Bitcoin (BTC) : Les sanctions contre la Russie ne tueront pas le dollar

mer 23 Mar 2022 ▪ 10h30 ▪ 10 min de lecture - par Yanis A

Suite à l’exclusion de la Russie du système financier mondial, plusieurs économistes ont émis la possibilité d’une reconfiguration de l’architecture monétaire avec la Chine pour nouvel épicentre. Cette hypothèse semble hautement improbable et seul Bitcoin représenterait une réelle amélioration par rapport au système dollar.

Quels pays pourraient craindre de subir des sanctions ?

Les économistes qui alertent de la fin imminente du dollar et de l’effondrement de l’Empire américain sont légion. Depuis que les sanctions financières ont été prononcées contre la Russie, on entend une petite musique qui insinuerait que le billet vert serait crépusculaire. Dans les faits, le dollar est loin d’être enterré.

S’il est vrai que le gel des réserves de la Banque centrale russe et son bannissement de Swift, inciteront certains pays à embrasser des systèmes financiers alternatifs, l’Occident dans son ensemble est très loin d’abandonner le dollar. Il est même probable que les États-Unis se rapprochent des dictatures d’Amérique Latine comme le Venezuela ou la Bolivie, mais aussi de l’Iran pour pallier l’isolation de la Russie. Ces pays étaient pourtant les plus susceptibles de recourir à des instruments financiers alternatifs.

L’Europe plus unie que jamais face à la tyrannie néo-impérialiste russe a besoin des États-Unis pour assurer sa défense. Les USA, eux, viennent de gagner un partenaire de taille, crucial dans le nouvel échiquier mondial face à une Russie et une Chine de plus en plus vindicatives. Bref, peu de pays sont susceptibles de se détacher du dollar : actif le plus liquide du monde produit par l’Etat le plus puissant de la planète.

Un dollar inébranlable ?

Soyons claires : aucune devise traditionnelle n’a actuellement la capacité de jouer le rôle du dollar. Ni l’euro, ni le yuan et encore moins le rouble. D’ailleurs, il s’agit également de la conclusion du Forum IGM de Chicago Booth, qui rassemble les meilleurs économistes de la planète. 

Les marchés vont également dans ce sens : le dollar ne cesse de voir sa valeur augmenter par rapport aux autres devises. Le billet vert semble inébranlable pour le moment, en dépit des interventions monétaires.

Si des pays comme la Chine ou la Russie conservent des réserves en dollar, c’est d’abord pour protéger leur monnaie nationale des fluctuations. De plus, l’Amérique reste une économie de consommation colossale et ouverte, si bien qu’il est nécessaire de détenir du dollar pour vendre des biens d’exportation.

Ce privilège exorbitant permet aux États-Unis d’emprunter à bas prix. Entreprises américaines qui s’endettent pour leurs activités ou racheter leurs actions, consommateurs qui souhaitent obtenir des prêts hypothécaires bon marché ou encore banques qui souhaitent augmenter leur capacité de crédits.

Bref, le dollar reste la monnaie de réserve internationale par excellence et même ses pires ennemis le reconnaissent.

Un yuan insignifiant

La Chine est la seule puissance capable de rivaliser avec l’Amérique. L’Empire du Milieu représente près de 18 % de l’économie mondiale et plus de 16 % des exportations. Une population titanesque, une excellente insertion dans le commerce mondial, un avantage technologique, autant de critères qui montrent que la Chine pourrait naturellement prendre le relais. Le crypto-yuan est d’ailleurs la CBDC la plus avancée parmi les pays développés si bien qu’une internationalisation du renminbi ne poserait pas de problème technique.

Pourtant, le dollar demeure la monnaie qui domine la composition des réserves internationales, et de très loin. Face à un billet vert triomphant, le yuan n’est pour l’instant pas un concurrent de taille. Quelle est la raison principale de cette incapacité de la Chine à transformer l’essai ? 

Le Parti Communiste Chinois. Un régime totalitaire qui contrôle les capitaux et rend particulièrement difficile l’échange de yuans. En Chine, l’argent ne peut pas entrer ou sortir librement du pays s’il ne respecte pas des règles strictes en matière de change. En dépit des promesses de libéralisation de son marché des changes en 2001 lors de son adhésion à l’OMC, les évolutions sont très lentes.

Au-delà des règles actuelles, de nombreux investisseurs craignent que si l’on essaie de déplacer le capital hors de Chine, le gouvernement n’impose de nouvelles normes pour empêcher le mouvement. On se rappelle du krach de 2015/2016 qui a engendré une fuite massive des capitaux, avant que le régulateur chinois renforce le contrôle des capitaux.

Le gouvernement adopte une position d’équilibriste : éviter une dépréciation du yuan qui renchérirait le coût à l’importation et exclure une appréciation trop importante qui diminuerait la compétitivité chinoise par rapport aux autres exportateurs. La tradition mercantiliste chinoise s’oppose à la liberté de circulation des capitaux. En devenant la monnaie de réserve internationale, le gouvernement devrait renoncer à contrôler la valeur du yuan.

Il convient enfin de rappeler que la politique monétaire chinoise est encore plus agressive que celle tenue par les États-Unis. Le yuan n’est certainement pas une alternative à l’inflation américaine et n’a pas les atouts du dollar ou de l’euro pour protéger juridiquement les investisseurs. 

Il n’y aura plus de retour à l’or

Si l’or demeure un actif de réserve important, réputé pour ses propriétés de valeur refuge face aux crises et à l’inflation, son utilisation dans les paiements internationaux appartient toutefois définitivement au passé.

La Russie et la Chine ont effectivement augmenté la part de l’or dans leurs réserves, mais l’or reste contrôlé par les puissances occidentales : l’or ne couvrirait que 0,3 % de la masse monétaire M2 chinoise… À l’inverse, les États-Unis restent le premier détenteur d’or. C’est cette domination sur le métal jaune qui a d’ailleurs rendu possible la suprématie du dollar en 1945 (2/3 des réserves mondiales à l’époque).

En supposant que les paiements adossés à l’or se démocratisent, les banques seront toujours indispensables pour traiter électroniquement les transactions. Des banques régulées par les gouvernements nationaux qui ont sanctionné la Russie. Retour à la case départ.

On peut toutefois penser que les sanctions amèneront les pays en froid avec l’Occident à se protéger davantage en augmentant leurs réserves d’or. Une stratégie adoptée par Poutine dès 2014. Mais les États n’iront sans doute pas plus loin et l’or ne constituera plus une alternative au système dollar.

Bitcoin est incontrôlable

A supposer que certains pays comme l’Inde souhaitent se séparer du système dollar, par crainte de subir des sanctions analogues à celles de la Russie, il est fortement improbable qu’ils migrent vers un bloc yuan. La dictature chinoise est sans doute disposée à appliquer bien plus de sanctions que les États-Unis. Il suffit de se souvenir que la Chine a menacé de représailles les entreprises tchèques, simplement parce qu’un politicien a visité Taïwan
Il se peut finalement que dans le cadre de monnaies nationales, le dollar reste la meilleure solution.


En revanche, si l’on prend en compte Bitcoin, le débat change de dimension. Une monnaie saine reposant sur un réseau de paiement incensurable et extrêmement sécurisé : Bitcoin est définitivement irrésistible.

Rejoindre un bloc financier centré sur la Chine ne sauvera aucun pays de la menace de la coercition économique. Seul Bitcoin le peut. Certes, dans un système BTC, il serait impossible de boycotter les économies des dictateurs, mais les avantages l’emportent tout de même largement sur les inconvénients.

Bitcoin, peut-il remplacer le dollar ?

La mort du dollar est improbable dans les décennies à venir. La position des États-Unis est si privilégiée, qu’ils ont la possibilité d’injecter des centaines de milliards de dollars, sans menacer la viabilité de leur monnaie. D’autant plus que la Fed ne laissera pas l’unité monétaire se désintégrer, elle acceptera tôt ou tard d’augmenter massivement les taux quitte à subir une sévère récession.

Il n’en reste pas moins qu’un certain degré de dédollarisation semble inéluctable et est souhaitable. La concurrence monétaire est toujours positive et l’hégémonie bénéficie rarement à tous. En effet, si les US ont une inflation plus élevée que le reste de la planète, la valeur des réserves des Banques centrales se diluera alors, car il s’agit essentiellement d’obligations à taux nominaux fixes.

Finalement, les pays augmenteront sans doute la part d’euros, de yuans et de Bitcoin dans leurs réserves en tant qu’instruments de couverture. C’est une excellente chose, qui augmentera la résilience de nos systèmes financiers.

Si Bitcoin ne remplacera probablement pas le billet vert pour le moment, il le concurrencera et incitera l’Amérique à se réformer en profondeur. Bitcoin pourrait paradoxalement être en partie à l’origine d’un rebond des États-Unis, Empire déclinant depuis le début des années 2000. La limite des 21 millions de BTC inscrite dans l’ADN du protocole imposera aux Etats-Unis une discipline monétaire bien plus stricte.

Le dollar restera de loin la monnaie nationale la plus prometteuse dans les décennies à venir. Les sanctions prononcées contre la Russie n’entraîneront pas de basculement vers un bloc yuan ou euro. Toutefois, on peut s’attendre à une plus grande concurrence monétaire, où Bitcoin aura assurément sa place en tant que monnaie saine et incensurable. Gradually, then Suddenly.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

User Image
Yanis A

Le bitcoin change tout ! Issu d’une formation financière, tout me passionne dans cette technologie. Chaque jour, j’essaie d’enrichir mes connaissances sur cette révolution qui permettra à l’humanité d’avancer dans sa conquête de liberté.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 29 352,13 $ -0.23%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 1 970,17 $ -0.16%
DEFI (DEFIPERP) 3 641,60 $ -0.33%
MARKETS (ACWI) 87,95 $ 0.29%
GOLD (XAUUSD) 1 846,18 $ 0.24%
TECH (NDX) 11 835,62 $ -0.29%
CURRENCIES (EURUSD) 1,06 $ -0.21%
CURRENCIES (EURGBP) 0,844980 £ -0.41%
CRUDEOIL (USOIL) 110,52 $ -0.99%
IMM. US (REIT) 2 463,96 $ 0.79%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email et tentez de gagner 0.2 ETH en vous inscrivant aujourd'hui

Guides Crypto
Vous devez remplir le formulaire pour recevoir votre document