Royaume-Uni : La Digital Pound Foundation promeut le développement des CBDC

jeu 14 Oct 2021 ▪ 16h00 ▪ 3 min de lecture - par Clément Dubois

Le think tank veut s’assurer que le Royaume-Uni suit le rythme de l’évolution de l’environnement numérique émergent.

L’objectif de la DPF

La Digital Pound Foundation (DPF), un groupe d’experts en technologie, en innovation et en réglementation, a annoncé son lancement en tant qu’organisation indépendante à but non lucratif au Royaume-Uni.

Selon un communiqué publié jeudi, la DPF travaillera à promouvoir la mise en œuvre d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) dans le pays.

Comme indiqué précédemment par Cointelegraph, le gouvernement britannique a en effet créé en avril un groupe de travail sur la CBDC pour explorer les questions préliminaires liées à la création d’une monnaie numérique nationale.

La DPF, dans le cadre de son mandat déclaré, effectuera des recherches et collaborera avec les intervenants pour soutenir le projet CBDC du Royaume-Uni.

En plus de soutenir les efforts de développement, la fondation plaidera également en faveur d’une réglementation robuste pour le projet CBDC du Royaume-Uni ainsi que de dispositions juridiques favorables pour les monnaies numériques émises à titre privé.

Les opinions divergentes 

Selon Jeremy Wilson, président de la DPF, les ramifications sociales et technologiques d’une CBDC pour le Royaume-Uni sont profondes, d’où la nécessité de créer le groupe pour fournir le soutien nécessaire à toutes les parties prenantes.

La DPF pourrait probablement rejoindre le casting d’experts en paiement et en technologies financières déjà alignés par la Banque d’Angleterre pour contribuer aux efforts de développement de la CBDC du Royaume-Uni.

Récemment, le célèbre lanceur d’alerte et ancien agent de la Central Intelligence Agency des États-Unis Edward Snowden a décrit les CBDC comme une perversion des cryptomonnaies.

Dans une note écrite à Cointelegraph, Wilson a offert une opinion différente :

« Notre point de vue est que les CBDC ne devraient pas être considérées de la même façon que les cryptomonnaies. Les deux sont fondamentalement différentes dans leur conceptualisation, et dans les cas d’utilisation auxquels elles seraient respectivement appliquées. »

Selon ce communiqué, des membres associés rejoignent Wilson et les autres membres originaires de la DPF, notamment Ripple, Quant, Electroneum et The Realization Group.

Richard Ells, PDG d’Electroneum, siégera également au conseil d’administration du DPF. Selon Ells, les CBDC ont le potentiel de contribuer considérablement à la promotion d’une plus grande inclusion financière à travers le monde.

Cependant, il est à noter que dans une enquête auprès de 2 500 adultes au Royaume-Uni publiée en août, 30% des participants ont déclaré qu’une CBDC pourrait causer plus de mal que de bien dans le pays.

Clément Dubois

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.