Bitcoin (BTC) au Salvador : d’autres problèmes après l’adoption officielle ?

ven 17 Sep 2021 ▪ 17h00 ▪ 5 min de lecture - par Clément Dubois

Le président du Salvador Nayib Bukele a déclaré que son équipe technique avait fixé tous les bugs restants du portefeuille Chivo Bitcoin (BTC) et des applications et a ajouté une compatibilité matérielle accrue pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs portables. Cependant ils devraient faire face à un nombre croissant de problèmes qui pourraient entraver l’adoption complète du Bitcoin.

Seulement quelques jours après avoir déclaré qu’un certain nombre de problèmes techniques qui avaient terni le déploiement du 7 septembre ont finalement été “résolus à 95% », Bukele a déclaré:

« L’application Chivo fonctionne déjà à 100%.”

Le président a dit que Chivo était « désormais disponible à télécharger également sur tous les modèles Blu, Xiaomi, Motorola, TCL et ZTE”, ajoutant également que les fonctionnalités Sky, Google Pixel, Bmobile et Lenovo avaient également été sécurisées.

Cependant, il a noté que parmi les 150 modèles Xiaomi et un certain nombre d’appareils Lenovo compatibles avec Chivo, 30 sont des modèles chinois non compatibles avec Google Play. Quand même, sur de tels modèles l’application était néanmoins disponible à télécharger via le marché d’applications de Huawei.

Il avait auparavant affirmé que plus d’un demi-million d’utilisateurs utilisaient l’application Chivo, soit environ 8% de la population du pays.

Mais si les problèmes techniques de Bukele s’atténuent, d’autres inquiétudes commencent à émerger – au niveau international et au niveau national à la fois.

Reuters a rapporté que l’adoption du Bitcoin aurait probablement des “implications négatives immédiates” sur la notation financière mondiale S&P du Salvador. Cela fait suite à une rétrogradation similaire de Moody’s, qui a abaissé sa note B à Caa1 en juillet dernier.

S&P a justifié son raisonnement en expliquant que l’adoption pourrait “menacer ses espoirs d’obtenir un programme de soutien du Fonds monétaire international (FMI)” et aussi “accroître les vulnérabilités budgétaires” tout en nuisant à la cause des banques nationales en “créant des discordances monétaires” lors de l’émission de prêts.

S&P a déclaré:

“Les risques associés à l’adoption du Bitcoin comme moyen de paiement légal au Salvador semblent largement surpasser ses avantages potentiels.”

Pendant ce temps, au niveau national, la Court of accounts salvadorienne va enquêter sur une plainte concernant la manière dont Bukele et son gouvernement ont effectué leurs différents achats de Bitcoin, ainsi que la manière dont ils ont installé les distributeurs Chivo.

L’organisme vérifie les entreprises et les organes gouvernementaux qui ont accès à des fonds publics.

El Diario de Hoy a rapporté que la plainte avait été déposée par un organisme de Human Rights Watch nommé Cristosal. Un avocat de l’organisme a confirmé que la plainte avait été déposée contre un certain nombre de fonctionnaires ministériels supervisant les achats du Bitcoin et la construction des kiosques Chivo.

L’avocat a ajouté que Cristosal pensait que les décideurs s’étaient empressés de prendre des décisions sur l’allocation de fonds publics sans suivre la procédure judiciaire, qui impose que ces questions soient traitées dans un délai maximum de huit jours ouvrables.

Cristosal a qualifié les mesures d’inconstitutionnelles.

Le même média a rapporté que des milliers de Salvadoriens étaient descendus dans la rue pour protester contre le pouvoir de Bukele. Outre le plan d’adoption du Bitcoin, Bukele et son administration ont fait face aux protestations après avoir démis un certain nombre de juges de haut rang dans certains des plus hauts tribunaux du pays et apparemment les avoir remplacés par des partisans du gouvernement.

Bukele a également modifié avec succès la constitution pour permettre aux présidents de briguer et de remplir un deuxième mandat. Auparavant, un président devait attendre 10 ans après la fin de son mandat avant de se représenter aux élections. Pourtant la Cour constitutionnelle, qui, selon les critiques, est désormais entièrement composée de partisans de Bukele, a modifié la loi au début du mois – un fait qui pourrait permettre à Bukele de se représenter en 2024.

A
A
Clément Dubois

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 61 655,12 $ 5.45%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 261,99 $ 8.63%
DEFI (DEFIPERP) 13 133,90 $ 5.84%
MARKETS (ACWI) 105,60 $ 0.87%
GOLD (XAUUSD) 1 798,84 $ 0.15%
TECH (NDX) 15 778,17 $ 1.15%
CURRENCIES (EURUSD) 1,17 $ 0.7%
CURRENCIES (EURGBP) 0,846940 £ 0.36%
CRUDEOIL (USOIL) 83,09 $ 1.28%
IMM. US (REIT) 2 764,83 $ 1.42%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email