JEU CONCOURS : GAGNEZ UNE PS5, PLUS VOUS AVEZ DE POINTS PLUS VOUS AVEZ DE CHANCE DE GAGNER, CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Bitcoin (BTC) et les taux négatifs

L’inflation et les taux négatifs sont deux faces d’une même pièce de monnaie fiat. La première ampute lentement votre pouvoir d’achat et les seconds se servent directement sur votre compte. A moins d’avoir du bitcoin…

D’où viennent ces taux négatifs ?

Les taux négatifs ont été mis en place par plusieurs grandes banques centrales comme celles du Danemark, du Japon, de la Suède et de la Suisse sans oublier la banque centrale européenne (BCE).

Cette politique monétaire kafkaïenne est un signe que le système bancaire moderne arrive dans ses derniers retranchements. En effet, le but des taux négatifs est de forcer les banques privées à prêter, coûte que coûte ! Pour comprendre cette relation de cause à effets, il faut commencer par dire deux trois mots sur la monnaie :

Le système de création monétaire est ainsi fait que les banques privées possèdent des réserves obligatoires auprès de leur banque centrale : la monnaie centrale. Enfin, “monnaie” est un bien grand mot. Il s’agit d’un simple jeu d’écritures entre comptes centraux par lesquels les banques sont obligées de passer pour se virer de l’argent. C’est une monnaie dite “scripturale”, comme le bitcoin du reste (arbre de Merkle).

C’est comme s’il existait une monnaie universelle – la monnaie centrale – que les banques utilisent entre elles, et une fausse monnaie ne valant strictement rien en dehors de l’enseigne qui l’a créée (sous forme de prêts à ses clients). Cette fausse monnaie, ce sont les euros BNP ou Société Générale que nous avons sur nos comptes en banque.

L’argent des banques privées n’est donc que l’ombre de la vraie monnaie, la monnaie centrale. Une ombre très grande car une banque privée n’a besoin d’’emprunter qu’un seul euro de monnaie centrale pour pouvoir prêter/créer en retour jusqu’à 30 euros de fausse monnaie.

[Soit dit en passant, 98 % de la monnaie n’existe que sous forme de jeu d’écritures. Les billets et pièces ne représentent qu’une infime portion de l’argent en circulation.]

Alors, quel rapport avec les taux négatifs ?

Lorsque les banques centrales mettent en place des taux négatifs, c’est précisément ces réserves obligatoires de monnaie centrale qu’elles taxent.

Très bien. Mais pourquoi ?

Voyez-vous, depuis la crise de 2008 et le pic de pétrole conventionnel, les banques se sont faites de plus en plus frileuses. Et c’est un gros problème.

La raison étant que le système de création monétaire par la dette assortie d’intérêts est une fuite en avant exponentielle. Cesser de prêter n’est tout simplement pas une option. Ce serait comme si un cycliste s’arrêtait de pédaler.

Il faut constamment abreuver le ponzi en faisant de nouvelles dettes pour pouvoir rembourser les dettes précédentes plus leurs intérêts. Sinon, c’est la récession assurée.

Malheureusement, faire des dettes requiert des emprunteurs. Et pour qu’il y ait des emprunteurs, il faut des perspectives de croissance. Dit autrement, il faut de l’énergie et des matières premières. 60 % du pétrole est utilisé par le secteur du transport dont dépend la croissance nécessaire au remboursement de la dette. Sans camions qui roulent, pas de croissance, pas de remboursement des dettes. CQFD.

Les banques ont compris que la croissance ne reviendra jamais car aucune source d’énergie ne peut remplacer le pétrole. La densité énergétique de l’essence est 100 fois supérieure à celle d’une batterie au Lithium… Les banquiers savent bien que notre capacité à transformer et mouvoir des choses (croissance) s’amenuise de jour en jour. Ils le voient dans les défauts de paiement qui ne cessent de se multiplier depuis 2008.

Le roi est nu. Il est pétrifi à l’idée d’arrêter la machine infernale et d’avouer que son idéolgie ultra-libérale nous mène tout droit à l’effondrement. Il préfère forcer les banques privées à prêter en instaurant un taux négatif sur leurs réserves obligatoires.

Ainsi, une banque qui refuserait d’augmenter ses prêts se rabougrirait petit à petit à cause du taux négatif de 0.50 % de la BCE. Pour éviter cet écueil, les banques n’ont pas 36 solutions. Soit elles prêtent davantage (ce qui leur permet in fine de récupérer de la monnaie centrale), soit elles répercutent ces taux négatifs sur leurs clients.

Nous y sommes…

Taux négatifs, fin du cash et Bitcoin

Au Danemark, la Danske Bank – récemment épinglée pour avoir blanchi des centaines de milliards… – va imposer un taux négatif allant jusqu’à -1 % sur les comptes de plus de 100 000 couronnes (13450 euros). 35 % des dépôts seront affectés…

En France, la banque en ligne N26 collecte désormais 0.50 % sur les comptes de plus de 50 000 euros. Idem outre-Rhin où certaines banques taxent au premier centime. D’autres banques font la même chose de manière plus sournoise, en collectant une somme fixe tous les mois.

Même tarif pour les banques suisses. UBS a fait savoir à ses clients que les taux négatifs de la banque centrale seront répercutés sur les comptes de plus de 250 000 francs, contre 500 000 F auparavant. Nous étions à un million il y a deux ans.

Dit autrement, ce n’est qu’une question de temps avant que tous les comptes soient ponctionnés. D’où la nécessité de faire disparaître le cash ou de limiter les montants pouvant être retirés aux distributeurs…

Tel est le véritable dessein de Christine Lagarde, la présidente de la BCE, lorsqu’elle parle d’Euro Digital. Cette monnaie aura pour but, entre autres, d’empêcher le quidam de retirer son argent sous forme de billets pour éviter le taux négatif.

En Chine, une telle monnaie est déjà à l’essai et elle est périssable. Elle disparaît au bout d’un certain temps si son détenteur attend trop pour la dépenser…

C’est l’inverse du bitcoin qui est une réserve de valeur immuable et sur laquelle personne ne peut ponctionner un taux d’intérêt négatif. Il est l’antidote à un système d’endettement à bout de souffle qui menace de s’effondrer sur lui-même au premier choc pétrolier.

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo