JEU CONCOURS : GAGNEZ UNE PS5, PLUS VOUS AVEZ DE POINTS PLUS VOUS AVEZ DE CHANCE DE GAGNER, CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Bitcoin (BTC) – Le calme avant le Bull Run

Le Bitcoin reste étonnamment lourd malgré l’inflation hors de contrôle et le succès du bitcoin en Amérique du Sud. Les investisseurs semblent s’enivrer de FUD et attendre le meilleur prix pour acheter, quoi de plus normal. Il s’agira simplement de ne pas manquer le train.

L’Amérique du Sud se met à l’heure du bitcoin

La grande nouvelle de la conférence Bitcoin 2021 est venue du Salvador. Le président du petit pays d’Amérique centrale a fait du bitcoin une monnaie à part entière. La chose est d’autant plus piquante que le Salvador utilise le dollar US en guise de monnaie nationale. Conséquence : il est possible d’échanger ses bitcoins contre des dollars US sans payer la taxe de 30 % sur les plus-values…

Mieux encore, de nombreux politiciens d’Amérique du Sud ont depuis déclaré leur flamme au bitcoin. Le député paraguayen Carlitos Rejala vient d’annoncer « un projet important », sans en dire plus pour le moment.

Il y a toutefois fort à parier que Paraguay va s’activer dans le domaine du Mining de BTC. En effet, les deux grands barrages hydroélectriques du pays produisent quatre fois ses besoins en électricité. L’énergie est donc exportée chez ses voisins et rapporte plus de 2 milliards $ par an, soit 1/4 du total de ses exportations.

Les deux barrages situés sur le rio Paraná sont détenus à 50/50 avec les pays frontaliers : le barrage d’Itaipu à la frontière brésilienne, et celui de Yacyretá à la frontière argentine. Il n’est donc pas étonnant que deux autres députés sud-américains aient également branché leurs #lasereyes.

Fabio Ostermann, le leader du parti brésilien Partido Novo, et le député argentin Francisco Sanchez ont tous deux changé leur photo de profile Twitter. #LaserEyesTill100k… En outre, les deux barrages étant en rénovation pour augmenter leur production (de 10%), miner le bitcoin sera un formidable moyen de financer le projet au fil de l’eau.

Même un député du Panama – un autre pays ayant le dollar US pour monnaie officielle – a rejoint le mouvement. Gabriel Silva a déclaré que « la décision du Salvador est importante et que le panama ne peut pas rester à la traîne ».

En d’autres termes, le paradis fiscal géant du Panama – qui est bien mieux connecté que le Salvador à toutes les grandes banques du monde – pourrait prochainement aussi faire du bitcoin une monnaie à part entière…

Moscou enfonce le Dollar

Les lignes bougent aussi sur le vieux continent. Le vice Premier ministre russe Beloussov a révélé dans les couloirs du Forum économique de Saint-Pétersbourg que la Russie va modifier radicalement la structure du Fonds de stabilisation russe.

D’ici un mois, la part du dollar passera de 35% à zéro alors que la livre sterling passera de 10% à 5%. Les monnaies gagnantes seront l’euro, passant de 35% à 40%, et le yuan chinois dont la part doublera pour atteindre 30%. L’or a fait son entrée dans le Fonds à hauteur de 20%. A quand le bitcoin ?…

Cette politique de dédollarisation ne date toutefois pas d’hier. Cela fait 14 ans que le tsar russe augmente sans discontinuer ses réserves d’or, et 3 ans qu’il a cessé de financer la dette américaine. La banque centrale russe ne détient plus qu’une poignée de milliards de dollars contre 105 milliards trois ans plus tôt. Soit une purge de 96 %…

Vendredi dernier, le président Putin, avec son flegme habituel, a accusé les États-Unis d’utiliser la dominance du dollar comme une arme géopolitique. « La Russie doit adopter d’autres monnaies car les États-Unis utilisent le dollar pour divers types de sanctions », a-t-il lancé lors du Forum.

« La réduction des réserves de change détenues en dollars et le paiements en monnaies nationales dans des domaines tels que les ventes d’armement finiront par nuire aux États-Unis ». Pourquoi les autorités politiques américaines font-elles cela ? Elles scient la branche sur laquelle elles sont assises”, a-t-il ajouté sarcastiquement.

Cette défiance à laquelle participe aussi la Chine risque fort d’encourager le reste du monde à se tourner vers d’autres monnaies de réserve internationale. Pourquoi les manoeuvres de Moscou sont haussières pour le bitcoin ? Parce que tout ce qui nuit au billet vert est bon pour BTC/USD, tout simplement.

« Time bomb »

La Deutsche Bank a mis en garde ce mardi contre une potentielle crise inflationniste. « Négliger l’inflation revient à s’asseoir sur une bombe à retardement. Les effets pourraient être dévastateurs, en particulier pour les personnes les plus vulnérables de la société », a déclaré l’économiste Folkerts-Landau. La DB pointe du doigt les déficits budgétaires de l’administration Biden et la décision de la FED de laisser filer l’inflation.

Les tensions inflationnistes sont également liées aux problèmes de la chaîne d’approvisionnement qui souffre d’un mal nouveau : la cyberpandémie. Rappelons notamment le hack du tanker evergreen qui a immobilisé des centaines de bateaux pendant plusieurs semaines à l’entrée du canal de Suez. Plus récemment, c’est le premier fournisseur de viande mondial (JBS) et le colonial pipeline qui ont fait les frais de ces hackers au service de l’inflation.

Hier, c’est une usine chinoise produisant du Silicium polycristallin – essentiel dans la construction de semi-conducteurs – qui est partie en fumée…

Il y a désormais des pénuries de cuivre, fer, acier, maïs, café, blé, soja, bois de construction, semi-conducteurs, etc. Pour ne rien arranger le prix du baril est à 4 $ d’un plus haut de 8 ans…

Et pour ceux qui pensent que tout va rapidement rentrer dans l’ordre, regardez le Logistics Managers Index (enquête mensuelle auprès des responsables d’approvisionnement à propos des coûts de stocks et de transport). L’indice n’a jamais été aussi haut (sauf en 2016) et suggère que l’économie mondiale ne sera toujours pas resynchronisée d’ici un an. Dit autrement, il sera impossible de réaligner l’offre avec la demande, ce qui est annonciateur de plus d’inflation.

Le Bloomberg Commodity Spot Index, qui traque de nombreux prix tels que le pétrole, le maïs, le Zinc, l’Aluminium, l’argent, le sucre, le coton ou encore le bétail, est au plus haut depuis 11 ans:

Bloomberg Commodity Spot Index

Par ailleurs, l’indice des prix à la consommation aux États-Unis (hors alimentaire et carburant) a connu en avril sa plus forte hausse mensuelle depuis 1982. L’indice d’inflation global est lui en hausse de 4.2 % d’une année sur l’autre, au plus haut depuis 2008, voire même depuis 1992 si l’on met de côté la crise des subprimes.

Maintenant, rappelons que nous avons franchi le pic pétrolier (2018). Les lois de la physique nous suggèrent donc que l’humanité est à un moment charnière. En effet, Total a déclaré en février que compte tenu du manque d’investissement dans l’industrie du pétrole, « nous pourrions avoir un déficit de 10 million de barils par jour en 2025 (sur 100), même avec une vision très prudente de la reprise de la demande ». Même son de cloche du côté de JP Morgan et des patrons de l’énergie américains dont les 2/3 pensent que le pic de production des États-Unis a été atteint en 2019.

Il faut donc être fou pour vendre ses bitcoins quand on sait que nous sommes condamnés à une inflation biblique.

Oui mais le FUD…

Malheureusement, beaucoup se sont focalisés sur les propos de Donald Trump. L’ancien président à déclaré que le bitcoin était une arnaque avant de le faire reluire par inadvertance en lâchant que « le bitcoin est par essence une monnaie en concurrence avec le dollar. Je veux que le dollar soit la monnaie du monde ».

Malheureusement pour lui, le monde ne veut plus du pétrodollar. Comment une monnaie dont la base monétaire double en un an peut sérieusement prétendre servir de monnaie de réserve mondiale ?

Autre FUD qui a fait les choux gras de Twitter : « Le FBI a récupéré la rançon de 75 Bitcoins demandée par le groupe DarkSide qui avait hacké le colonial pipeline », suggérant qu’il serait possible de hacker un wallet ou la blockchain du BTC… Évidemment que non.

En revanche, on peut se demander comment des hackers d’élite ont pu être assez bêtes pour mettre les bitcoins sur un exchange auquel le FBI n’a eu qu’à demander pour les saisir ? C’est à se demander si les organisateurs de la cyberpandémie ne cherchaient pas à faire d’une pierre deux coups avec cette mauvaise pub pour le BTC.

Terminons sur un note positive : Michael Saylor, le CEO de MicroStategy, a décidé d’emprunter 500 millions $ au taux de 6 % et arrivant à expiration en 2028 pour acheter davantage de bitcoin…

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo