Se connecter S'abonner

Jackson Hole : la réunion des banques centrales aux enjeux sans précédent.

Une des plus importantes conférence annuelle au monde, est la réunion annuelle des banques centrales dans une petite ville de tout juste 10 000 habitants. Créée en 1982, la conférence, nommée Economic Policy Symposium ou plus communément Jackson Hole, a évolué au cours des décennies. Les premières préoccupations concernaient le dollar, puis les pays émergents, et enfin l’évolution récente du système financier. Cette année, la réunion se déroulera du 26 au 28 août 2021. Très attendue par les marchés, l’issue de cette rencontre devrait permettre aux banques centrales de fixer le cap pour la fin de la reprise économique mondiale. Les enjeux sont considérables, car la situation économique demeure tout particulièrement instable.

Création du rituel Jackson Hole.

US Federal Reserve chair Jay Powell and Bank of England governor Mark Carney in Jackson Hole, Wyoming, on Friday © Reuters. 23rd of August 2019.

Le Jackson Hole a été créé à la fin des années 1970, et comprend aujourd’hui près de 70 pays depuis 1982. Initialement créée en 1978, la réunion accueille à partir de 1982 les présidents de la Réserve Fédérale Américaine, dont le premier fut Paul Volcker. Organisée par la Réserve Fédérale du Kansas, la réunion se tient dans le plus petit État des États-Unis en termes de population, à savoir le Wyoming.

Lors de cette réunion, on retrouve de nombreux banquiers centraux, des ministres de l’économie, des journalistes, des universitaires et des organisations financières. Ce rituel des banques centrales devient d’une importance capitale, car il encourage l’uniformisation de certaines politiques monétaires ou économiques, et influence donc le choix des banques centrales du monde entier.

Cette conférence rassemble près de 45 banquiers centraux, 5 membres de gouvernements, une dizaine de journalistes et de financiers, une vingtaine d’universitaires et de membres du système de la réserve fédérale américaine, etc. Plusieurs centaines de contributeurs (auteurs, modérateurs, etc…) participent également à l’évènement.

2021, l’année de toutes les dynamiques.

Discours de la FED plus réticent.

Alors que l’économie américaine est sortie de la crise, la banque centrale continue à injecter massivement des liquidités avec 120 milliards de dollars sur chaque mois. Dans son discours du 27 août 2021, le président de la banque centrale américaine (FED), précise :

« L’inflation a considérablement augmenté et restera probablement élevée au cours des prochains mois avant de se stabiliser […] Si nous voyions des signes que le chemin de l’inflation ou les anticipations d’inflation à plus long terme dépassaient de manière significative et persistante niveaux conformes à notre objectif [2%], nous serions prêts à ajuster la position de la politique monétaire. »

Dans une interview pour CNBC, Christopher Waller, un des gouverneurs de la FED, a précisé que la reprise très rapide de l’économie, et le retour sur les niveaux de chômage et de PIB d’avant la pandémie, avec une forte inflation, pourraient conduire à une réorientation majeure de la politique monétaire.

« Si on a entre 800.000 et 1 million de créations d’emplois dans les deux prochains rapports officiels (…) alors on aura regagné environ 85% des emplois perdus d’ici début septembre. […] C’est un progrès significatif et je pense qu’on pourrait être prêts à faire une annonce en septembre […] On devrait ne pas tarder à commencer et à un rythme assez rapide afin qu’on puisse commencer à relever les taux en 2022, si on doit le faire »

La FED anticipe une inflation de 2,1% sur 2021, en retour sur ses objectifs. Néanmoins, la faiblesse du chômage et la possible persistance des inflations de pénuries pourrait modifier sensiblement ce scénario. Ces annonces monétaires sont ainsi d’une importance majeure pour l’évolution des marchés financiers au cours des prochaines années. La réunion à venir fin août donnera aux marchés des précisions plus exactes sur les intentions des banques centrales pour les prochains trimestres.

Jackson Hole attendu pour l’après reprise.

Le thème au-devant cette année concerne « La politique macroéconomique dans une économie inégale ». Les thèmes précédents étaient « Implications pour les politiques monétaires dans la décennie à venir » (2020) ainsi que « Défi pour la politique monétaire » (2019). Cette réunion devrait ainsi apparaître comme un des déterminants des choix monétaires des banques centrales pour les prochains mois.

De plus, la hausse récente de la dette publique, et des marchés boursiers, a encouragé les inégalités, qui seront aussi au cœur de la conférence cette année. De plus, les marchés s’attendent à ce que les banques centrales précisent l’importance qu’elles accordent à l’inflation. L’inflation est très différente selon les pays. En Europe, l’inflation reste très limitée, tout comme la reprise de la croissance. Cependant, cette crise encourage la hausse de l’inflation moyenne à long terme, ce qui est plus dangereux.

