Bitcoin (BTC) - La FED peut-elle vraiment cesser d'acheter la dette ?

jeu 23 Sep 2021 ▪ 20h30 ▪ 5 min de lecture - par Nicolas Teterel

Pourquoi tout le monde scrute la FED ? Parce que c’est elle le métronome des prix. Personne ne veut être le dindon de la farce lorsque la musique s’arrêtera !

Tapper Tantrum…

La réunion de la FED s’est déroulée un jour après celle de la banque centrale du Japon (BoJ). Nous le soulignons car avec une dette publique atteignant 266 % du PIB, le pays du soleil levant est un véritable laboratoire expérimental…

Le gouverneur Kuroda a déclaré que la crise de la dette du groupe chinois Evergrande reste contenue pour le moment, mais qu’il suivra la situation de près. En même temps, que pourrait-il faire de plus puisqu’il achète déjà la dette de manière illimitée pour maintenir le taux d’emprunt à 10 ans à 0 % !

Le chef d’orchestre de la FED ne s’est pas non plus montré très inquiet. Cela ne surprendra personne étant donné que son boulot est d’éviter toute panique boursière afin que les fonds de pension puissent continuer à payer les retraites.

Déboires chinois mis à part, les perspectives économiques ne sont pas jouasses. La FED table désormais sur une inflation de 4.2 % cette année contre 3.4 % précédemment estimé. Jerome Powell a donc laissé entendre que la FED pourrait annoncer une réduction des 120 milliards $ d’achats de dette mensuels dès novembre.

Voici la trajectoire anticipée par le blog financier Zero Hedge concernant la réduction des achats de dette (« tapering ») :

FED quantitative Easing tapering
QE = Quantitative Easing (dit plus clairement : planche à billets) / La FED imprimme actuellement 120 milliards $ par mois. Pour 80 milliards de dette souveraine et 50 milliards de prêts immobiliers.

Par ailleurs, le fameux dots plot suggère que la FED remontera son taux directeur en fin d’année prochaine. Le consensus est actuellement que nous aurons 6 hausses de taux au cours des années 2023 et 2024. L’objectif à long terme ne dépasse pas 2.50 %.

Les promesses n’engagent que ceux qui y croient…

You can’t tapper a ponzi

Les achats de dette ne pourront pas être réduits bien longtemps sans que les taux d’emprunt du gouvernement américain ne deviennent douloureux. Sans compter que la planche à billets sert également à faire tenir la bourse en lévitation.

La grande messe monétaire washingtonienne est un jeu de dupes. Le système de création monétaire à partir de dette assortie d’un intérêt est par définition un processus exponentiel. C’est une fuite en avant. La dette DOIT augmenter.

Nous avons expliqué ce mécanisme dans notre série d’articles : Comment les banques centrales font-elles “tourner la planche à billets” ?

Le graphique suivant illuste bien les choses. Il s’agit du prêt immobilier moyen en Allemagne :

AMount of average mortgage loan in Germany
Le prêt immobilier moyen est 312 000 euros en Allemagne. Soit 7 fois le revenu annuel moyen. Les banquiers sont obligés de prêter toujours plus à chaque nouvelle génération sous peine de voir le ponzi s’effondrer. #evergrande

Les banquiers prêtent toujours plus. Ils n’ont pas d’autre choix, sans quoi la diminution de la quantité de monnaie (remboursements) provoque la récession. Ce système ne pose pas de problème tant que la productivité augmente et qu’il est possible d’augmenter la production. Ce que l’on appelle la « croissance ».

Mais pour le plus grand malheur des banquiers, la croissance n’est plus suffisante pour stabiliser la dette par rapport au PIB. Ce n’est pas la faute des banquiers mais celle des limites physiques de notre planète.

Il n’y a plus assez de pétrole pour croître comme avant et les gains de productivité liés à la technologie sont loin de compenser ce sevrage énergétique. Le télétravail aidera certainement à gagner en productivité (produire autant avec moins d’énergie), mais ce ne sera pas suffisant.

Dans ces conditions, qui sera assez fou pour financer la dette en sachant que le pic pétrolier (et la lutte contre le changement climatique) promettent la décroissance ? Personne. Il n’y a que les banques centrales qui peuvent le faire en socialisant les pertes par l’inflation.

Il n’y a pas d’échappatoire, à moins d’anticiper l’avenir. Un nouveau système monétaire émergera de l’écroulement de la monnaie fiat adossée à ces montagnes de dettes irremboursables : le Bitcoin.

A
A
Nicolas Teterel

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 64 332,31 $ 0.14%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 3 928,90 $ 1.31%
DEFI (DEFIPERP) 11 924,40 $ 1.52%
MARKETS (ACWI) 104,57 $ 0.85%
GOLD (XAUUSD) 1 786,99 $ 1%
TECH (NDX) 15 410,72 $ 0.72%
CURRENCIES (EURUSD) 1,16 $ 0.05%
CURRENCIES (EURGBP) 0,844660 £ 0.2%
CRUDEOIL (USOIL) 81,51 $ -1.84%
IMM. US (REIT) 2 674,50 $ 0.07%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching d’une heure avec un expert. Remplissez le formulaire et notre expert vous contactera sous 24 heures.