A
A

Bitcoin (BTC) vs BCE : Christine Lagarde prévoit 7 % d'inflation en 2022

jeu 10 Mar 2022 ▪ 19h15 ▪ 5 min de lecture - par Nicolas Teterel

Les sanctions contre la Russie ont poussé la BCE à revoir ses prévisions d’inflation à la hausse. Celle-ci pourrait atteindre plus de 7 % cette année, après déjà 5 % l’année dernière. L’épargne est en train de fondre comme neige au soleil.

Vous avez dit stagflation ?

Les premiers mots de la présidente de la BCE ont été pour l’Ukraine :

« L’invasion russe de l’Ukraine est un tournant pour l’Europe. Le Conseil des gouverneurs exprime son plein soutien au peuple ukrainien […] et mettra en œuvre les sanctions décidées par l’Union européenne et les gouvernements européens. »

Pour rappel, le Conseil européen a ordonné la BCE de geler les réserves de change de la Russie, soit environ 140 milliards d’euros. Il sera intéressant de voir combien de temps Francfort pourra empêcher la Russie de dépenser ses réserves sans s’exposer à des représailles très douloureuses.

L’UE importe 90 % de son gaz, et plus de 40 % de ces importations proviennent de Russie. Nous importons également 97 % de notre pétrole, dont 27 % vient de Russie. Pareil pour 46 % de nos importations de charbon…

Parenthèse refermée. Parlons planche à billets. Alors que la FED vient tout juste de mettre fin à ses 120 000 000 000 $ d’achats de dettes mensuels, ceux de la BCE vont aussi s’arrêter. Ils s’élèveront à 40 milliards d’euros en avril, 30 milliards en mai et 20 milliards en juin.

Les achats nets devraient donc se terminer au mois de juin, à moins que les taux d’emprunt des États ne remontent trop où que l’économie tombe en récession. Dans ce cas, « le Conseil des gouverneurs est prêt à réviser tant le volume que la durée de ses achats nets de dettes ».

Par ailleurs, la BCE entend poursuivre les réinvestissements des dettes qu’elle détient et qui arrivent à échéance « aussi longtemps que nécessaire ».

Concrètement, la BCE continuera de faire tourner la planche à billet pour empêcher que son bilan ne diminue. Le graphique suivant montre la taille des bilans des plus grandes banques centrales.

Major central banks : Total Assets
Bilans des grandes banques centrales (en milliers de milliards de dollars) / Rouge : USA / Bleu : Zone Euro / Vert : Japon / Orange : Chine

Concernant les taux d’intérêt directeur, « toute modification se produira quelque temps après la fin des achats ». Ou peut-être jamais…

Comme à chaque trimestre, la BCE nous a également également gratifié de ses dernières projections économiques. Ces paris se révèlent constamment faux, et pas qu’un peu, mais les voici quand même :

Inflation :

  • – 5.1 % cette année
  • – 2.1 % en 2023
  • – 1.9 % en 2024

Croissance :

  • – 3.7 % cette année
  • – 2.8 % en 2023
  • – 1.6 % en 2024

Ces projections n’ayant pas pris en compte les sanctions annoncées par la Russie (cessation de certaines exportations), elles sont évidemment déjà caduques. Néanmoins, la BCE a divulgué un scénario moins rose en plus de ses projections officielles :

« Des sanctions plus strictes imposées à la Russie entraîneraient certaines perturbations dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. Des coupures persistantes de l’approvisionnement en gaz russe entraîneraient une hausse des coûts de l’énergie et une baisse de la production dans la zone euro. […] Dans un scénario « sévère », […] la croissance du PIB ne serait que de 2.3 % en 2022 alors que l’inflation atteindrait 7.1 %. Une croissance nettement plus faible et une inflation plus élevée, par rapport au scénario de base, seraient également observées en 2023. »

L’histoire ne dit pas ce que compte faire la BCE si jamais la Russie cesse également d’exporter du charbon et du pétrole, deux sources d’énergie que les Américains ne pourront pas nous fournir et dont la pénurie nous ferait instantanément plonger en récession…

Pour résumer, cela fait maintenant plus d’un an et demi que l’inflation s’affiche (officiellement…) au-dessus de 5 %, et nous sommes partis pour 7.1 % cette année. Ce qui nous fait bout à bout une inflation de 13.3 % en deux ans à peine.

En outre, il y a fort à parier que le scénario « sévère » de la BCE est loin du compte vu la tournure des événements. Il est donc à peu près certain que nous tomberons bientôt en récession si la Russie coupe véritablement les ponts avec l’Europe. La BCE ressortira alors sa planche à billets du placard et les hausses de taux ne seront plus qu’un lointain souvenir.

Voici pour terminer la projection de croissance réelle (taux de croissance – taux d’inflation) de la BCE. Un calme plat…

Source : BCE

Nous allons au devant d’une stagflation. Forte inflation et faible croissance. Il n’a jamais été aussi pressant de convertir son épargne en bitcoin !

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Nicolas Teterel avatar
Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !