Episode 3 — Quand les musiciens rencontrent et réécrivent le futur de l’industrie musicale grâce à la blockchain et les crypto

ven 26 Fév 2021 ▪ 20h48 ▪ 13 min de lecture - par Claire Desombre

Dans le 1er épisode de « Quand les musiciens rencontrent et réécrivent le futur de l’industrie musicale grâce à la blockchain et les crypto », CoinTribune présentait ce que les producteurs pouvaient obtenir des cryptos et des blockchains en général.

Le second épisode présentait ce que les artistes pouvaient obtenir et gagner s’ils adoptaient massivement les token non fongible (NFT) et la blockchain.

Ce dernier épisode présente les apports concrets de la technologie NFT au service des œuvres et des artistes.

Petit rappel utile : 

les NFT sont un type particulier de crypto car chaque token est assigné à 1 actif spécifique qui ne peut pas être fractionné, d’où son utilisation pour héberger une œuvre unique.

Comment les NFT font-ils gagner du temps et de l’argent aux artistes ?

Par exemple: pour réserver le DJ de votre mariage, vous signez numériquement le contrat et vous le pré-payez en déposant le cachet de sa prestation en dépôt sur la blockchain (nb : les fonds sont versés en crypto). 

Quand le DJ aura fait sa prestation, alors vos fonds seront automatiquement débloqués et versés sur son compte, son Wallet de crypto-monnaie. Le paiement sera instantané et n’aura pas besoin d’être vérifié ni de passer par un intermédiaire financier.

Autre exemple: vous êtes un artiste et vous faites des créations de type musique, papier peint, vidéo, gif. Toutes vos réalisations étant exposées sur le web, donc n’importe qui peut utiliser votre création sur tous types de supports, de Facebook à Snapchat, Instagram, Deezer, Youtube etc, …. mais c’est un système où personne ne paye rien à personne grâce aux vertus du copié/collé.

  • sauf que ….. si vous voulez une rémunération, comment faire ?
  • sauf que ….. si vous deviez partager une rémunération avec d’autres co-auteurs, comment faire ?
  • sauf que …… si vous voulez restreindre l’utilisation de votre œuvre à une durée, à certains pays, certaines plateformes ou pour certains mixages, comment faire ?

Comment faire ? Est-ce réellement possible de faire quelque chose ?Abonnez-vous gratuitementRejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaiesemail *Valider

C’est là que les caractéristiques du NFT révèlent tout leurs attraits et leurs potentialités.

Si on transfère une œuvre sur un support informatique et blockchain, soit un NFT, on obtient une œuvre dans un format qui possède des règles informatiques incensurables, immuables, auto-excecutoires.

Concrètement, toutes les problématiques citées ci-dessus seront gérées dès la mise à disposition de l’œuvre, et ce sans besoin de personne pour les gérer ni les contrôler.

La rémunération sous NFT : un jeu d’enfant … sur tous les continents !

Pour l’utilisation et la rémunération de l’œuvre numérique en ligne, les règles d’achat et d’utilisation peuvent être directement éditées sur la plateforme de création de NFT

Les règles régissant l’œuvre sont enregistrées dans le smart contract, qui s’exécutera tout en respectant les obligations indiquées, impossible à éviter. . En ce qui concerne le DJ de votre mariage, le processus est  très simple car l’achat et la réservation de l’artiste aura été éditée sur la plateforme de création de contrat NFT

Les obligations de chaque partie  sont enregistrées dans le smart contract qui s’exécutera tout en respectant  les obligations contractuelles signées. L’acheteur de la prestation versera le montant dans un espace de dépôt en attente (type consigne) et lorsque la prestation sera effectuée, alors le paiement s’exécutera automatiquement et instantanément.

D’autres fonctions corollaires très intéressantes en cours de développement 

Quand Adam Alpert, le CEO de Disruptor Records a saisi le potentiel des NFT et de leurs smart contracts, il s’est associé à The Chainsmokers et à la plateforme de Josh Katz pour cofonder une nouvelle société de billetterie YellowHeart fonctionnant sur la blockchain. (2018)

Grâce à ce système, la plateforme YellowHeart positionne une offre professionnelle d’envergure qui : 

  • redonne le pouvoir aux fans et aux artistes
  • rend accessible et profitable la programmation des artistes aux promoteurs de salles et aux revendeurs 
  • éradique les faux billets
  • jugule les enchères et les abus de la revente des billets sur le marché secondaire
  • simplifie et rend automatique et instantanée la rémunération de chaque intervenant et prestataire.

La force de YellowHeart est d’« imposer où va l’argent » clame Adam Alpert.

Si YellowHeart prend en charge plusieurs pans de cette industrie, il s’attaque surtout au marché secondaire. En effet,  la revente des tickets de concert est un casse-tête et fait souvent des victimes d’abus, ruinant les fans et nuisant aux programmations professionnelles. 

Cette plateforme permettra de gérer le nombre de places disponibles, leur prix avec les conditions de vente, telles l’âge, l’emplacement, les réductions et déductions pour tel type de fans ou heure d’arrivée au concert, le nombre de fois où peut être revendu chaque ticket, et tout autres desiderata. 

Concrètement, grâce à YellowhHeart, l’artiste ou le programmeur peut décider 

  • qu’un concert a une valeur nominale de 50 $ par billet sur le marché primaire et que le ticket ne peut être revendu au-delà de 100 $ sur le marché secondaire
  • que la répartition de ces 50 dollars supplémentaires s’effectuera selon des critères définis dès maintenant. par exemple, ils peuvent n’être attribués qu’à l’artiste, ou être répartis entre le promoteur et l’artiste, ou être versés à une œuvre de bienfaisance extérieur à cet écosystème 
  • que les remboursements peuvent s’effectuer automatiquement selon certaines conditions.

La surprise des NFT !

Il y a un sujet -nouveau- qui apparaît grâce aux NFT … comme ce sont des tokens, c’est-à-dire des objets numériques programmables, un artiste peut décider d’ajouter aux tokens une œuvre d’art numérique spécifique

par exemple : “Vous avez acheté votre billet sur YellowHeart et vous avez le talon de votre billet pour The Chainsmokers [duo de DJ et de producteurs électroniques américains], au Madison Square Garden en octobre 2021 pour le siège 5 de la 6e rangée. Vous êtes donc le seul à l’avoir et vous en possédez les droits“. Imaginez que ce groupe peut également lier  à votre ticket- jeton NFT un enregistrement unique tel un extrait ou une photo du concert, qui serait aussi unique !

L’équipe de YellowHeart a fait 2 levées de fonds depuis 2018 pour être capitalisée à plus de 3 millions d’euros et développer sa technologie. Aujourd’hui la société attend avec impatience l’ère post-covid et le retour des événements Live !

En effet, l’enjeu est de taille car “le marché secondaire est un marché de dix milliards de dollars – si ce n’est plus. Cet argent est l’élément central dans l’industrie de la musique… les lieux, les promoteurs et les vendeurs de billets veulent tous résoudre ce problème » explique Alpert le cofondateur de YellowHeart.

Et la blockchain et le streaming dans tout cela ?

La plateforme de streaming Audius a l’ambition de transformer le streaming passif en relation intime entre les artistes et leurs fans.

Actuellement, Audius propose une utilisation gratuite de sa plate-forme et enregistre mensuellement plus de deux millions d’utilisateurs, 250 000 titres et 50 000 artistes. Ces chiffres sont impressionnants et placent Audius comme la plus grande plateforme d‘artistes musicaux fonctionnant avec la blockchain. 

“Non seulement vous pourrez payer pour la musique que vous consommez, mais vous pourrez aussi financer les projets de vos artistes préférés, participer à leur croissance sur le long terme, ou payer le visionnage de streaming à des prix qu’ils auront choisi personnellement”, explique Clayton Blaha, responsable des partenariats Audius.

Pour l’instant, Audius continue son acquisition clients et ses développements techniques d’où sa gratuité. Sa stratégie est de proposer  à l’avenir un modèle freemium: une version gratuite comportant des publicités et une version payante hautement personnalisable. 

Côté artiste, ils pourront dire dire : “Toute la musique de mon répertoire est gratuite, mais maintenant que j’ai 10 000 fans et followers sur Audius, je vais pouvoir diffuser mon nouvel album pour 20 centimes sans limite de temps ni d’utilisation“. 

RAC -qui est déjà sur Audius– explique lui-aussi qu’il n’a jamais été fan du modèle à tarif fixe des plateformes de streaming traditionnelles. Dans son esprit, un musicien devrait être traité comme un peintre ou un photographe, c’est à dire qu’ils doivent pouvoir fixer le prix de leur art. Pour lui, les applications utilisant  la blockchain et les cryptos “redonnent du pouvoir aux artistes”.

Évidemment la plateforme Audius versera directement à l’artiste ses cachets car cette technologie met à jour en temps réel les transactions effectuées sur la blockchain, qui comprennent donc les ventes et les écoutes des titres passant en streaming, et ce sur toutes plateformes confondues

Les Super Fans pourraient pré-financer leurs musiciens fétiches et toucher des dividendes sur leurs œuvres

Le préfinancement de type crowdfunding fait aussi partie des propositions de  valeur d’Audius , qui met en avant la possibilité  de découvrir un jeune artiste et financer ses débuts de carrière.

Imaginez un mécanisme où le jeune artiste dit : “Engagez cinq dollars maintenant et vous obtiendrez un pourcentage sur tous les revenus que cette chanson génèrera au cours de ces deux prochaines années sur cette plateforme“. Il est évident que si le fan investi, il sera le meilleur ambassadeur de ce morceau auprès de sa communauté et de ses amis, et il sera remercié avec une rémunération contractuelle et automatique. 

Audius a lancé son token $AUDIO en octobre 2020 qui permet aux utilisateurs d’accéder à différentes fonctionnalités.

Pour l’instant, la plateforme ne fait que donner des jetons pour encourager les activités en cours de développements techniques, mais à terme les utilisateurs pourront les acheter afin de voter pour tel type de création ou telle priorisation de nouvelles fonctionnalités à developper. 

Ce détail est très important car il met en exergue une réalité invisible mais omnipotente : la gouvernance du système de l’industrie musicale 

“Parce que nous sommes totalement décentralisés, Audius appartient aux personnes qui lui donnent de la valeur, c’est-à-dire les personnes qui font de la musique,  les fans, et celles qui veulent développer la plateforme… Le token nous permet de les inciter à le faire et de les remercier pour cela“.

Les Super Fans pourraient participer à la création musicale de leurs musiciens fétiches

Mike Power de Kenny Beats a rejoint Audius en janvier 2020 et raconte leur aventure incroyable, née de l’utilisation des plateformes telles Twitch et Discord (l’auteur-compositeur, producteur et musicien).

« Chaque lundi, Kenny demandait à un ami artiste de lui fournir un échantillon de sa musique. Cet échantillon était ensuite distribué entre 5 000 et 20 000 enfants. Ils avaient quelques heures pour faire un beat et participer à la beat battle. L’artiste revenait pour juger le beat battle avec Kenny ! 

C’était fou et tout le monde est venu participer, de Timbaland à Mike Dean, en passant par Charlie Puth et Baauer… Cela a vraiment permis aux artistes de renouveler leurs créations et de s’imposer dans cette période difficile. 

Seule une plateforme comme Audius peut les pousser à s’impliquer davantage. Sans parler du fait que ses flux de distribution sont nettement plus rapides que ceux de SoundCloud et Spotify ».

Comment arriver à l’adoption massive de demain ?

Oui la technologie est bien là mais  les applications potentielles de la crypto au service de la musique font face à un  obstacle de taille …. l’acceptation et l’adoption par les  majors de l’industrie de la musique.

Ceux qui font l’industrie de la musique ne sont toujours pas d’accord pour s’entendre sur des concepts de base des définitions : rien n’est normalisé sur les termes de droits d’auteur, la communication entre les éditeurs de musique ou les organismes de droits d’exécution (Performance Rights Organizations, les PROs). 

C’est à croire que l’industrie de la musique refuse d’innover même si c’est au détriment manifeste de leurs artistes qui attendent vainement leurs cachets pendant des mois et des mois, voire des années, sans compter les erreurs qui retardent d’autant les rémunérations et les opacité générales. 

C’est cet ensemble d’éléments qui poussent de plus en plus d’artistes indépendants à se tourner vers cette technologie plus prometteuse que la fameuse rengaine  “un artiste doit faire confiance à la société de musique qui le paie ».

Pragmatiques, ces nouvelles startups Musiques et Blockchain créent et améliorent les offres de leurs ancêtres. Les artistes y font des tests et voient des résultats ou non … bref … ce n’est qu’une question de temps pour que  vapeur s’inversera lorsque l’adoption massive des utilisateurs généreront des enjeux financiers qui ne pourront plus être ignorés. 

Oui c’est l’argent qui drive le monde or comme la blockchain, la crypto et les NFT ouvrent des futurs très prometteurs, ils dicteront de nouvelles règles et les interactions entre les labels, les artistes, les fans, les œuvres, les spectacles.

Rendez-vous d’ici peu donc, quand cette utopie revendiquant simplification et lisibilité des contrats, des œuvres et des paiements  sera accessible à tous, hébergée par des plateformes en ligne utilisant la blockchain et les crypto.

Sources:

A Field Guide to Music’s Potential Crypto Boom

Claire Desombre

Passionnée d’innovations et blockchains, j’espère arriver à vous partager ma fascination pour ces changements qui se dérouler devant nos yeux !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.