Bitcoin (BTC) et le plafond de la dette

mer 29 Sep 2021 ▪ 17h30 ▪ 8 min de lecture - par Nicolas Teterel

BTC/USD est toujours en solde de 34 % par rapport à son plus haut de 64800 $. L’inflation galopante et le spectre d’un défaut des États-Unis le 18 octobre nous rappellent la raison d’être du bitcoin.

Le plafond stratosphérique de la dette américaine

Le plafond de la dette des États-Unis est actuellement de 28 400 milliards $. Il s’agit d’une limite législative que les députés américains doivent régulièrement rehausser.

Si démocrates et républicains ne parviennent pas à s’entendre d’ici le 18 octobre, le gouvernement US commencera à faire défaut sur sa dette. Certains services gouvernementaux cesseront dès le 30 septembre.

Janet Yellen, l’ancienne présidente de la FED et actuelle secrétaire au Trésor, a imploré le Congrès de rehausser le plafond afin d’éviter « un événement catastrophique » pour l’économie. « Près de 50 millions de retraités pourraient cesser de recevoir leurs chèques de pension et les troupes leurs salaires », a-t-elle déclaré.

Le fait est que son administration n’a pas la super majorité (60/100) requise au Sénat. Les républicains bloquent tout car les démocrates comptent voter en même temps une « suspension temporaire du plafond de la dette ».

Cela reviendrait à signer un chèque en blanc aux démocrates qui pourront voter par la suite à la majorité simple (51/100) le plan d’infrastructures à 1200 milliards et le fameux projet « Build Back Better » à 3500 milliards $.

« Le projet de loi de financement fait 2500 pages demandant 3,5 trillions de dollars. C’est littéralement 1 milliard et 400 millions $ par page. Pensez-vous que quelqu’un a réellement lu ce projet de loi ? »

Un économiste de Goldman Sachs a déclaré qu’il s’agit de la deadline la plus risquée depuis une décennie. Si le capitole s’enfonce dans l’impasse, les taux d’emprunt US finiront par s’envoler, ce qui en retour pourrait faire baisser l’or et potentiellement le bitcoin.

Du moins à très court terme car un défaut des États-Unis creuserait la tombe du dollar. Depuis 1800, 51 des 52 nations qui ont atteint 130% de dette/PIB comme les États-Unis ont fait défaut sur leur dette.

La question n’est pas de savoir si les États-Unis feront défaut mais par quel biais. Inflation ou déflation ? Indice : la quantité de dollars mise en circulation par la FED a plus que doublé au cours des deux dernières années. M2 a augmenté de 40 % en 18 mois…

Vu sous cet angle et au point où nous en sommes, ce serait pure folie de vendre le BTC.

Et si l’inflation était là pour rester ?

Après une augmentation de 10 % en juillet, 5 % en août, 9 % en septembre, le tarif réglementé du gaz va se renchérir de 12 % supplémentaires en octobre. La hausse atteint 57 % sur les derniers mois. Nous n’avions plus vu de tel prix depuis 2008…

Le prix du pétrole n’est pas en reste. Il est au plus haut depuis 2018, à 80 $ le baril. Nous sommes à une poignée de dollars d’un plus haut datant de 2014. Ces chiffres sont cruciaux car le prix de l’or noir conditionne à peu près tous les autres prix, notamment alimentaires. En sachant qu’une hausse de 10 % des prix alimentaires double les contestations contre les gouvernements…

Permettons-nous une petite digression en revenant sur le scénario de 2018. Les prix avaient franchi la barre des 80 $ car la seule source de hausse de la production pétrolière mondiale – le pétrole de schiste américain – avait ralenti pour cause de complexité technique grandissante des forages.

Conséquence : en 2018, la production mondiale s’est mise à diminuer. Ce fut le PIC tant redouté.

production mondiale de pétrole
Production mondiale de pétrole en millions de barils par jour (PIC atteint fin 2018) / Les courbes représentent la demande anticipée au cours des prochains trimestres par l’agence internationale de l’énergie (courbe rouge) et l’OPEP (courbe noire)

Mais contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, le prix du baril a rapidement baissé, malgré ce pic ! Il s’est même complètement écroulé par la suite en raison des lockdowns covidiens.

L’explication donnée par l’ASPO (association pour l’étude des pics pétroliers et gaziers) est que le pétrole/l’énergie étant le moteur de l’économie, toute baisse de la quantité injecté dans le système se traduit par un ralentissement brutal de l’économie, et donc de la demande dé pétrole. « Autrement dit, une contrainte sur l’offre de pétrole détruit la demande qui lui est associée : le prix s’effondre au lieu de s’envoler. »

Cette logique contre-intuitive s’explique probablement par le fait qu’une partie de l’économie est composée de loisirs gourmands en pétrole et non essentiels à l’existence. Si bien que cette demande pétrolière « de plaisance » peut ralentir très rapidement, faisant aussitôt rebaisser le prix du baril.

En revanche, il n’est pas certain que le prix du baril descendra aussi vite quand ce seront des pans de l’économie essentiels à l’existence qui seront en jeu (l’agriculture intensive, par exemple…). Fin de la digression.

En somme, l’inflation s’installe et les milliers de milliards imprimés par les banques centrales en sont en bonne partie responsable. Terminons sur l’inflation avec l’indice Case-Shiller qui mesure la valeur du marché de l’immobilier résidentiel dans 20 métropoles américaines. Il est en hausse de 20 % par rapport à l’année dernière…

Chivo, Lightning Network, Twitter, Chine, Michael Saylor

Nous sommes à une époque charnière où il fait bon posséder une monnaie anti-inflationniste. Les Salvadoriens l’ont bien compris. 2.2 millions d’entre eux (1/3 de la pop) ont déjà téléchargé le wallet Chivo. C’est plus que le nombre de personnes ayant un compte bancaire.

La prochaine grande vague d’adoption devrait venir de Twitter qui vient de se raccorder à l’application Strike de Jack Mallers pour permettre de verser un pourboire en BTC. Cela permettra de prolonger la progression parabolique du nombre de canaux sur le Lightning Network. Nous allons bientôt dépasser les 3000 BTC déposés sur cette « layer II ».

Cette excellente nouvelle a malheureusement été éclipsée par un énième FUD cantonais. Le parti communiste a resserré son étreinte sur le BTC. Plusieurs exchanges, dont Huobi, ont interdit les ouvertures de compte avec des numéros de téléphone chinois. Il est toutefois toujours possible de se débrouiller depuis HongKong.

Le BTC est en hausse de plus de 40 000 $ depuis le premier ban Chinois, en 2013… Gageons que la demande de BTC ressurgira maintenant la chute d’Evergrande fait planer le spectre d’une récession.

Il faut s’attendre également à une récession du côté des Altcoins qui subiront bientôt les foudres de la SEC. L’interview de Michael Saylor par Raoul Pal, un ancien de Goldman Sachs, a fait grand bruit cette semaine :

Finissons en soulignant que pas moins de 62 % des investisseurs institutionnels mondiaux s’attendent à faire leurs premiers investissements dans le bitcoin au cours de l’année prochaine. Le sondage a été réalisé par Nickel Digital Asset Management, un fonds londonien spécialisé dans les cryptomonnaies.

Just Hold

A
A
Nicolas Teterel

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 61 164,29 $ 0.76%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 089,74 $ 3.01%
DEFI (DEFIPERP) 13 095,10 $ 1.28%
MARKETS (ACWI) 104,91 $ 0.01%
GOLD (XAUUSD) 1 791,52 $ 0.5%
TECH (NDX) 15 355,07 $ -0.87%
CURRENCIES (EURUSD) 1,16 $ 0.19%
CURRENCIES (EURGBP) 0,845790 £ 0.4%
CRUDEOIL (USOIL) 84,15 $ 1.9%
IMM. US (REIT) 2 731,82 $ 0.43%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching d’une heure avec un expert. Remplissez le formulaire et notre expert vous contactera sous 24 heures.