NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Vaccin X Blockchain : la promesse d’une révolution 4.0

Alors que la campagne de vaccination bat son plein et que de nombreux espoirs sont mis dessus, au point d’avoir fait exploser le cours des bourses de différents laboratoires pharmaceutiques, on a voulu s’interroger sur la logistique nécessaire à un tel phénomène mondiale. Et au-delà même de la logistique, l’apport que pourrait avoir la Blockchain en termes de traçabilité, confiance et authentification des produits. Certains ont eu l’idée très tôt, d’autres sont encore en phase expérimentale, quoiqu’il en soit de nombreuses initiatives sont à l’œuvre et nous montrent une nouvelle fois le fabuleux potentiel de cette technologie pour une cause qui nous tient tous à cœur : notre santé.  Du projet Inno’Vaccins qui met en valeur une jeune pousse française du secteur de la Blockchain en passant par le panel de solutions pensées et proposées à travers le monde, embarquez avec nous vers la révolution 4.0 : quand la blockchain rencontre le vaccin.

La blockchain pour repenser la confiance numérique et optimiser la supply chain

Comment la sécurité et la vérifiabilité de la technologie blockchain peuvent-elles contribuer à accélérer la production de masse, le suivi et la distribution d’un vaccin dans un délai aussi urgent ? Zoom sur les apports de la Blockchain dans ce grand mouvement mondial qu’est la distribution d’un vaccin.

La blockchain, considérée comme un immense registre décentralisé, peut aider à assurer des chaînes d’approvisionnement plus efficaces. En enregistrant le processus de fabrication et en étant capable de retracer chaque étape de la chaîne de production et de distribution, les différentes caractéristiques de la technologie blockchain permettent aux entreprises du monde entier de rationaliser les processus, d’ajuster les flux de travail en fonction des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et bien plus encore. Enfin, par définition, la blockchain n’appartient à personne et ainsi plusieurs parties peuvent partager et interagir sur une base de données décentralisée.

Schéma montrant la logistique derrière le vaccin du covid 19
Source : Hexa Foundation

Par essence, une supply chain basée sur la technologie blockchain sera également plus équitable car elle fournit un protocole générique standardisé sans tiers de confiance. Chaque vaccin étant surveillé tout au long de la chaîne, chaque maillon de la chaîne pourrait suivre l’ensemble du processus, et les services de santé pourraient surveiller la chaîne dans son ensemble et intervenir, si nécessaire, afin d’en assurer le bon fonctionnement :

  • Les fabricants pourraient surveiller de manière proactive les effets indésirables et améliorer la gestion des rappels, et vérifier si les envois sont livrés à temps à leur destination ;
  • Les distributeurs pourraient ainsi bénéficier d’une visibilité en temps réel et d’une meilleure capacité à réagir aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement grâce à une plateforme de suivi de livraison efficace ;
  • Les hôpitaux et les cliniques pourraient mieux gérer leurs stocks, en atténuant les contraintes de l’offre et de la demande. En outre, ils obtiendraient des garanties concernant l’authenticité des vaccins et les conditions de stockage appropriées
  • Les citoyens pourraient enfin faire confiance aux vaccins et avoir une garantie identique pour le vaccin spécifique qu’ils reçoivent.

Enfin, le transport et le stockage des vaccins entraînent souvent un pourcentage de pertes – qu’il s’agisse de pertes dans la chaîne d’approvisionnement, de détérioration ou d’autres problèmes de distribution.

Véritable registre numérique en temps réel, la blockchain peut permettre à l’industrie de santé de réduire significativement ce pourcentage de perte. Le suivi de chaque source et partie prenante de la chaîne d’approvisionnement, ainsi que de chaque flacon de vaccin, permettrait aux médecins et aux distributeurs de minimiser les risques et les problèmes.

Du contrôle de la température à la garantie du nombre de seringues ou de bouchons en caoutchouc nécessaires, les informations de dernière minute fournies par la blockchain seront essentielles pour garantir que chaque patient qui en a besoin aura accès à un vaccin.

Mais qu’en est-il aussi de la sûreté et sécurité des produits pharmaceutiques et donc des vaccins ?

La blockchain pour lutter contre la contrefaçon de médicaments et assurer une transparence

flacons de vaccin covid 19

Aujourd’hui, comme jamais auparavant, le vaccin contre le COVID-19 a attiré l’attention d’innombrables personnes, organismes de réglementation, agences gouvernementales et entités privées dans le monde entier. Il est donc devenu crucial de veiller à protéger et lutter contre la vente et l’administration de faux vaccins Covid-19. Une récente lettre d’avertissement publiée par la Food and Drug Administration américaine et la Federal Trade Commission a souligné les graves conséquences auxquelles les entreprises pharmaceutiques peuvent être confrontées pour avoir fait de la publicité pour des produits non approuvés et de marque inconnue liés au COVID-19. 

La blockchain pourrait ainsi permettre de contacter les professionnels de santé et les personnes qui en ont le plus besoin, le tout de façon transparente et sécurisée afin d’éviter le risque de contrefaçon par exemple ou d’empoisonnement.

En effet, selon un rapport de l’OCDE, la valeur totale des produits pharmaceutiques contrefaits commercialisés dans le monde s’élève à 4,03 milliards d’euros (en 2016), tandis que d’autres rapports estiment que 10 à 15 % du total des produits pharmaceutiques distribués sont inférieurs aux normes ou falsifiés. 

Au Bangladesh, par exemple, plus de 80 000 pharmacies sans licence facilitent ce trafic illicite de faux médicaments. Pour lutter contre cela, le gouvernement travaille à une loi sur les médicaments depuis 2019, mais cela ne suffit pas à ramener la confiance des citoyens et donc des consommateurs et la fiabilité. C’est dans ce genre de cas que la blockchain prend tout son sens : les consommateurs doivent avoir accès à des informations sur les produits tout au long de la chaîne d’approvisionnement, de la production à la consommation. Pour authentifier le médicament pharmaceutique, une start-up a pris l’initiative d’envoyer au fabricant, par texte, des codes uniques gravés sur un fichier de pilules afin d’expérimenter une solution blockchain.

Carte montrant le nombre de faux médicaments en circulation dans le monde
Source : IRACM, OCDE

Alors que l’épidémie de Covid-19 pose d’immenses défis aux Etats à travers le monde, la convention Medicrime aide à préserver la santé publique et à cibler les comportements criminels qui profitent des failles de nos systèmes. Ainsi, la contrefaçon de médicaments, fléau mondial depuis de nombreuses années, doit être combattue avec les moyens à notre disposition. Ici, la question de la confiance prend toute sa place et se trouve au cœur de la chaîne allant de la fabrication jusqu’à la distribution. L’IRACM indique ainsi que ⅓ des médicaments distribués dans les pays non développés seraient ainsi issus de la contrefaçon. 

Enfin, le dernier fléau se situe dans la revente de faux vaccins sur le darkweb, dealé en Bitcoin notamment mais pas que : certains dealers sont allés jusqu’à négocier un vaccin pour 1000 dollars ou quelques Bitcoin. Un sujet que Chainalaysis étudie de près afin d’endiguer la cryptocriminalité grâce à la surveillance et l’identification des transactions opérées sur la blockchain.

transactions frauduleuses sur le Darkweb
Transactions frauduleuses sur le darkweb

Le Covid-19 représente en effet une aubaine pour les cybercriminels qui profitent des failles gouvernementales pour organiser leur marché parallèle. 

Une multiplication de projets et de solutions à travers le monde : la révolution 4.0 est en route 

La problématique de la distribution à grande échelle de produits pharmaceutiques et de vaccins pose de nombreux défis à l’ensemble des Etats dans le monde. Face à cela, des startups et des grands groupes s’organisent pour esquisser le monde de demain. Notamment, de plus en plus d’initiatives cherchent à introduire la technologie blockchain dans la gestion de la distribution du vaccin, mais aussi le stockage et la traçabilité. 

Zoom sur les initiatives dans le monde que l’on a représentées sur cette carte :

Carte du monde montrant les initiatives blockchain pour le vaccin
Source : Cointribune

En Europe, un consortium s’est lancé pour inventer un passeport de santé et permettre le suivi en temps réel des niveaux d’immunité de la population : le passeport COVID-19. 

D’un côté, une solution blockchain développée par la société Elca, spécialisée dans l’édition de logiciels a développé l’application Health N’Go en lien avec les laboratoires afin de tracer et sécuriser les informations. En produisant un certificat sanitaire basé sur la blockchain, la solution permet de stocker et de chiffrer les données afin de les rendre infalsifiables et vérifiables.

interface du projet Suisse de passeport santé

De l’autre, le groupe Suisse SICPA, spécialisé dans la traçabilité sécurisée, la plateforme française de données OpenHealth et enfin la startup Estonienne Guardtime, la solution basée sur la blockchain KSI  permet de suivre l’état immunitaire de la population et ainsi de pouvoir espérer reprendre une vie normale grâce aux outils technologiques. La solution génère ainsi un QR-code sécurisé en créant un lien infalsifiable avec la signature cryptographique du code.

interface de l'autre projet suisse de passeport santé

VeChain, l’un des principaux projets de blockchain, et sa solution Vechain Tool Chain qui constitue aujourd’hui un vrai standard du marché pour l’adoption et l’intégration de la blockchain, a connu une croissance impressionnante en 2020. Même avec les défis sans précédent dus à la pandémie mondiale, il a mis le développement de produits au premier plan. Ainsi, en ce début d’année, l’hôpital méditerranéen de Chypre l’utilise pour stocker les dossiers de vaccination COVID-19.

L’un des plus grands établissements de santé privés du pays, a vacciné 100 médecins et membres du personnel le 4 janvier 2021. Selon le blog officiel, il s’agissait de la première dose de vaccin COVID-19 administrée à ces personnes. Ces 100 personnes ont toutes reçu un certificat numérique sur l’application E-HCert (basée sur VeChain) pour leur vaccination.

interface de l'appli utilisée dans les hopitaux chrypriotes

Les données médicales sont ainsi cryptées et chiffrées dans l’application grâce à la blockchain, et la firme se prétend même être en règle avec les normes du RGPD. L’application E-HCert avait, elle, déjà été utilisée au début de l’épidémie pour archiver des test PCR et des test anticorps de 8000 patients.

Mais Vechain ne s’arrête pas là : ils viennent de signer un partenariat avec DNV LG en Chine. Le but est de créer une plateforme de santé avec pour objectif de tracer la logistique pharmaceutique grâce à la blockchain VeChain et ainsi mieux maîtriser les risques (contrefaçon, pertes…).

En France, le projet Inno’Vaccins vient d’être officiellement lancé avec, parmi les acteurs sélectionnés, une jeune pousse française qui propose une solution blockchain pour traçabilité de la supply chain : Ownest. Cette initiative a été lancée par AstraZenecca et Janssen, deux groupes pharmaceutiques, sous la forme d’un appel à solutions innovantes afin d’accompagner la stratégie de vaccination du gouvernement français et de faciliter le parcours de soin. Ce programme est hébergé par le Hub innovation du groupe pharmaceutique au sein du prestigieux campus Station F. Parmi les lauréats, on retrouve bien sûr quelques grands noms du milieu médical : Medicalib, la plateforme de coordination des soins en France, Directosuivi une solution de suivi de vaccination et bien d’autres.

Quant à notre jeune pousse française, elle arbore avec fierté la technologie blockchain comme solution pertinente à la problématique de la traçabilité tout au long de la chaîne.

Ainsi on peut lire dans le communiqué : 

Ownest propose une solution logistique de certification basée sur la technologie Blockchain. L’association d’un vaccin (ou autre produit médical) à un tracker digital de responsabilité permet la traçabilité à 100% tout au long de la Supply Chain. Une de leurs valeurs ajoutées ? Une traçabilité complète en temps réel du parcours et de l’état du vaccin

Astrazenecca, projet Inno’Vaccins

Au Royaume-Unis, la blockchain permet de suivre la température des vaccins : en effet, le vaccin Pfizer a par exemple des contraintes importantes puisqu’il doit être conservé à -80°. Ainsi, le National Health Service et l’entreprise Everyware ont développé une solution blockchain basée sur la plateforme américaine Hedera Hashgrah permettant de vérifier la validité des données et ainsi conserver la bonne température. Everyware utilise des capteurs pour surveiller les équipements en temps réel, alors qu’Hedera est un consortium blockchain soutenu par des sociétés comme Google et IBM.

Enfin, parmi les nombreuses initiatives, IBM qui avait déjà développé une solution blockchain pour la traçabilité alimentaire avec Wallmart continue sa R&D dans le secteur de la santé. Le Vaccine Accountability Network, par exemple, est conçu pour renforcer la confiance et la responsabilité à chaque point de la chaîne d’approvisionnement des vaccins. Alimenté par IBM Blockchain, le réseau permet aux entreprises et aux organisations de retracer et d’authentifier le niveau des lots et des numéros de lot des vaccins, la température et l’historique des manipulations, ce qui leur permet de garantir la sécurité et la vérifiabilité de bout en bout des vaccins sur des réseaux longs et complexes. En plus de la vérification de la provenance et des capacités de gestion de la chaîne d’approvisionnement, IBM a également développé le Digital Health Pass, une solution qui utilise la chaîne de blocage et l’IA pour soutenir les politiques et aider les organisations à vérifier les références sanitaires des employés, des clients et des visiteurs entrant sur leur site en fonction de critères spécifiques.

interface de l'appli IBM Digital Health pass

Si à l’heure où l’on se parle, on ne sait pas combien de temps sera nécessaire pour vacciner une grande partie de la population, il est encore temps pour améliorer les chaînes d’approvisionnement et tirer parti de la technologie blockchain, afin d’amorcer le virage de l’industrie pharmaceutique 4.0.

Plus d’actions
Partagez

( Responsable Éditoriale )

Passionnée des nouvelles technologies, et de blockchain ! Dénicheuse de news tendances, des dernières évolutions du marché, et des pépites de l’écosystème, je me fais un plaisir de vous faire découvrir cet univers sous toutes ses couleurs.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo