NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Les DEX servent-ils à blanchir massivement des cryptomonnaies ?

Les cryptomonnaies et les blockchains sur lesquelles elles s’appuient ont permis d’offrir une plus grande transparence sur les transactions qui s’effectuaient. Aujourd’hui, avec les bons outils, nous sommes donc capables d’analyser et mieux comprendre les différents flux de cryptomonnaies. C’est d’ailleurs la spécialité de certains projets, comme Scorechain, qui analyse en permanence tout ce qu’il se passe onchain ! Pour cet article, Scorechain nous a fourni des données, pour analyser notamment les mouvements de cryptomonnaies sur les DEX, et plus particulièrement sur Uniswap, pour les paires ETH, USDC et OCEAN.

La DeFi et les DEX

La DeFi est aujourd’hui au cœur des discussions tant les protocoles deviennent très largement utilisés dans l’industrie de la cryptommonnaie.

La finance décentralisée (DeFi) peut se définir comme l’ensemble des applications financières qui utilise des blockchains et des crypto-monnaies avec pour objectif de se défaire des intermédiaires financiers. Le but est de rendre la finance accessible à tous.

Les plateformes d’échange décentralisées (DEX) font partie des cas d’usage les plus utilisés aujourd’hui.

Ces protocoles de transactions sont souvent diabolisés par les régulateurs ou les détracteurs de l’écosystème puisque considérés comme une grande machine à laver pour cryptomonnaies “sales”.

Il est vrai que les DEX ne sont pas sujets aux obligations en terme de KYC mais cela ne peut pas constituer l’argument principal pour les incriminer de blanchisserie à cryptomonnaies.

Et si on y regarde de plus près ?

Cela tombe bien, le logiciel de gestions des risques et de lutte contre le blanchiment pour les cryptomonnaies et les actifs numériques de Scorechain est capable de tracer la provenance et la destination des fonds utilisés lors de swap sur les échanges décentralisés.

L’équipe Scorechain a analysé la provenance des fonds de USDC, ETH et OCEAN d’une des plus populaires plateformes d’échange crypto décentralisée : Uniswap. L’objectif était de de déterminer si ce DEX blanchissait abondamment ou non des cryptomonnaies.

Les résultats de l’analyse nous montrent que :

  • ETH. La plus grande partie des ETH entrants sur Uniswap proviennent de plateformes d’échanges (65%) pour lesquelles Scorechain définit un score de risque moyen, et puis environ 22% proviennent d’autres DEX. Seulement 1% proviennent d’échanges avec un score de risque élevé.
  • USDC. La majorité des USDC entrants sur Uniswap proviennent d’autres Dex (41%) et de plateformes d’échanges (37%) qui ont un score de risque moyen selon le système de notation de Scorechain, ces derniers ont des politiques KYC/AML qualifiées de moyennement risquées. Moins de 1% proviennent de hack (blanchiment).
  • OCEAN. Différent des résultats des USDC et ETH, la part d’OCEAN entrant provenant de hack est assez élevée : plus de 7%. Il apparaît que ce token est aimé par les hackers pour être échangé. OCEAN est un token peu médiatisé mais peut-être celui qui comptabilise le plus de fonds entrants “sales” sur la plateforme décentralisée.

Il est à noter qu’en moyenne le volume sur Uniswap est de 1,5 milliard de dollar par jour (tout token confondu) et que cette analyse porte sur les 5 derniers mois de trading des tokens, ce qui représente (conversion fiat au taux moyen sur la période) :

  • 13.497.903 OCEAN soit environ 6 millions $ ;
  • 3.511.015.340 USDC soit environ 3 milliards $ ;
  • 82.330.835 ETH soit environ 32 milliards $.

Les données relatives à OCEAN sont donc bien en deçà du volume moyen quotidien. Il est donc à modérer par rapport aux résultats observés sur Ethereum et l’USDC.

Cette analyse révèle que malgré l’absence de KYC et leur aspect décentralisé, les DEX ne sont pas des plateformes voués à blanchir massivement de l’argent. Pas plus que les cryptomonnaies en général, n’en déplaise à nos politiques. De plus, comme le prouve cette analyse de Scorechain, les criminels ont tout intérêt à fuir les cryptomonnaies pour opérer dans l’illégalité : ils sont facilement traçable !

Plus d’actions
Partagez

( Redacteur )

Je m’appelle Florian et je suis dans l’écosystème des cryptos depuis 2018. Je consacre mon temps à démocratiser au mieux ce monde passionnant ! C’est ce que je fais dans mon quotidien, notamment en tant que Rédacteur Chef adjoint pour CoinTribune !

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo