit pas de conseils financiers et ne rend pas de services intermédiaires».

L’Afrique du Sud rejoint donc la liste des pays dont les régulateurs ont émis des avertissements contre Binance. Pour rappel, de nombreux pays s’en sont pris à la plateforme d’échange, notamment le Royaume-Uni, les Pays-Bas, Singapour, Hong Kong, la Malaisie, la Thaïlande, la Lituanie, l’Italie et le Canada. Les autorités américaines enquêtent également sur Binance pour d’éventuelles manipulations de marché et délits d’initiés.

Clément Dubois

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.