NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Vers une réorientation des politiques monétaires…

De nos jours, l’influence des politiques monétaires sur le système financier est majeure. Par exemple, le rôle des injections de liquidités dans l’évolution récente des cryptomonnaies est prépondérant. Les politiques monétaires actuelles consistent à créer de la monnaie ex nihilo. De très nombreux éléments tendent à nous montrer que cette solution, certes séduisante, émet chaque année des limites graduelles. Il est fortement possible que les deux prochaines décennies se traduisent par des logiques de réorientations des politiques monétaires. Ce qui aura mécaniquement des impacts financiers et sociaux majeurs.

Rôle et limites des politiques monétaires.

Les marchés financiers sont très liés aux politiques monétaires. L’évolution des liquidités disponibles est devenue un élément déterminant pour la volatilité et l’évolution de certains marchés [voir article]. Il est important de saisir le rôle actuel des politiques monétaires ainsi que leurs limites.

L’influence actuelle des politiques monétaires.

Ces deux dernières décennies, les banques centrales ont accumulé des responsabilités de plus en plus importantes. La base monétaire des États-Unis a été multipliée par 10 depuis 2000, ce qui est considérable. La répétition des crises à favoriser le développement d’une économie bipolaire : chaque crise nécessite un interventionnisme considérable afin d’éviter toute défaillance en chaîne des entreprises et de l’État.

En outre, les liquidités dirigent les marchés financiers à long terme. Le gonflement des dettes publiques profite directement au gonflement des marchés financiers, et des fortunes de ce monde. Les États créent les fortunés qu’ils dénoncent. Les politiques monétaires sont devenues déterminantes pour maintenir la hausse des marchés boursiers, les déficits publics, et une solvabilité soutenable. L’influence des banques centrales augmente donc au fur et à mesure que les États multiplient les déficits.

Réduction de l’efficacité des politiques monétaires.

Les politiques monétaires font face à diverses limites :

  • Un problème de vélocité (« Trappe de la vélocité »). Depuis 2000, la vitesse de circulation du dollar dans l’économie a chuté de 50%. Ce qui est considérable. C’est-à-dire que nous avons tendance à dépenser quantitativement deux fois moins qu’il y a 20 ans.
  • Problème d’endettement. L’augmentation de la monnaie en circulation conduit à une hausse mécanique de l’endettement. Cela ne fait qu’encourager la chute de rentabilité des entreprises et la stagnation des salaires.
  • L’irréversibilité des politiques monétaires. L’augmentation de la masse monétaire (et des dettes publiques) est devenue irréversible [voir article]. Une augmentation des quantités de monnaie dans le présent implique donc une création monétaire dans le futur.
Price simplified cycles
Source : www.andrieuthomas.com

En réalité, si nous remontons depuis 1700, nous observons la récurrence régulière de politiques monétaires expansionnistes. Pour le Bilan de la d’Angleterre[1], chacune des périodes expansionnistes dure en général de 26 à 27 ans : 1706-1732, 1808-1834, 1921-1947. En outre, on notera aussi les pics d’inflation de 1815, 1864, 1920, 1974, qui respectent également des régularités précises [voir article]. Ces risques inflationnistes dans les 15 prochaines années limitent d’autant plus l’efficacité des politiques monétaires.

Vers une réorientation des politiques monétaires ?

Changement de l’équilibre économique

Plusieurs éléments tendent à montrer que les banques centrales seront dans la contrainte de revoir leurs politiques, probablement autour de 2025/2026 et de 2032/2034. Ces deux périodes sont très cohérentes car elles sont tirées à la fois de l’étude de la croissance, des taux, de l’inflation et des marchés boursiers. Plusieurs éléments tendent ainsi à plaider en faveur d’une réorientation à long terme des politiques monétaires :

  • D’une part, le risque inflationniste [voir article]. L’inflation suit des logiques cycliques précises, en lien avec les cycles de croissance. Cycliquement, les deux prochaines décennies devraient marquer la résurgence de deux cycles inflationnistes, dont un majeur au milieu de la décennie 2030. Cela signifie la fin du cycle de désinflation (chute de l’inflation) que nous connaissons depuis 1981.
  • D’autre part, la dynamique cyclique économique et financière. L’étude de la croissance tend à montrer de possibles périodes de ralentissement d’ici à 2026, suivi de 2032 et 2034. De même, nous pouvons nous attendre à des performances moins soutenues des marchés financiers [voir cet article de Valentin Aufrand]. Les périodes à risques tirées de l’étude des marchés suivent sensiblement celles des taux et de l’économie.
  • Enfin, la récurrence de cycles monétaires. Les taux sont le cœur de nos économies endettées. L‘évolution des taux est structurellement cyclique, et il est presque impossible d’imaginer des taux hyper-négatifs [voir article].

En bref, aucune dynamique monétaire est éternelle ! La dérive budgétaire inquiétante des États implique depuis plus de dix ans implique désormais une dérive monétaire. En soutenant l’endettement public et privé, les banques centrales participent au maintien d’un équilibre de désinflation, de chute des taux et de la croissance et de hausse du chômage. Cette dynamique durera difficilement 10 à 15 ans de plus. L’Histoire montre que la modification des grands équilibres économiques implique une modification de l’équilibre monétaire.

L’impact sur les marchés financiers et les équilibres sociaux.

Nous l’avons vu, les politiques monétaires actuelles aboutissent globalement au maintien d’un équilibre d’endettement et de chute de la croissance, en particulier depuis 20 ans. Cette dynamique économique se traduit par exemple à travers une diminution de la hausse des salaires, une hausse de la pression fiscale, et des tensions sociales. Si les politiques monétaires venaient par exemple à devenir plus restrictives dans le futur, du fait de l’impossibilité de maintenir l’équilibre actuel d’ici 10 ou 15 ans, cela donnerait lieu à un changement sociétal majeur.

Effectivement, les États ont pris un poids prépondérant ces 40 dernières années. En 2020, les dépenses publiques françaises excèdent 60% du PIB, tandis que la pression fiscale tend vers 45% du PIB. Dans de nombreux pays, un tel écart n’est tenable que par la succession de déficits considérables, uniquement possibles par le soutien des banques centrales. Un tel monopole économique traduit inévitablement des tensions entre les populations actives et les populations inactives. Une modification des politiques monétaires traduira une modification des politiques budgétaires, avec des conséquences sociales profondes.

Cryptomonnaies, quel avenir ?

Les cryptomonnaies restent indéniablement liées à l’état global des marchés financiers. L’importance des liquidités disponible explique une très grande partie des mouvements haussiers ou correctifs puissants sur cryptomonnaies. Il fait de doutes sur le fait que les politiques des banques centrales sont une explication majeure à la hausse du cours des cryptomonnaies. Ainsi, une possible réorientation des politiques monétaires conduirait à l’émergence ou la chute de grandes classes d’actifs.

Une diminution de l’intervention des banques centrales conduirait systématiquement à une chute du cours des obligations, et un probable ralentissement des performances des actions, de l’immobilier, et de la plupart des actifs financiers. En cela, la nécessité de réorienter à long terme les politiques monétaires pourrait freiner l’émergence de certaines classes d’actifs, comme les cryptomonnaies.

Cependant, ce propos est à nuancer. En 2017 par exemple, le rallye haussier sur cryptomonnaies s’est aussi accompagné d’une politique de rigueur de la banque centrale américaine[2]. Une modification des politiques monétaires serait en effet possible dans un contexte de détente économique, ce qui est général bénéfique à des actifs comme les cryptomonnaies.

Signaux au vert ?

FRED

Du fait des politiques monétaires, les marchés suivent une perspective intéressante pour les prochaines années. En janvier 2018, les marchés actions sont entrés dans une zone de survalorisation du fait de la pénurie de liquidités (voir graphique ci-dessus avec les liquidités en bleu et les cours du S&P en rouge). En conséquence, les marchés les plus volatils comme celui des actifs numériques a fortement corrigé jusqu’en 2020. Le rebond massif des cryptomonnaies (et le rebond des actions) s’est débloqué quand les liquidités sont devenues très abondantes avec la crise sanitaire.

Ainsi, d’ici à 2024/2025, les liquidités disponibles devraient globalement rester supérieures aux valorisations. En conséquence, cela limite les risques d’effondrement du marché des cryptomonnaies et des actions. De plus, le développement d’un marché dérivé sur cryptomonnaies et les positions de nombreux institutionnels permettent la formation de supports plus solides.

En définitive, les politiques monétaires ne sont pas soutenables à (très) long terme. En cause, les risques inflationnistes, de vélocité, de chômage et d’endettement, les cycles monétaires, etc. La réorientation possible des politiques monétaires conduirait mécaniquement à l’émergence et la chute de grandes classes d’actifs, comme ce fut le cas dans les années 1980. Une réorientation des politiques monétaires mènerait par ailleurs à une réorientation des politiques budgétaires, ce qui devrait avoir des conséquences économiques et sociales stratégiques. Néanmoins, pour les prochaines années, la dynamique devrait rester sensiblement similaire au contexte actuel.


[1] Bank of England Balance Sheet – Total Assets in the United Kingdom (BOEBSTAUKA) | FRED | St. Louis Fed (stlouisfed.org)

[2] Quantitative Tightening.

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Auteur de plusieurs livres, rédacteur économique et financier sur plusieurs sites, je noue depuis de nombreuses années une véritable passion pour l’analyse et l’étude des marchés et de l’économie.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo