A
A

Métaverse & NFT : Nintendo semble séduite mais attend de voir les plaisirs procurés par ces technologies

sam 05 Fév 2022 ▪ 9h00 ▪ 6 min de lecture - par Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

En marge de la présentation de ses résultats financiers, Nintendo a répondu ouvertement à des questions concernant les NFT et le métaverse. Comme bon nombre de ses pairs, la multinationale japonaise a préféré la vigilance par rapport à ces innovations. Sans pour autant négliger les enjeux qu’elles représentent pour son écosystème.

Nintendo plutôt séduite par le métaverse

Lors d’une conférence de presse destinée à la présentation des résultats de son entreprise, Shuntaro Furukawa, le président de Nintendo, a dû répondre à une question inopinée de la part des journalistes. Ces derniers lui ont, en effet, demandé la position de l’éditeur de jeux vidéo concernant les tokens non fongibles (NFT) et le métaverse.

Grâce aux travaux de transcription de David Gibson, nous avons pu accéder à des détails concernant la réponse des barons de Nintendo. L’analyste a laissé voir, à travers des tweets personnels, que le concepteur de Super Mario Bros s’intéressait à ce domaine et reconnait son potentiel. N’empêche que la société japonaise se demandait « quelle joie pourraient-ils apporter ?».

Gibson, qui assistait à la conférence de presse, a repris une phrase du président Furukawa :

« Nous avons de l’intérêt pour ce domaine, nous sentons son potentiel, mais nous nous demandons quelle joie nous pouvons apporter dans ce domaine et cela est difficile à définir pour le moment. »

À ce tweet du 3 février, il a précisé que la réponse de Nintendo « était principalement axée sur le métaverse. »

La réponse complète de Nintendo

Les précisions de Nintendo ne s’étaient pas fait attendre. Au jour du 4 février, l’éditeur de jeux vidéo nippon a rendu public un long message.

Sur le compte Twitter de Nibellion, nous avons retenu la traduction suivante :

« Le métaverse attire l’attention de nombreuses entreprises dans le monde entier, et nous pensons qu’il a un grand potentiel. De plus, lorsque le métaverse est mentionné dans les médias, des logiciels comme Animal Crossing sont parfois cités en exemple, et en ce sens, il nous intéresse.

D’un autre côté, il n’est pas facile de définir quel type de surprise et de plaisir le métaverse peut apporter aux clients. En tant qu’entreprise qui propose des divertissements, nous devons réfléchir à la manière d’apporter de nouvelles surprises et du plaisir.

Si nous parvenons à trouver un moyen de communiquer notre “approche Nintendo” à de nombreuses personnes d’une manière facile à comprendre, nous pourrons peut-être envisager quelque chose, mais nous ne pensons pas que ce soit le cas pour le moment. »

Ce qui se rapproche de la logique d’Andrew Wilson, PDG d’Electronic Arts, révélée dans sa déclaration de mardi dernier. Laquelle stipulait que l’introduction des NFT n’est pas une priorité pour la société. Et ce en dépit d’un intérêt croissant des nombreux investisseurs issus de l’industrie des jeux pour les certificats d’authenticité numériques. Ces gens-là, n’avaient-ils pas affiché le même enthousiasme lors de l’apparition des concepts 3D, RA et RV ?

Les NFT dans la ligne de mire des éditeurs de jeux vidéo

Cointribune a relayé des informations concernant les décisions de grandes sociétés de jeux par rapport aux NFT et au métaverse. Nous citerons parmi celles-ci Ubisoft, Konami, Square Enix, Team17, VoiceVerse NFT, GSC Game World, Sega, EA…

Bon nombre d’entre ces éditeurs se trouvent pour le moment dans une phase d’essai, et compte s’appuyer sur les feed-back de leurs fans pour décider de la poursuite (ou non) de leur projet. Ubisoft, par exemple, a déclaré que les gamers ne sont pas encore arrivés à un niveau de compréhension des avantages des NFT.

L’existence de projets mort-nés est aussi à évoquer. Pour ne citer que Team17, qui a dû suspendre son projet Worms pour des raisons d’appréciations négatives de la part de ses partenaires commerciaux et de ses fans.

Il arrivait que certaines formes d’incompréhension se soldent par des divorces entre les promoteurs de projet NFT. Le cas de Troy Baker, le doubleur de jeux vidéo qui a mis fin à sa collaboration avec VoiceVerse NFT, sera cité en guise d’exemple.

Sinon, nous ne devons pas non plus oublier la volte-face de GSC Game World, le développeur de S.T.A.L.K.E.R. 2, qui a dû essuyer des critiques virulentes de la part des joueurs.

En attendant l’ajustement de la position de Nintendo vis-à-vis des NFT et du métaverse, nous tenons à vous communiquer que M. Furukawa est fier des récentes réalisations de son entreprise. Car avec une Switch en plein « milieu de son cycle de vie » (11,8 millions de consoles Switch de salon vendues, 3,2 millions de Switch Lite portables écoulées), une Nintendo Wii et une PlayStation en plein apogée de leur parcours, et aussi quelques pertes liées à la pénurie de puces informatiques, le Nippon semble avoir d’autres chats à fouetter.

Sources : Nintendo Life ; VGC ; The Indian Express

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA avatar
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !