Après l'Afghanistan, l'Irak et la Libye, Hillary Clinton s'attaque au Bitcoin (BTC)

sam 20 Nov 2021 ▪ 20h00 ▪ 10 min de lecture - par Nicolas Teterel

Hillary Clinton, alias Evergreen, pense que le bitcoin est une « menace pour le dollar et son rôle de monnaie de réserve internationale ». Cette déclaration prend tout son sens lorsque l’on rappelle ses faits d’arme. C’est également l’occasion de se demander si le bitcoin est destiné à cohabiter avec la monnaie fiat ou bien l’engloutir totalement ?

Manhattan Kaboul-Bagdad

Evergreen est le nom de code donné par la CIA à cette membre VIP du deep State américain. Et puisqu’Hillary a décidé d’être aimable, rappelons que son mari Bill Clinton, l’ancien président des États-Unis, était un habitué des services du pédophile et proxénète Jeffrey Epstein. Il a par exemple voyagé plus de 20 fois à bord de l’avion Lolita express. Il s’est également rendu sur la fameuse île d’Epstein, où ce sombre personnage filmait les puissants dans leurs ébats pour les faire chanter. Il est d’ailleurs très probable que toutes ces vidéos soient entre les mains du Mossad étant donné les liens d’Epstein avec Ghislaine Maxwell, son ancienne compagne (toujours en détention provisoire et dont on voudrait bien que le procès soit télévisé !).

Tableau de Bill Clinton retrouvé par le FBI dans l’une des maisons de Jeffrey Epstein et de Ghislaine Maxwell. Retransmettons en direct le procès de Ghislaine Maxwell qui concerne un trafic sexuel mondial, une opération de pédophilie et de chantage gouvernemental impliquant certaines des personnes les plus puissantes du monde, dont le prince Andrew…

Mais revenons-en à Hillary Clinton. L’ancienne sénatrice de l’État de New York (de 2001 à 2009) est une grande va-t-en-guerre ayant voté en faveur des invasions de l’Afghanistan et de l’Irak, un pays qui, nous le savons aujourd’hui, n’avait absolument rien à voir avec les attentats du 11 septembre.

En revanche, nous savons que Saddam Hussein libella son pétrole en euro plutôt qu’en dollar à partir d’octobre 2000 ! Excellente nouvelle pour l’Europe, premier importateur du pétrole irakien, qui se voyait offrir par Sadam Hussein le même privilège exorbitant que les États-Unis : échanger du papier contre du pétrole.

Cette faveur du dictateur irakien fut d’autant plus bienvenue que l’euro battait alors de l’aile, au plus bas historique, autour de 0,82 dollar. Ce cadeau impérial permit à la monnaie unique de s’apprécier de 30 % en quelques mois à peine.

On connaît la suite… Dick Cheney, le vice-président de George Bush, poussera Collin Powel à mentir devant les Nations Unies en affirmant du bout d’une petite fiole censée contenir un liquide bactériologique redoutable que l’Irak possédait des armes de destruction massive. Alors même que les 300 inspecteurs de l’ONU dépêchés sur place n’ont jamais rien trouvé.

Paul Wolfowitz, ministre de la « Guerre » de Bush, déclarera plus tard :

« Pour des raisons bureaucratiques, nous avons choisi un problème, les armes de destruction massive, c’était la seule raison pouvant faire l’unanimité. »

La guerre d’Irak fut une démonstration de force pour défendre le pétrodollar et montrer au vieux continent ainsi qu’à tous les pays du Golfe ce qu’il en coûte de menacer la monnaie impériale. Les vetos du conseil de sécurité (France, Russie) n’y feront rien et les ventes de pétrole seront rétablies en dollar immédiatement aussitôt après la chute de Bagdad. Encore aujourd’hui, des troupes américaines demeurent dans le pays des deux fleuves.

La sortie d’Hillary Clinton à propos du bitcoin commence donc à faire sens du point de vue de l’impérialisme monétaire de l’oncle Sam.

Mais il y a mieux. Après avoir échoué à la primaire démocrate de 2008 face à Barak Obama, Hillary sera tout de même nommée secrétaire d’État (ministère des Affaires étrangères) de 2009 à 2013. Ce fut l’occasion de repartir en guerre. Contre la Libye de Muammar Kadhafi cette fois. Toujours pour défendre le pétrodollar.

« We came, we saw, he died »

Rappelons qu’avant la chute de Muammar Kadhafi, l’eau et les soins médicaux étaient gratuits, l’électricité quasiment donnée, l’essence vendue au prix symbolique de quelques centimes par litre (la Libye possède les plus grandes réserves de pétrole d’Afrique…). La dette publique était quasiment inexistante, les banques libyennes accordaient des prêts à 20 ans au taux de 0 % (dixit l’ambassadeur russe en Libye Vladimir Tchamov) et le niveau de vie des Libyens était tout simplement le plus élevé d’Afrique.

Les médias occidentaux ont diabolisé Muammar Kadhafi en le présentant comme un dictateur pathologique alors que sa population vivait très bien. Les exagérations colportées par les médias pour justifier les bombardements de l’OTAN contre ce pays de 5 millions d’habitants ont surpassé celles utilisées pour justifier l’invasion de l’Irak…

Le Royaume-Uni, la France et les États-Unis ont conspiré contre l’auteur du Livre vert pour la même raison que l’Irak a été détruite… En effet, Kadhafi était devenu en 2009 l’homme le plus puissant d’Afrique après avoir été élu président de l’Union africaine par ses pairs. Fort de cette confiance accordée par l’Afrique, Kadhafi se mit en tête de créer une nouvelle monnaie panafricaine et panarabe : le fameux projet du dinar-or.

Cette monnaie devait devenir le principal moyen de paiement des ressources naturelles africaines et libérer l’Afrique du franc CFA (Franc des colonies françaises d’Afrique). 700 milliards $ auraient alors disparu du système monétaire occidental. On en revient toujours à la couleur des billets dans lesquels les matières premières sont vendues.

Kadhafi a voulu libérer les nations africaines et arabes du colonialisme monétaire. Il a été lynché pour ça. Hillary Clinton s’esclaffera plus tard à propos de Kadhafi : « We came, we saw, he died ». Pathétique gloriole césarienne.

Les guerres et les coups d’État sont toujours le résultat de calculs géopolitiques qu’une petite poignée de psychopathes élabore au sein de complots internationaux dans le seul but d’accaparer des matières premières. Le dessous des cartes des diffuseurs de démocratie occidentaux est imprégné de sang.

Bitcoin vs Dollar

Quasiment toutes les guerres des États-Unis ont pour but de protéger le pétrodollar. La guerre de Syrie ne fait pas exception. Ce fut l’occasion d’enterrer le projet de gazoduc passant au travers de l’arc chiite et reliant l’Iran à l’Europe via l’Irak, la Syrie et la Turquie.

Tout cela pour dire qu’Hillary Clinton a passé sa vie à s’assurer que tout le pétrole du monde soit vendu en dollar. Il n’est donc pas surprenant que l’ancienne candidate à la présidence américaine s’en fasse pour son « privilège exorbitant » maintenant que le bitcoin offre une solution de rechange que son armée ne pourra pas écraser. Les tanks ont du mal dans le cyberspace.

Pourtant, certaines figures très connues dans le monde du bitcoin comme Michael Saylor voient le dollar et le bitcoin cohabiter. Voici l’opinion du CEO de Microstrategy sur ce sujet à partir de 2 heures et 12 minutes (traduction du passage en question en dessous de la vidéo) :

« Si j’avais une demande à faire à la communauté bitcoin, ma demande serait de focaliser notre puissance de tir sur l’or. En fin de compte, l’or est démonétisé, et ce n’est pas une spéculation de ma part. Les statistiques sont là. Il a été démonétisé au cours de la dernière décennie. Par ailleurs, il n’a pas de pays ni d’armée. Il ne collecte pas de taxes et pas une seule personne au monde ne se couchera devant un tank pour défendre la nation de l’or.

Et pourtant, l’or est l’ennemi, parce que l’on ne peut pas hypothéquer son or, il est difficile de le louer. L’or n’est pas une technologie de pointe, on ne peut pas en mettre sur un iphone.

Donc en fin de compte, il y a deux choses qui devraient réussir et se développer. Premièrement le dollar américain. Si vous vivez aux États-Unis et que vous croyez aux valeurs occidentales, à la liberté, à la justice, au droit occidental et au mouvement progressiste, vous voulez que le dollar américain se développe.

Et au lieu de dire que le dollar est un problème, soulignons que si vous vivez en Afrique ou en Asie, vous donneriez votre bras gauche pour pouvoir commercer en dollars. Donc le dollar et le bitcoin devraient se développer, et tout le monde y gagne. The world is a better place to be, right. »

Votre serviteur pense également qu’à la fin des fins, un système monétaire dual (fiat + BTC) est probablement la meilleure option.

Blasphème dans la bouche d’un maxi diront certains. Point du tout. Ce compromis repose sur la crainte qu’un monde fonctionnant avec une seule monnaie existant en quantité absolument fixe se solde par une concentration accrue et indépassable du pouvoir. La raison étant qu’en définitive, la richesse finit irrémédiablement par converger vers quelque individus. Le risque serait alors que quelques multimilliardaires (non élus) thésaurisent leurs BTC dans le vil intérêt d’asphyxier l’économie et créer la faillite pour tout racheter à vil prix.

Deux monnaies se tenant en respect pourrait finalement être la solution la moins mauvaise. Par ailleurs, plutôt que de viser un pétrobitcoin, il semble en effet plus stratégique de faire disparaître l’or puis de dégonfler la bulle immobilière. Le dollar ne perd rien pour attendre.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

User Image
Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 28 810,45 $ -4.89%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 1 925,00 $ -4.56%
DEFI (DEFIPERP) 3 500,60 $ -5.35%
MARKETS (ACWI) 86,50 $ -1.37%
GOLD (XAUUSD) 1 842,48 $ 0.06%
TECH (NDX) 11 558,49 $ -2.67%
CURRENCIES (EURUSD) 1,05 $ -0.41%
CURRENCIES (EURGBP) 0,845650 £ -0.33%
CRUDEOIL (USOIL) 110,62 $ -0.9%
IMM. US (REIT) 2 434,76 $ -0.41%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email et tentez de gagner 0.2 ETH en vous inscrivant aujourd'hui

Guides Crypto
Vous devez remplir le formulaire pour recevoir votre document