Loopring (LRC) : Le sauveur de la blockchain Ethereum (ETH) !

jeu 25 Nov 2021 ▪ 16h00 ▪ 7 min de lecture - par Rédaction TCT

Depuis quelques années déjà la célèbre blockchain Ethereum est victime de son succès, incapable de maintenir un niveau de performance suffisant pour répondre à la demande. Le développement de ce nouvel écosystème 2.0 devrait résoudre pas mal de problèmes d’ici l’année prochaine. Cependant, à l’heure actuelle, les frais de transaction ou les délais d’attente peuvent être des freins à l’utilisation de cette blockchain. Loopring offre l’opportunité de soulager la blockchain Ethereum avec la prise en charge de certains types de transactions. Cette blockchain est un protocole de seconde couche qui utilise la technologie des zkRollup, les zero-knowledge proofs.

Dans cet article nous aborderons le concept de la scalabilité et de l’évolutivité d’un réseau. Nous vous présenterons le projet Loopring, mais aussi les objectifs associés à son utilisation. Nous découvrirons également ce que sont les preuves à divulgation nulle de connaissance (zero-knowledge proofs en anglais).

Concept de base

La technologie zkRollup signifie rollup « zero-knowledge » en anglais, qui se traduit par « zéro connaissance » en français. Ce sont des solutions de seconde couche qui apportent leur soutien aux blockchains principales afin d’améliorer la scalabilité et l’évolutivité d’un réseau.

Loopring

Le protocole Loopring est une solution évolutive de seconde couche qui permet d’améliorer les performances d’une blockchain mère. En l’occurrence elle est reliée à la chaîne principale grâce à des canaux parallèles. Ceux-ci sont utilisés pour valider des transactions simples récurrentes, comme les paiements.

La solution peut régler jusqu’à 2 025 transactions par seconde tout en garantissant le même niveau de sécurité que la blockchain sous-jacente. Ceci est possible grâce à l’utilisation de la technologie appelée zkRollup qui va exécuter les transactions hors de la chaîne principale à l’aide d’une preuve.

Les frais pour une transaction sont d’environ 450 à 800 gas, sur la première couche cela représente environ 0,15 à 0,30 % du coût initial. Du point de vue de l’utilisateur, il s’agit d’un frais « basique » sans incidence particulière sur son utilisation.

Les objectifs du protocole Loopring

– La sécurité

Le protocole Loopring garantit le retrait des actifs en toute circonstance pour tous les utilisateurs. Ils pourront dans tous les cas utiliser des preuves Merkle générées depuis les données on-chain. De cette manière, pas besoin d’une autorité centrale pour résoudre le problème.

– La performance

Dans un second temps, Loopring s’attache à réduire les coûts d’utilisation et souhaite améliorer la rapidité du réseau. La technologie utilise la blockchain sous-jacente pour la couche de données et de vérification des preuves ZKP. Cependant, elle migre l’ensemble des calculs off-chain pour un meilleur débit.

L’ensemble de l’historique des utilisateurs est construit hors de la chaîne dans un arbre de Merkle. Toutes ces informations (dépôts, retraits, règlements et transferts) sont traitées en lots importants. Chaque racine d’état émanant de ces traitements sera publiée sur la chaîne avec d’autres informations nécessaires pour la vérification. Ces mises à jour sont réalisées via des preuves ZK.

La technologie zkRollup

Loopring est une des nombreuses solutions de layer 2, (de seconde couche) pour subvenir au besoin d’Ethereum. Le besoin en matière de scalabilité est primordial surtout pour les applications de paiements ainsi que pour les jeux blockchain. Cette technologie permet en outre de réduire le coût qui peut parfois rendre un protocole inutilisable. C’est actuellement le cas de la blockchain Ethereum qui a des frais d’utilisation élevés.

Les zkRollups fonctionnent grâce aux traitements des calculs hors chaîne qui sont envoyés par lot au réseau Ethereum pour validation. Cela permet de regrouper et valider plusieurs transactions à la fois. L’ensemble sera intégré et validé en même temps sur la chaîne principale. C’est en quelque sorte la technologie du Lightning Network utilisée sur la blockchain Bitcoin.

Cet ensemble de transactions est validé grâce à la preuve cryptographique appelée SNARK. Il s’agit d’une preuve succincte qui n’a aucun lien avec la transaction. Il existe aussi une autre preuve connue sous le nom de STARK qui est un « argument de connaissance transparent évolutif ». C’est ce qui permet de valider les transactions qui arrivent sur le réseau principal. Le contrat intelligent rattaché au zkRollup doit régir les transactions qu’il contient. Il ne sera mis à jour que lors de la validation du réseau Ethereum.

Les avantages de Loopring

– Seule la preuve de validité est requise pour le traitement des transactions et non pas l’ensemble des informations requises pour chaque transaction.

– La baisse du coût d’utilisation constitue un avantage clé de la solution Loopring.

– Elle permet d’améliorer la capacité et la rapidité de validation des transactions.

– Loopring garantit également aucun retard du transfert des fonds entre la couche 1 et la couche 2 puisque les fonds sont déjà en place.

L’inconvénient notoire de cette technologie réside en revanche dans la validation et la construction des preuves. Effectivement, les preuves doivent être robustes et ne sont pas simples à calculer afin de protéger l’ensemble des transactions qui résident dans un lot.

Conclusion

Il est clair qu’aujourd’hui Ethereum ne serait pas en mesure de se passer de cette solution de seconde couche. Elle l’aide à améliorer ses performances telles que les coûts et la rapidité du réseau. Les transactions sont gérées hors de la chaîne principale ce qui permet de réduire la charge.

Les preuves de validation sont générées pour plusieurs transactions à la fois, ce qui permet de réduire la charge de travail pour Ethereum. La blockchain principale ne s’occupe plus de valider l’ensemble des informations requises pour valider les transactions. Elle s’occupe uniquement des preuves cryptographiques générées à l’aide de la technologie des zero-knowledge proofs.

Le protocole Loopring est globalement utilisé pour les applications de paiements ainsi que les jeux vidéo qui génèrent beaucoup de microtransactions. L’avenir semble radieux pour ce projet, qui aujourd’hui est très demandé au vu de la faible capacité du réseau Ethereum. Toutefois, que vont devenir cette technologie et ces solutions de seconde couche dans l’écosystème des cryptomonnaies après la fin du développement d’Ethereum 2.0 ?

A
A
Rédaction TCT

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 58 698,12 $ 1.47%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 714,88 $ 5.98%
DEFI (DEFIPERP) 12 970,40 $ 3.79%
MARKETS (ACWI) 104,30 $ -0.02%
GOLD (XAUUSD) 1 805,05 $ 1.2%
TECH (NDX) 16 441,63 $ 0.26%
CURRENCIES (EURUSD) 1,14 $ 0.7%
CURRENCIES (EURGBP) 0,850900 £ 0.37%
CRUDEOIL (USOIL) 68,00 $ -2.91%
IMM. US (REIT) 2 747,28 $ -0.52%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email