COVID-19 a popularisé la décentralisation, mais la Blockchain n’en profite pas forcément

mar 01 Déc 2020 ▪ 9h41 ▪ 4 min de lecture - par Rédaction TCT

Outre la paralysie de l’économie mondiale, le covid-19 aura également ouvert les yeux des dirigeants et des chefs d’entreprises sur la nécessité de passer à une décentralisation. En dehors du télétravail, plusieurs efforts ont ainsi conduit à l’avènement de nouveaux fournisseurs sur le marché. Louée pour sa capacité à garantir une meilleure gestion des chaines d’approvisionnement, la blockchain était attendue au tournant de cette révolution. Cependant, près de 10 mois d’utilisation plus tard, le bilan est loin d’être satisfaisant.

La décentralisation au service d’une adoption massive de la blockchain

La faiblesse des chaines d’approvisionnement révélée lors de la crise sanitaire, les autorités ont dû revoir leur copie pour faire face aux nombreuses pénuries. Une solution naturelle s’est imposée à savoir une diversification des fournisseurs dans presque tous les secteurs d’activité. Au début de la crise, plusieurs spécialistes assuraient ainsi que l’utilisation de la blockchain permettrait d’obtenir une meilleure décentralisation de l’économie mondiale.  Professeur d’économie à la Tepper School of Business de l’université Carnegie MellonAriel Zetlin-Jones annonçait déjà la couleur en avril dernier.

« Je m’attends à ce que de nombreux secteurs de l’économie continuent à chercher des moyens de mieux se diversifier face à des chocs mondiaux comme une pandémie. Il reste à voir si cette diversification se fera par la décentralisation ou par quelques acteurs centralisés augmentant leur niveau de diversification. Dans la mesure où la blockchain offre un moyen de parvenir à cette diversification, en décentralisant l’application d’une base de données ou d’un registre partagé, je reste optimiste quant au rôle qu’elle jouera dans l’économie à l’avenir » a-t-il ainsi déclaré.Abonnez-vous gratuitementRejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaiesemail *Valider

Des échecs dans certains domaines comme la santé

Force est de constater quelques mois plus tard que la quête d’une décentralisation n’a pas forcément été suivie de l’utilisation de la blockchain. Dans le secteur de la santé par exemple, plusieurs cas de livraisons de matériels hospitaliers défectueux ont été signalés dans le cadre de commandes effectuées auprès de nouveaux fournisseurs. Des erreurs qui auraient pu être évitées grâce au contrôle de l’immuabilité et à la transparence qu’assure la blockchain.

Professeur à la Stern School of Business de l’Université de New YorkHanna Halaburda et son collègue Yannis Bakos ont mené une étude sur les utilisations commerciales de la blockchain. Sur 150 projets annoncés, seuls 10 à 15% d’entre eux avaient réellement été mis en œuvre. En s’intéressant de plus près à l’impact réel de ces projets dans la décentralisation de l’économie, il apparait que le champ d’application de cette technologie est moins large qu’espéré. En effet, celui-ci se limitait à la gestion de la chaîne d’approvisionnement, à la certification ou aux paiements.

Malgré l’absence d’une adoption massive de la blockchain dans le cadre de la décentralisation de l’économie à l’échelle mondiale, il existe quand même des motifs de satisfaction pour l’avenir. Les entreprises ayant testé cette solution savent désormais à quel point elle est fiable et plus économique ce qui représente déjà un avantage en cas de nouvelle crise.  

Rédaction TCT

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.