Un des grands mystères de Bitcoin (BTC) enfin résolu

ven 04 Sep 2020 ▪ 8h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Le mystère Nakamoto, c’est un parcours avec des indices menant vers d’autres indices, sans qu’on ne sache le nombre d’indices qu’il faudra analyser pour enfin trouver la solution. Sergio Demian Lerner essaie encore une fois de faire cracher le morceau au Patoshi Pattern, pour essayer de mieux comprendre les premières années de Bitcoin (BTC) et les intentions de son fondateur. Mais cette fois-ci, le Patoshi Pattern raconte une toute autre histoire différente des précédentes.

Le non-choix de Satoshi Nakamoto

Les dernières découvertes de Sergio Demian Lerner infirment les idées défendant la thèse d’un Patoshi Pattern « intentionnel », reflétant les stratégies voulues par Satoshi Nakamoto lorsqu’il minait les premiers bitcoins.

Ces résultats montreraient plutôt un Patoshi Pattern qui serait la conséquence – et non un choix délibéré – de l’utilisation par le papa de Bitcoin, d’un unique PC multithread  pour miner approximativement 1,1 millions de BTC, et au fait que Nakamoto limitait chaque thread à des nonces distincts et disjoints pour éviter la redondance.

Chaque nonce s’incrémentait à chaque tentative infructueuse de résolution du hash. Ces résultats feraient donc de Satoshi le précurseur du minage GPU.

Ces hypothèses qui font sourire Satoshi Nakamoto

Le premier article de Lerner sur le Patoshi Pattern date de 2013 ; celui-ci avait alors exploité des failles dans la confidentialité du code originel de Bitcoin, pour identifier les spécificités liées au modèle de minage des premiers BTC.

Le détail le plus important relevé par Lerner fut l’incrémentation d’un champ extra-nonce différent du code Bitcoin originel.

De nombreuses hypothèses quant au véritable objectif poursuivi par Nakamoto, s’ensuivirent.

Certaines de ces hypothèses stipulaient qu’il s’agissait d’une technique utilisée par Nakamoto pour marquer ses bitcoins ; d’autres estiment que cette technique permettait à l’équipe de délimiter leur part du gâteau.

Des spéculations vont même jusqu’à dire que Nakamoto avait optimisé son équipement ou son code, afin qu’il soit en mesure de miner beaucoup plus rapidement que les autres.

Une énième hypothèse avance l’idée selon laquelle le Patoshi Pattern serait le résultat de l’utilisation de 50 machines de minage différentes – la théorie semble avoir inspiré Craig Faketoshi Wright qui avait déclaré posséder une ferme de minage en Australie.

Lerner a même émis une hypothèse selon laquelle Nakamoto aurait cessé de miner sur un intervalle de 5 minutes après la création des premiers blocs, pour donner leur chance à d’autres mineurs.

Entre théories séduisantes et vérité évidente, la première a souvent tendance à être facilement acceptées car, elle nourrit l’imagination débordante des passionnés. Seul Satoshi Nakamoto a la solution à cette énigme, le reste n’est qu’hypothèse plus ou moins probable. Le papa de Bitcoin nous narrera peut-être un jour à sa façon, la véritable histoire de la naissance de son bébé.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.