A
A

La Suisse, le Singapour et le Japon se joignent aux sanctions crypto contre la Russie

dim 06 Mar 2022 ▪ 10h00 ▪ 3 min de lecture - par Luc Jose Adjinacou

En plus de l’exclusion de la Russie du SWIFT, l’Ukraine a invité les exchanges de cryptomonnaies à geler les avoirs des Russes. Binance, Coinbase et Kraken ont toutefois refusé de répondre favorablement à cette demande sauf si la loi l’exigeait. Trois pays viennent justement de prendre des dispositions à cette fin, notamment la Suisse, le Singapour et le Japon.

bitcoin with Russia flag

Singapour : Premier pays d’Asie du Sud-Est à imposer des sanctions à la Russie

Le Singapour vient de faire une annonce inattendue sur la mise en œuvre de sanctions contre la Banque centrale russe. À cela s’ajoutent une interdiction d’exportation de matériel militaire et électronique et celle des transactions de cryptomonnaies vers la Russie. Compte tenu de l’importance financière du Singapour pour la région, cette décision devrait affecter la Russie de manière significative. En outre, en raison de cette même importance, le Singapour n’avait pas imposé de sanctions à une nation depuis des décennies. Il devient le premier pays d’Asie du Sud-Est à le faire contre la Russie.

Suivant l’exemple du Singapour, la Suisse a également annoncé qu’elle allait geler les actifs crypto détenus par des utilisateurs russes. Un haut fonctionnaire du ministère des Finances suisse a déclaré : « Le gel des cryptomonnaies est nécessaire, car la Suisse veut protéger l’intégrité de son industrie blockchain ». Le pays prend ainsi un coup d’avance sur l’UE (Union européenne) qui a récemment annoncé vouloir étendre ses sanctions aux marchés crypto après en avoir imposé certaines pour les transactions financières traditionnelles.

Décision imminente au Japon

Même s’il n’a pas encore pris des mesures officielles, le Japon a également annoncé qu’il examinait de près la tendance de la Russie à s’appuyer sur les cryptomonnaies pour contourner les sanctions. Les autorités ont donc fait savoir qu’elles mettaient déjà en place des restrictions pour empêcher cela. « Nous surveillons de près les situations des règlements tels que les actifs crypto et les PSSA afin de garantir l’efficacité des sanctions contre la Russie », a d’ailleurs déclaré le ministre des Finances du Japon.

Malgré cette mobilisation, il semblerait que l’utilisation des cryptomonnaies comme alternative aux sanctions occidentales ne soit pas une piste envisagée pour la Russie. En effet, le volume des échanges de cryptomonnaies libellés en roubles a chuté de 50 % depuis le début de l’opération  militaire en Ukraine.

Source : CryptoSlate

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Luc Jose Adjinacou avatar
Luc Jose Adjinacou

Loin d’avoir refroidi mes ardeurs, un investissement infructueux en 2017 sur une cryptomonnaie n’a fait qu’accroitre mon enthousiasme. Je me suis dès lors résolu à étudier et comprendre la blockchain et ses nombreux usages et à relayer avec ma plume de l’information relative à cet écosystème.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !