Bitcoin Mining Council : "Le Bitcoin (BTC) consomme 57.7 % d'énergie renouvelable"

sam 23 Oct 2021 ▪ 20h00 ▪ 4 min de lecture - par Nicolas Teterel

Le Bitcoin Mining Council a publié son second rapport trimestriel sur la consommation énergétique du bitcoin et la part venant d’énergies renouvelables.

L’activité de Mining au cœur de la sécurité et de la décentralisation du bitcoin consomme 188 TWh contre 154 620 TWh pour l’ensemble des activités de l’humanité. Soit 0.12 % de l’énergie primaire mondiale, contre 0.1 % rapporté dans le précédent rapport.

C’est toutefois plus si l’on se penche non pas sur la part d’énergie convertie en électricité qui est de 10 463 TWh. Le bitcoin consomme donc 2.8 % de l’électricité générée au niveau mondial, inchangé par rapport au dernier rapport.

Concernant l’origine de l’électricité, la part de l’énergie renouvelable dans le mix des mineurs membres du BMC a reculé au T3. Nous sommes à 65.9 % contre 67 % rapporté au T2.

Les mineurs du BMC ne comptent que pour 33 % du hashrate global. La part d’énergie renouvelable pour l’ensemble du réseau bitcoin est « approximativement » de 57.7 %, en hausse de 3 % par rapport au T2.

Le BMC souligne par ailleurs que l’industrie du Mining de BTC est celle qui « utilise le plus d’énergie renouvelable au monde« . Le mining de BTC consomme 3 fois moins d’énergie que l’extraction d’or et 21 fois moins que l’aviation.

Consommation d’énergie primaire : Bitcoin vs pays

Présentation du rapport par Michael Saylor

« Ce trimestre, nous avons assisté à des améliorations spectaculaires de l’efficacité énergétique en raison des progrès de la technologie des semi-conducteurs, l’expansion rapide du Mining en Amérique du Nord, l’exode des mineurs chinois et de la rotation mondiale vers la consommation d’énergie renouvelable […] « , a déclaré M. Saylor.

En effet, le Texas compte désormais a lui tout seul pour 14 % du hashrate global. Soit 1MW et potentiellement 5MW d’ici 2025, ce qui représenterait l’électricité utilisée par une ville de 2 millions d’habitants. Au total, l’ensemble des mineurs nord-Américains (y compris ceux qui ne font pas partie du BMC) représentent désormais 45 % du hashrate global.

Michael Saylor a noté quelque chose d’intéressant au cours de la présentation du rapport : le fait que le protocole de Satoshi Nakamoto divise par deux les profits des mineurs tous les 4 ans. Cela signifie que les mineurs sont obligés de réduire par deux leur consommation d’énergie pour garder la même rentabilité, toutes choses égales par ailleurs.

Cela étant dit, cette désincitation programmée au mining est largement compensée par le fait que la valeur des BTC double tous les 6 mois en moyenne…

La vidéo ci-dessous est le briefing de présentation du rapport. 8 mineurs membres du BMC ont chacun donné une petite présentation sur divers sujets mais c’est sur la séance de questions-réponses qu’il faut s’attarder. Des sujets extrêmement intéressants ont été abordés:

-Les prêts de fiat grâce à un apport en BTC

-Les meilleurs investissements à faire pour un mineur

-Ou encore le fait que les stablecoins finiront par être transférés via le Lightning Network. Voici ce que Michael Saylor avait à dire sur ce sujet :

« L’application la plus importante à venir pour le bitcoin sera celle qui transférera des stable-coins USD sur le Lightning Network. Je pense que nous sommes nombreux à penser que nous aurons des stable-coins aux côtés du bitcoin et que nous utiliserons le bitcoin comme garantie pour des prêts fiat, comme épargne et comme réserve de valeur. Nous utiliserons le Lightning Network comme un réseau mondial permissionless. Les stable-coins vont trouver leur chemin comme monnaie commune au Nigeria, à l’Argentine, au Venezuela, au Liban, en Afghanistan. 66 pays sont actuellement dollarisés et je pense que vous pourriez probablement faire une liste de 66 autres pays qui le seront au cours des 36 à 60 prochains mois. »

Nicolas Teterel

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.