Bons B. de Russie…

ven 15 Oct 2021 ▪ 8h55 ▪ 6 min de lecture - par Nicolas Teterel

Le président russe Vladimir Putin « pense que (le bitcoin) a de la valeur ». Beau pied de nez au CEO de JP Morgan Jamie Dimon qui lancait quelques jours plus tôt que le « bitcoin ne vaut rien »…

L’homme fort du Kremlin a toutefois tempéré ses dires en estimant qu’il est « trop tôt pour que (le bitcoin) puisse être utilisé pour les ventes de pétrole ».

La journaliste de CNBC H.Gamble venait de lui demander s’il faisait écho à son ministre de l’Énergie qui disait il y a quelques mois que nous « verrions bientôt des contrats d’approvisionnement en pétrole libellés dans d’autres devises que le dollar, peut-être même en crypto-monnaie » ?

En effet, les Américains veillent depuis 1975 à ce que la reine des énergies soit vendue exclusivement en dollar. Le fameux « privilège exorbitant » qui permet à l’oncle Sam d’afficher une balance commerciale chroniquement déficitaire sans que la valeur du billet vert ne s’effondre.

Mais pas que… Washington utilise aussi le dollar pour sanctionner les pays qui ne s’aligneraient pas sur sa politique étrangère. « Je pense que les États-Unis font une grave erreur en utilisant le dollar comme un instrument de sanction », a déclaré Mr Putin avant d’asséner que les pays du monde entier « commencent à réduire la part du dollar dans leurs réserves, même des alliés, c’est un fait statistique« .

[Le dollar ne représente « plus que » 59 % des réserves de devises des banques centrales. Au plus bas depuis 25 ans]

« Bien sûr, nous réduisons également la part du dollar dans nos propres réserves et dans nos règlements internationaux. […] À cet égard, nous pouvons dire que les États-Unis sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis, car le fait que le dollar soit la monnaie de réserve par excellence est un avantage compétitif absolu.« 

L’Iran sous embargo ne peut qu’acquiescer, elle qui a l’outrecuidance de défier l’empire en refusant de vendre son naphte en dollar. Toute banque étrangère qui oserait faciliter des importations de pétrole perse s’expose à des sanctions allant d’un bannissement des marchés US à l’interdiction d’utiliser le dollar. Ce qui revient à fermer boutique et la BNP Paribas en sait quelque chose…

Un seul pays ose braver l’embargo : la Chine. D’où la guerre commerciale des États-Unis qui sont allés jusqu’à déconnecter la banque centrale iranienne du réseau SWIFT qui noyaute toutes les transactions internationales.

Même la Russie s’est retrouvée menacée d’une déconnexion suite à la prise de la Crimée. Dmitri Medvedev avait prévenu à l’époque qu’une « exclusion du système international SWIFT serait l’équivalent d’une vraie déclaration de guerre ».

Moscou s’est depuis organisé en développant un intranet national « RuNet » destiné à garantir le fonctionnement des télécommunications et du système financier. Pour Dmitri Medvedev, son pays est « prêt » à se déconnecter de l’internet mondial. « Les États-Unis conservent des droits de contrôle clé sur l’Internet, ce qui pourrait entraîner la déconnexion de la Russie de l’Internet mondial si quelque chose d’extraordinaire se produisait. »

Les Russes n’ont pas non plus oublié de développer leur « propre réseau SWIFT », le SPFS (System for Transfer of Financial Messages). Ce système de transferts bancaires international indépendant permettra d’éviter le sort de l’Iran.

A la question de savoir si « le dollar est en passe de cesser d’être la monnaie de réserve mondiale« , V. Putin n’a pas manqué de railler la gargantuesque dette américaine :

« Le Congrès a décidé de relever le plafond de la dette nationale. De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’une hausse de l’inflation. […] L’inflation aux États-Unis augmente à un rythme qui n’a pas été vu depuis longtemps, ce qui sape la confiance dans la monnaie. Tout le monde se pose la question : « Et maintenant ? Que vont-ils faire face à cette dette colossale ? Vont-ils manipuler le dollar, vont-ils réduire sa valeur ? »

Terminons avec la punchline. Le tsar a déclaré que le bitcoin (les cryptomonnaies) « a le droit d’exister comme un moyen de paiement », rajoutant toutefois qu’il est « trop volatil pour libeller les contrats de pétrole ».

La relique barbare aurait-elle encore la préférence du président russe ? Il est vrai que la Russie en a accumulé énormément ces dernières années en prévision d’un retour du Gold Standard. Elle a d’ailleurs cessé d’en accumuler en 2020…

La Russie sera-t-elle le prochain pays à marcher dans les pas du Salvador ? Il est permis d’en douter quand on entend Vlad dire que « les crypto-monnaies ne sont encore sécurisées par rien »…

Ne manquez pas notre article : Du PétroDollar au PétroBitcoin sur la sale histoire du pétrodollar.

A
A
Nicolas Teterel

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 57 447,78 $ 0.83%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 701,01 $ 1.51%
DEFI (DEFIPERP) 12 862,00 $ 1.26%
MARKETS (ACWI) 102,87 $ -1.37%
GOLD (XAUUSD) 1 774,93 $ 0.08%
TECH (NDX) 16 135,92 $ -1.61%
CURRENCIES (EURUSD) 1,13 $ -0.03%
CURRENCIES (EURGBP) 0,852290 £ 0.04%
CRUDEOIL (USOIL) 66,67 $ -0.41%
IMM. US (REIT) 2 705,29 $ -2.04%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email