Les banques centrales prennent conscience, au fur et à mesure, du fait que le retour pré-COVID implique un risque de récession plus rapidement élevé que prévu. L’enjeu majeur des banques centrales, en particulier aux États-Unis, est de retrouver rapidement une marge de manouvre. À ce jour, on attend une hausse des taux directeurs de la banque centrale américaine à partir de 2023. Cette hausse des taux intervient dans un contexte de nécessité de diminution du risque, en cas de nouveau déclin économique avant la fin de la décennie.

Volatilité économique et reprise.

Comme nous l’avons montré dans nos précédentes publications [voir], les banques centrales déterminent les performances des indices boursiers à long terme. Les décisions actuelles ont une influence forte sur l’évolution des marchés, et ce pendant plusieurs années. Les enjeux pour les banques centrales sont majeurs au fur et à mesure que l’économie rattrape « trop » fortement ses niveaux d’avant crise.

En parallèle, l’économie connaît une forte instabilité. Pour les États-Unis, la hausse de l’inflation au deuxième trimestre 2021 a connu sa plus forte progression depuis 1983 (avec une inflation annuelle de +5,4% en juin 2021). Dans le même temps, la vitesse de circulation de la monnaie s’effondre, avec -20% depuis le début de la crise ! Néanmoins, le PIB américain du deuxième trimestre 2021 demeure 4,7% au-dessus de son niveau du dernier trimestre 2019.  

De son côté, le taux de chômage poursuit son retour à la normale, avec 5,9% en juin, ce qui nous ramène aux niveaux de fin 2014. D’après mes estimations, la période moyenne avant d’assister à une récession avec ce niveau de chômage depuis 1950 est de 3,7 ans ; ce qui nous amène en moyenne autour de 2025/2026. L’importance pour les banques centrales de retrouver une marge de manœuvre avant cette date est donc capital. En clair, les banques centrales sont dans la contrainte de l’action rapide et intense au regard de la situation actuelle, ce qui peut faire changer drastiquement les perspectives financières d’un mois sur l’autre.

Volatilité et cryptomonnaies dans l’attente…

Les tensions récentes sur les indices boursiers, toujours sur des nouveaux records, montrent une faiblesse potentielle à moyen terme, c’est-à-dire avant 9 mois. Le VIX, la volatilité des actions américaines, est dans son canal « hors crise » des 12//20. Les signaux de perturbation se multiplient ces derniers temps, et l’intervention des banques centrales devrait jouer un rôle important dans l’évolution des indices pour les prochaines semaines.

De leur côté, les cryptomonnaies rebondissent fortement. Le Bitcoin a dessiné depuis juin 2021 une divergence haussière, c’est-à-dire une baisse des cours, avec en parallèle une hausse des indicateurs autour de la moyenne de variation. C’était un signal clair de hausse à venir vers le niveau seuil des 40 000$ [voir article]. Si les cryptomonnaies se maintiennent durablement au-dessus de 30 000$ dans les prochains mois, ce pourrait être un signal plus significatif de tendance positive pour les mois suivants.

Le rôle des banques centrales sera ainsi majeur. Les cryptomonnaies sont très sensible à la volatilité. Volatilité elle-même déterminée en grande partie par les décisions des banques centrales. Les annonces de septembre détermineront probablement la force des nouvelles tendances à suivre. Une retombée de la volatilité sur actions, avec des politiques peu regardantes de l’inflation, serait ainsi une bonne nouvelle pour les marchés dans leur ensemble. À l’inverse, la menace d’une politique plus restrictive aurait un impact probablement plus négatif et puissant sur les cours.

Conclusion

En définitive, la réunion annuelle des banques centrales dans le Wyoming concentre cette année des enjeux majeurs. Tandis que la rapidité de la reprise menace de détruire les marges de manouvres monétaires dans le temps, les banquiers centraux sont contraints d’alimenter pour quelques mois encore les marchés en liquidités. La forte volatilité économique que nous connaissons encourage des nouvelles dynamiques qui émergeront dans les prochaines décennies, à savoir plus de monopole d’État, plus d’inflation structurelle, et de mauvais ajustements économiques. La volatilité semble persister dans la récurrence de risques, tandis que les cryptomonnaies se rattrapent de la forte chute du printemps. La période de fin août et de début septembre seront ainsi déterminantes du fait des décisions des banques centrales.

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Auteur de plusieurs livres, rédacteur économique et financier sur plusieurs sites, je noue depuis de nombreuses années une véritable passion pour l’analyse et l’étude des marchés et de l’économie.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo