NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Le FMI n’est “pas contre” l’utilisation du Bitcoin

L’adoption du bitcoin comme monnaie nationale par le Salvador ne passe pas bien en très haut lieu. On sent de l’hostilité de la part du FMI et de la banque mondiale face à ce coup de théâtre. Il est donc temps de lever le voile sur ces deux temples du globalisme financier.

A quoi servent le FMI et la Banque mondiale ?

Ces deux institutions internationales font partie des trois piliers de l’architecture financière mondialiste occidentale avec la Banque des Règlements Internationaux.

Ce sont les accords de Bretton Woods qui créérent le FMI en 1945. Pour la petite histoire, il fut décidé de faire du dollar la monnaie de réserve internationale si bien que sa part dans les réserves de change des banques centrales passera de moins de 20 % à plus de 90 % entre 1945 et 1963. Cette domination s’est depuis étiolée mais le dollar représente toujours 60 % des réserves de change mondiales.

Ce cadeau ne fut toutefois pas gratuit. On obligea que le dollar soit librement convertible en or. Dit autrement, les nations avaient la possibilité de vider les stocks d’or des États-Unis si l’envie prenait à Washington de financer ses importations en abusant de la planche à billets.

Il fut également décidé que les taux de change seraient fixes. Chaque pays devait donc faire très attention à ce que sa balance commerciale soit à l’équilibre. Le FMI avait pour mission de prêter des dollars aux pays qui, pour x raison, ne parvenaient pas à maintenir leur taux de change fixe.

En échange de quoi ces pays devaient ingurgiter une soupe amère de redressement économique. Un potage « libéral » qui consiste aujourd’hui encore (si l’on veut parler franchement) à :

  • Forcer des excédents budgétaires en détruisant les politiques sociales ainsi qu’en privatisant tout ce qui peut l’être.
  • Ouvrir les frontières aux multinationales étrangères.

Bref, la souveraineté nationale est détruite, l’économie est bradée aux grandes puissances occidentales et la démocratie ne devient plus qu’un mot. Le FMI fait figure de bras armé financier occidental dont la mission est de s’assurer que les nations ne s’éloignent pas du marais néolibéral.

cartoon représentant un piège à loups avec un prêt du FMI comme appât
“Prêt du FMI”

La banque mondiale, également créée en 1945, se focalise davantage sur les pays du tiers-monde. Mais elle est aussi située à Washington et propage la même idéologie néolibérale et prédatrice… En effet, les taux d’intérêt sont souvent autour de 4 %.

Ces prêts ne servent qu’à rembourser d’autres prêts réalisés en euros et dollars sur les marchés financiers à des taux pouvant cette fois aller jusque 17 % (6 % en moyenne pour les pays d’Afrique)… En d’autres termes, la banque mondiale sert à perpetuer l’asservissement monétaire par un endettement ponzien…

Et comme au FMI, les États-Unis sont le seul pays à détenir plus de 15% des droits de vote, d’où un droit de veto de fait pour toutes les grandes décisions.

La banque mondiale boude le bitcoin

Le FMI a levé les sourcils peu après que le parlement du Salvador ait voté l’adoption du bitcoin comme monnaie nationale (à la « super majorité »).

« L’adoption du bitcoin comme monnaie soulève un certain nombre de questions macroéconomiques, financières et juridiques qui nécessitent une analyse très minutieuse », a déclaré la porte-parole du FMI, Mme Rice. « Les crypto-actifs peuvent présenter des risques importants et des mesures réglementaires efficaces sont donc très importantes ».

L’ancienne présidente du FMI, Christine Lagarde, a également eu quelques mots désagréables en rappelant avec sarcasme que le Salvador est un pays « sous programme » du FMI. En filigrane : “le Salvador ferait mieux de ne pas faire de vagues s’il veut continuer à bénéficier des prêts du FMI”…

La Banque mondiale a fait montre ce mercredi du même enthousiasme lorsque le Salvador lui a demandé d’accepter le bitcoin :

« Bien que le gouvernement du Salvador nous ait approchés à propos du bitcoin, ce n’est pas quelque chose que la Banque mondiale peut soutenir étant donné ses lacunes en matière d’environnement et de transparence ».

Et pourtant, comme le rappelle le magazine Forbes, les statuts fondateurs de la banque mondiale stipulent clairement qu’elle doit accepter toutes les monnaies nationales. Il n’y a donc pas de raisons que la banque mondiale refuse le bitcoin qui est la monnaie adoptée en âme et conscience par le Salvador.

Par ailleurs, il est risible d’entendre la banque mondiale critiquer l’empreinte carbone du bitcoin quand on sait qu’elle investit plusieurs milliards dans l’industrie fossile. Et puis à ce compte-là, pourquoi ne pas refuser l’or dont les mines génèrent largement plus de CO2 que le Bitcoin ? Sans parler des destructions environnementales et des centaines de milliers de tonnes de cyanure et de mercure rejetées dans la nature chque année…

En outre, il est désormais acquis que les 3/4 des mineurs de bitcoins utilisent déjà de l’énergie renouvelable. Enfin, la question de la transparence n’est pas sérieuse puisque toutes les transactions réalisées en Bitcoin peuvent être consultées de manière totalement transparente. Le Bitcoin est le système monétaire le plus transparent de tous les temps.

Tout cela étant dit, Alejandro Zelaya, le ministre des finances du Salvador a déclaré mercredi que les discussions avec le FMI ont été fructueuses, affirmant que l’institution de Bretton Woods n’était “pas contre” l’utilisation du bitcoin. La suite au prochain épisode…

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo