La blockchain dans l'industrie musicale, une nouvelle innovation de rupture ?

mar 10 Nov 2020 ▪ 10h34 ▪ 5 min de lecture - par Velleyen Sawmy

La blockchain est une technologie tentaculaire qui est en train de bouleverser l’ensemble des secteurs que nous connaissons. On parle notamment de son utilisation dans la finance avec la fameuse DeFi (Decentralize Finance). Mais aujourd’hui nous allons parler de l’impact qu’elle peut avoir sur l’industrie musicale. Il est tout d’abord important de comprendre l’évolution de l’industrie musicale. Tout commence avec l’invention du vyniles jusqu’au format mp3 que nous utilisons tous aujourd’hui entre temps les cassettes et les cd audios ont eu leur temps. Il est important de comprendre qu’avec l’évolution des supports, l’accessibilité à la production musicale s’est de plus en plus simplifiée. Au point où aujourd’hui n’importe qui avec un minimum de matériel peut produire et diffuser sa propre musique sur les plateformes de streamings notamment. De la même manière, la copie de ces musiques numérisées est devenue un jeu d’enfant. La différence entre partage et piratage s’amincie.

La blockchain serait-elle la solution aux problèmes de cette industrie de la musique digitalisée ?

La blockchain, nouveau paradigme pour le streaming

La blockchain s’apprête à changer l’ensemble de l’industrie de la musique. Le point le plus marqué de cette innovation est la capacité à couper les intermédiaires lors du processus de la mise en ligne pour la vente ou le streaming. En parallèle l’ère des plateformes de streaming a permis de démocratiser la musique en toute légalité mais a aussi créé un nouveau niveau d’intermédiation entre les artistes et les fans.

En effet la mise en place d’une interface plutôt bien léchée couplée à une offre permettant d’écouter en illimité de la musique a permis de faire reculer le piratage. Profitant aux artistes qui profitent de la rémunération associées à leur nombre de streams. Cependant la disparité dans la répartition de ces revenues est indéniable. À l’instar de notre société la distribution des revenus associés au streaming est encore très inégale. Un petit pourcentage des artistes comptabilisent la majorité des streams et donc des revenues associés.

Cette disparité dans les revenues perçus provient de plusieurs facteurs tels que le style de musique ou encore le pays d’origine. De plus il est intéressant de noter que le prix du stream diffère. Je m’explique les artistes signés en major ont la possibilité de dialoguer avec les plateformes de streaming afin de négocier le prix de leur stream. Les artistes indépendants eux sont soumis au prix négocié par leur distributeur.

L’implémentation de la blockchain permettrait donc de mettre sur un pied d’égalité l’ensemble des artistes et leur permettre d’avoir un contact direct avec leurs fans.

Redonner le pouvoir aux artistes

Aujourd’hui de nombreuses plateformes de streaming basées sur la blockchain cherche à résoudre les problèmes évoqués plus haut. La dernière en date est Audius mais avant elle il y avait déjà Opus. La plateforme Opus opérée avec deux réseaux en P2P afin d’exclure tout intermédiaire et devenir une plateforme de streaming totalement décentralisée.

Le premier servant au stockage et au partage des données grâce au protocol IPFS (InterPlanetery File System) faisant que les utilisateurs concèdent une partie de leur disque dur afin d’agir en tant que serveur. Ainsi les frais d’hébergement sont retirés de l’équation.

Le deuxième s’appuyant sur le réseau Ethereum tel un moyen de paiement. Grâce à l’utilisation de smart contracts, l’artiste est directement rémunéré lorsque le fan achète ou stream sa création. Ainsi ce système a plusieurs avantages. Tout d’abord fini les mois de latence avant de percevoir sa rémunération ici c’est instantané. De plus, l’artiste garde la quasi-totalité des paiements fait par les utilisateurs premium ou des revenus des publicités générées par les utilisateurs freemiums. Selon Opus près de 90% des revenus viendraient des utilisateurs freemiums.

Simplifier l’industrie de la musique

De nombreuses plateformes utilisent la technologie blockchain afin de permettre aux artistes indépendants de gagner plus. Mais l’implémentation de la blockchain ne s’arrête pas là de nombreux cas d’usages ont vu le jour et les artistes ont à présent des solutions pour répondre aux problèmes qu’ils peuvent rencontrer dans l’évolution de leur carrière.

Ujo, est une entreprise basée à New York qui permet aux artistes d’avoir accès à une basse de données des droits musicaux. Les artistes peuvent upload leur création et bénéficier de 100% de leurs ventes mais aussi automatiquement répartir leurs bénéfices avec leurs potentiels collaborateurs en fonction des projets. Ce n’est pas tout, encore aux Etats-Unis, un autre projet : The Open Music Initative utilise la technologie blockchain afin d’identifier l’appartenance des droits d’auteurs. Il aurait déjà les bonnes faveurs de Sony, Youtube, Spotify et même Spotify.

Velleyen Sawmy

Musicien dans l'âme, la découverte de la blockchain résonna telle une mélodie en moi. Je cherche aujourd'hui à diffuser au plus grand nombre cette merveilleuse technologie qui façonnera le monde de demain à bien des niveaux. Si vous avez des remarques ou des questions n'hésitez pas à me contacter sur mon Linkedin !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.