Non, le bitcoin n'est pas hyper concentré

lun 03 Jan 2022 ▪ 18h00 ▪ 9 min de lecture - par Nicolas Teterel

Les détracteurs du bitcoin l’accusent de ne « profiter qu’aux riches » et d’être trop « concentré ». Vrai ou énième calomnie visant à freiner cette révolution pacifique ?

Elon Musk le tartuffe

Elon Musk a récemment déclaré que « le bitcoin donne du pouvoir uniquement aux personnes riches ».

Le CEO de Tesla continue son double jeu très troublant. Cette attitude relève au mieux de la schizophrénie, au pire d’une tentative de manipuler les marchés. Le tout saupoudrée d’une crasse tartufferie puisqu’il fait la promotion du dogecoin dont « 65 % sont répartis entre 98 wallets », d’après un article de Yahoo Finance d’avril. « Une seule adresse détient 28 % de tous les dogecoins ».

En France, c’est Nicolas Dufrène, le président de l’institut Rousseau, qui tire à boulets rouges. Pour ce haut fonctionnaire (qui croit pouvoir effacer la dette d’un coup de baguette magique…), les BTC seraient détenus en majorité par quelques baleines. « 2 % des adresses détiennent 95 % des BTC », a-t-il déclaré sur France Culture, citant une étude de Chainalysis reprise par Bloomberg il y a plus d’un an.

Malheureusement, cette étude est basée sur la blockchain du BTC. C’est-à-dire sur les montants se trouvant sur les quelque 40 millions d’adresses BTC ayant une balance. Ce genre d’analyse basique conduit à des statistiques trompeuses et des fake news relayées par des ignares comme M. Dufrène.

La première chose à dire est que toutes les adresses ne devraient pas avoir le même poids statistique. Les 6 millions d’adresses détenant moins de 1 $ en BTC ne devraient pas entrer dans le calcul, car elles ne représentent évidemment pas la fortune d’un individu.

Par ailleurs, une « adresse BTC » n’est pas un « compte ». Une personne peut détenir plusieurs adresses. Inversement, une seule adresse peut tout aussi bien contenir les BTC de millions de personnes. C’est le cas des adresses d’exchanges. Sans parler des adresses des mineurs cotés en bourse dont le capital est dilué parmi des milliers d’investisseurs.

L’article de Bloomberg repris par M. Dufrène était donc loin du compte comme nous le verrons plus tard. Mais avant, parlons d’un article plus récent, publié dans le Wall Street Journal, et dans lequel la concentration des BTC fut de nouveau montrée du doigt.

Les exchanges possèdent-ils vraiment 100 % des BTC de leurs clients ?

Le Wall Street Journal a tout récemment relayé une étude du National Bureau of Economic Research avançant que « 0,01 % des détenteurs de bitcoins en contrôlent 27 % ».

Le WSJ souligne que « 114 millions de personnes détiendraient du bitcoin, ce qui signifie qu’environ 0,01 % des détenteurs de bitcoins contrôlent 27 % des 19 millions de bitcoins en circulation ». « Les 10 000 adresses les plus riches détiennent 5 millions de BTC, soit environ 232 milliards ».

Avant toute chose, rappelons que la fortune de Jeff Bezos, le CEO d’Amazon, dépasse les 200 milliards…

Par ailleurs, ces 10 000 adresses comprennent celles des exchanges et sur lesquelles se trouvent en réalité les BTC de millions de clients. Certains objecteront que seulement 6,4 % des BTC (d’après viewbase.com) se trouvent sur les exchanges, et que cette précision ne change donc pas la face du monde.

Grave erreur, car il est probable que les exchanges ne détiennent pas 100 % des BTC qu’ils doivent à leurs clients…

Coinbase possède par exemple 573 770 BTC pour 73 millions de clients. Cela fait en moyenne 0,0078 BTC par client, soit environ 330 euros.

Il est vrai que parmi ces 73 millions de clients, beaucoup ont déjà retiré leurs BTC. Néanmoins, il faut aussi mettre dans la balance que Coinbase garde les BTC de la plupart des gros comptes d’entreprises et de fonds d’investissement.

Si l’on part du principe que ces deux inconnues s’équilibrent, il reste à savoir si ces 330 euros paraissent crédible. Qui s’enquiquine à créer un compte pour 330 euros ?

Ce qui nous amène à cette question : Est-ce que Coinbase se comporte comme une banque en misant sur le fait que ses clients ne retireront pas tous leur BTC en même temps ?

Si l’on part du principe qu’un bitcoiner moyen possède en réalité 2000 euros en BTC, cela voudrait dire que Coinbase ne détient qu’un seul BTC sur sept. En extrapolant cette hypothèse à tous les exchanges, ces derniers devraient alors détenir près de 45 % de tous les BTC, et non pas 6,4 % ! Dans ce contexte, l’article du WSJ devient subitement un ramassis d’assertions très loin du compte.

Soit dit en passant, pour éviter cette escroquerie, la tradition veut que le 3 janvier, jour anniversaire du bitcoin, nous retirions tous nos BTC des exchanges pour vérifier qu’ils sont bien là.

Les BTC perdus

Les chiffres du WSJ mériteraient également d’être retraités en excluant les BTC qui ont été perdus. Si l’on considère que les BTC n’ayant pas bougé depuis 2015 sont perdus, alors nous en sommes à 3,75 millions. Dont environ 1,5 million de BTC se trouvant sur des adresses détenant plus de 100 BTC. Ces chiffres sont issus du rapport de juillet 2020 : Distribution of Dormant Bitcoin addresses by balance, par Bitfury Crystal, en juillet 2020.

Dit autrement, peut-être que parmi les 10 000 adresses les plus riches, seuls 3,5 millions de BTC sont recouvrables, et non pas 5 millions… Bien entendu, ces bitcoins ne sont pas forcément tous perdus. Par exemple, le 29 décembre 2021, une adresse contenant plus de 500 BTC a réalisé une transaction pour la première fois depuis plus de 10 ans.

Enfin, terminons en notant que la tendance est à la déconcentration. Voici un graphique montrant la distribution des BTC en date du janvier 2021 et réalisé par Glassnode :

Ces chiffres ne prennent pas en compte les adresses des exchanges et des mineurs / Source : Glassnode

Glassnode avait publié ce graphique dans cet article pour « debunker » l’article de Bloomberg dont nous parlions plus tôt. Conclusion : les « 2 % d’adresses les plus riches » ne détenaient « que » 71,5 % des BTC, et non pas 95 %.

L’analyste on-chain @woonomic a plus récemment établi que les baleines (plus de 1000 BTC) détiennent actuellement 24 % des BTC. Ce chiffre n’inclut pas les BTC de Satoshi (supposés perdus) ni les adresses des exchanges, des ETF et des entreprises. Voici l’évolution du stack des baleines au fil des années :

2021 – 27 %
2020 – 27 %
2019 – 29 %
2018 – 32 %
2017 – 39 %
2016 – 44 %
2015 – 46 %
2014 – 48 %
2013 – 52 %
2012 – 54 %

Morale de l’histoire, le BTC est de moins en moins concentré, contrairement au monde de la monnaie fiat :

« Quand on parle d’inégalité des richesses, c’est la tendance qui est importante.
Bitcoin va dans la bonne direction.
La monnaie Fiat se dirige vers un désastre.

Lors de la ruée vers l’or, les premiers qui osèrent tenter l’aventure furent récompensés, et c’est bien normal. Quelle est la différence entre le travail d’un mineur d’or s’installant seul en milieu hostile, et le travail d’un ingénieur ayant pris la peine d’étudier la cryptologie et finalement faire partie des premiers à entendre parler du bitcoin ?

La question des 10 000 adresses détenant 232 milliards de dollars est triviale. Ce qui compte, c’est que n’importe qui dans le monde peut désormais accéder au meilleur actif de l’Histoire de l’humanité à l’aide d’un simple téléphone à 50 euros.

D’après le dernier rapport du Crédit Suisse sur la richesse globale, « 84 % de la population mondiale ne pourrait pas s’offrir une action de chacune des cinq plus grandes capitalisations boursières (Amazon, Apple, Google, Microsoft et Tesla) sans épargner au moins deux ans ».

Avant le bitcoin, seuls les riches pouvaient se protéger de l’inflation, car justement assez riches pour placer leur argent dans l’immobilier où des actions de bourse. Bitcoin fixed this et c’est entre 200 000 et 400 000 milliards de dollars qui s’apprêtent à ruisseler dans le bitcoin.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.