A
A

Du Bitcoin (BTC) pour échapper à la tyrannie

mer 10 Fév 2021 ▪ 12h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Un monde sans banques serait un monde libre : Satoshi Nakamoto est-il un activiste des droits de l’homme ? Bitcoin (BTC) soutient les personnes vivant sous le joug des dictatures, certaines « assumées », d’autres déguisées en démocratie.

Le prix de la liberté

Le chief strategy officer de l’Human Rights Foundation, Alex Gladstein, a indiqué que Bitcoin permet d’échapper à la tyrannie,  et que sa valeur dépassait celle de son prix.

Gladstein a critiqué les détracteurs de Bitcoin comme Paul Krugman, qui vit selon lui dans un « environnement protégé dans une démocratie libérale avec des protections constitutionnelles ».

Gladstein ajoute qu’il est facile pour Krugman d’ouvrir un compte bancaire, compte tenu de l’hégémonie du dollar.

Selon lui, « économiser et faire des transactions en dehors du champ d’action du gouvernement » est un moyen de préserver la liberté, et non forcément « une affaire louche ».

Gladstein a cité plusieurs pays, dont la Chine, la Russie, la Biélorussie, le Nigéria, et le Myanmar, qui utilisent le contrôle qu’ils ont sur le système monétaire pour faire taire les défenseurs de droit de l’homme.

Pour Gladstein, Bitcoin offre un moyen  aux personnes qui vivent dans ces pays, de protéger leur argent contre l’inflation, via un système crypté dans le cyberespace. Bitcoin serait à la fois une monnaie numérique et un or digital.

Bitcoin finance la résistance mondiale

Les activistes biélorusses ont utilisé Bitcoin par le passé pour s’opposer au régime, en envoyant plus de 3 millions de dollars en BTC aux travailleurs en grève.

Ces derniers convertissaient le BTC en roubles sur les plateformes P2P, pour pouvoir nourrir leur famille, alors qu’il protestait contre la dictature dans le pays.

Le mouvement Endsars au Nigéria et le leader de l’opposition russe Alexei Navalny, ont utilisé Bitcoin pour financer leurs actions.

Bitcoin n’est cependant pas uniquement bénéfiques aux États où la démocratie reste fragile. Même les citoyens des démocraties fortes peuvent utiliser Bitcoin pour échapper à la surveillance accrue des gouvernements.

L’entrée des institutionnels bénéficie au prix du BTC, mais ne s’écarte-t-on pas de la philosophie de base de Bitcoin en voulant à tout prix que son prix atteigne les 6 chiffres ? Satoshi Nakamoto voulait créer un monde sans banques ; les requins de la finance traditionnelle se tournent pourtant progressivement vers le BTC , devenu trop cher pour les petits wallets. Le BTC est-il finalement la seule vraie démocratie ?

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !