A
A

L’Espagne peut-elle accueillir les mineurs de bitcoin (BTC) ?

mar 29 Mar 2022 ▪ 13h00 ▪ 7 min de lecture - par Emile Stantina

Plus besoin de mettre en avant les nombreuses critiques qui subsistent autour de l’activité du minage de cryptomonnaies. Plus particulièrement au sujet du bitcoin (BTC), cryptomonnaie phare de l’écosystème tout entier. Après de nombreux déboires comme l’interdiction du minage sur le territoire chinois en mai 2021, la pénurie d’électricité au Kazakhstan et le texte de loi MiCA, l’avenir du minage des cryptomonnaies s’assombrit. Beaucoup de pays souhaitent aller à l’encontre de cette nouvelle technologie en mettant en avant les inconvénients. Tandis que certains autres souhaitent tirer parti de ces nouvelles opportunités. Comme expliqué récemment dans notre article au sujet du Hashrate, la possibilité d’un retracement n’est pas à exclure. Mais alors quelles seraient les solutions pour Bitcoin ? L’Espagne pourrait-elle devenir le nouvel eldorado du bitcoin (BTC) et des cryptomonnaies ?

L’Espagne pourrait-elle devenir un lieu privilégié pour les mineurs de bitcoin ? Malgré l’interdiction prématurée et refusée mise en avant par l’Europe ?

Le 7 janvier dernier Maria Munoz, porte-parole économique du congrès des députés, propose que l’Espagne devienne une terre d’accueil pour les mineurs.

Les travaux blockchains

Souvent mis en avant par les députés, l’Espagne souhaite accompagner le développement des technologies et plus particulièrement celle de la blockchain. Bien entendu, au même titre que l’Union Européenne, qui a par exemple créé un programme appelé « Digital Europe ». Il s’agit d’un réseau de plus de 36 000 entreprises qui opèrent et investissent en Europe à propos de la transition digitale et numérique.

Du côté espagnol, l’idée est de créer un « conseil national des cryptoactifs ». Ce conseil doit s’occuper du déploiement et de l’accompagnement de l’utilisation des cryptomonnaies. Dans cette lettre, Maria Munoz va même jusqu’à donner des axes de développement stratégique pour utiliser la blockchain, que ce soit dans le secteur public ou privé. La blockchain peut permettre de souscrire à des hypothèques et des assurances, ou s’attacher à gérer l’identité numérique des patients dans les centres de santé.

D’ailleurs, à la fin de ce courrier, elle interroge le gouvernement au sujet des cryptomonnaies et plus particulièrement de la situation au Kazakhstan vis-à-vis de la pénurie d’électricité qui touche le pays et les mineurs de cryptomonnaies.

1. Quelles sont les informations dont dispose le gouvernement à propos de l’impact de la pénurie d’électricité au Kazakhstan sur le minage de cryptomonnaie en Espagne ?

On pourrait simplement parler du hashrate dans ce cas de figure. Il se met à jour automatiquement afin de réduire le niveau de complexité de résolution des algorithmes mathématiques. En réduisant la difficulté, de nouveaux mineurs peuvent plus facilement créer des blocs au sein de la blockchain pour sécuriser le réseau Bitcoin (BTC).

2. Le gouvernement prévoit de prendre des mesures afin d’attirer en Espagne des investissements. Mais également des activités en lien avec le minage de cryptomonnaies qui pourrait venir directement du Kazakhstan en raison de l’instabilité dans le pays.

L’Espagne va même jusqu’à proposer des avantages fiscaux pour l’ensemble des investisseurs qui souhaitent venir sur le territoire espagnol. Aujourd’hui, il s’agit globalement d’avantages pour les entreprises privées afin d’augmenter l’utilisation de la technologie blockchain. À terme, les cryptomonnaies disposent d’un cadre favorable pour tous en Espagne.

3. Quelles données le gouvernement possède-t-il sur la croissance du minage d’actifs cryptographiques en Espagne et sur l’efficacité énergétique de ces procédés en Espagne ?

Selon les données de l’université de Cambridge, en août 2021, après l’interdiction du minage en Chine, l’Espagne détient environ 0,05 % du total hashrate. Loin derrière les Etats-Unis (+30 %), le Kazakhstan (18 %), la Russie (11 %), et le Canada (10 %).

Les idées en Espagne

Sur le site du congrès des députés, on apprend que des propositions ont été faites au gouvernement afin d’attirer les mineurs de cryptomonnaies. Comme énoncé précédemment, la création d’un conseil de national des cryptoactifs. Celui-ci serait soumis à la régulation de la Banque d’Espagne ainsi que de la Direction Générale du Trésor. Aussi, elle souhaite mettre en place un livre de droit sur la cryptographie, initialement demandée par l’Union Européenne depuis 2019.

De plus, ils souhaitent instaurer un cadre réglementaire pour l’utilisation des contrats intelligents ainsi que des incitations fiscales pour les entreprises qui veulent s’appuyer sur la blockchain afin d’améliorer leur processus.

Le parti politique de Maria Munoz est un grand défenseur du bitcoin (BTC) et de la blockchain. On peut même lire sur sa page twitter la mention : « Freedom is not free ». Un aspect communautaire et intéressant via la décentralisation qu’est capable d’apporter Bitcoin au monde entier.

Conclusion

Aujourd’hui, les énoncés de ce document ont été émis par le Parti Populaire en Espagne. L’ensemble des députés ont quant à eux remercié l’ensemble des travaux effectués sur cette thématique de la blockchain. Ils assurent que cette transition pour de nombreux secteurs d’activités va passer par cette vague numérique grâce à la technologie. Ils mettent aussi en avant l’ensemble des possibilités émises par la blockchain :

« La technologie blockchain, encore à un stade précoce dans certains domaines, est une grande base de données qui est distribuée entre des participants interconnectés. Ils utilisent le même protocole, le même langage, le message ou les données, transmis par le biais d’informations cryptées. Grâce à cela, il peut être distribué sans crainte de révéler son contenu. Cela nous semble familier à tous : les données, la technologie. Eh bien, la technologie blockchain ajoute également la sécurité. »

L’Espagne représente peut-être un des fervents supporters du bitcoin (BTC) en Europe afin d’essayer de dynamiser son économie.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Emile Stantina avatar
Emile Stantina

Passionné par la technologie blockchain et les cryptomonnaies, nous contribuons à vulgariser et à démocratiser ce nouveau monde. « Chancellor on brink of second bailout for banks »

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !