Bitcoin (BTC): une monnaie énergétique unique qui pourrait arrêter les guerres

lun 11 Oct 2021 ▪ 12h00 ▪ 4 min de lecture - par Thomas Poirier

Dans 55 jours, ce sera le centenaire de l’époque où l’industriel et magnat des affaires américain Henry Ford a parlé d’une « monnaie énergétique » unique qui pourrait «arrêter les guerres». Le fondateur de la Ford Motor Company a suggéré qu’une monnaie pourrait être adossée à de l’énergie en kilowattheures (kWh) de la même manière que l’énergie est utilisée pour extraire le Bitcoin.

Comment Henry Ford envisageait le Bitcoin il y a 100 ans

New York Tribune, 4 décembre 1921 : «Ford remplacerait l’or par une monnaie énergétique et mettrait fin aux guerres»

Il y a près de 100 ans, le 4 décembre 1921, Henry Ford discutait d’une idée qu’il avait conçue dans le New York Tribune. Le titre de l’article publié s’intitulait « Ford remplacerait l’or par de la monnaie énergétique et arrêterait les guerres ».

Ford est bien connu pour avoir développé la technique de la chaîne de montage et créé l’une des premières automobiles américaines fabriquées en série. Le concept de monnaie énergétique de Ford décrit une monnaie numérique un peu comme le Bitcoin de Satoshi Nakamoto et qui est également rare.

Non seulement la monnaie énergétique de Ford serait adossée à une énergie mesurée en kilowattheures (kWh), mais il a également discuté avec la Tribune du fait que la monnaie « ne serait émise que pour un certain montant défini et dans un but précis ».

Un homme en avance sur son temps

On a toujours compris qu’Henry Ford était bien en avance sur son temps, mais il a également pensé à un concept très similaire à ce qui est décrit dans le livre blanc Bitcoin. Ford avait même prévu un emplacement pour lancer l’idée à Muscle Shoals Dam. La section dangereuse et sauvage de Muscle Shoals de la rivière Tennessee produit beaucoup d’énergie car le barrage fournit de l’électricité, un contrôle des inondations et un approvisionnement en eau.

Cependant, l’éditorial de Ford sur la monnaie énergétique dans le New York Tribune ne vise pas seulement les banquiers, mais blâme également l’or. « C’est très simple quand vous l’analysez », car il a souligné que: «La cause de toutes les guerres est l’or. Nous démontrerons au monde deux choses, premièrement, la faisabilité, deuxièmement, l’opportunité de déplacer l’or comme base de la monnaie et de substituer à sa place les richesses naturelles impérissables du monde». Ford a continué :

«Presque tout le monde dans le monde, à l’exception des journaux et des banquiers, reconnaît que la civilisation est entrée dans une nouvelle ère. Les journaux ne le voient pas et les banquiers internationaux ne veulent pas le voir – Cela signifierait des changements dans la finance mondiale et les banquiers s’opposent toujours aux changements».

L’or reste en première position

Par ailleurs, selon assetdash.com, le Bitcoin (BTC) est le sixième actif par capitalisation boursière. Le portail Web companiesmarketcap.com indique que le Bitcoin (BTC) est positionné à la huitième place. La première position détenue par l’or est une valorisation boursière de 11 161 milliards de dollars, tandis que celle du Bitcoin est d’environ 1 041 milliards de dollars, selon les mesures du site Web. La valorisation de l’or est de 972% supérieure à celle du Bitcoin, car le cryptoactif a un long chemin à parcourir pour rattraper son retard s’il veut déplacer l’or.

Que pensez-vous du fait qu’Henry Ford ait prédit une monnaie similaire au Bitcoin il y a près de 100 ans ? Faites-nous savoir ce que vous pensez de ce sujet dans la section commentaires ci-dessous.

Thomas Poirier

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.