A
A

L’explosion des DAO et leurs enjeux selon Julien Bouteloup de Blackpool

lun 13 Déc 2021 ▪ 12h00 ▪ 13 min de lecture - par Jordan Tarlet

Les Decentralized Autonomous Community ou DAO prennent une place de plus en plus importante au sein de l’écosystème. Elles sont cependant parfois difficiles à comprendre et à appréhender. Aujourd’hui, pour en apprendre plus sur les DAO et les investissements qui y sont associés, Julien Bouteloup, fondateur de Blackpool DAO répond à nos questions.

1) Merci de prendre le temps d’échanger avec nous aujourd’hui Julien. Pour ceux qui ne te connaîtraient pas, pourrais-tu brièvement te présenter à nos lecteurs.

Je m’appelle Julien Bouteloup, et ça fait désormais un bon moment que je suis impliqué dans les écosystèmes de la DeFi et de la blockchain. J’ai initialement rejoint le milieu avec évidemment Bitcoin en 2011. Puis, j’ai assisté à la genèse d’Ethereum. De manière plus personnelle, j’ai un background dans les mathématiques appliquées, computer sciences et le trading. À ce titre, j’ai beaucoup travaillé au sein des pays émergents comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et sur des travaux assez lointains de l’écosystème crypto comme l’extraction de données satellites. Plus tard, j’ai découvert la DeFi, et grâce à ces expériences, j’ai pu très vite en saisir les différents enjeux. Ainsi, je nourris un grand intérêt pour les AMM (automated-market-maker), et j’ai rejoint de manière opérationnelle l’aventure DeFi dans le cadre du projet Curve.finance. Aujourd’hui, avec nos équipes, nous développons un véritable écosystème décentralisé au sein de nos projets : StakeDAO qui est un DEX (plateforme d’échange décentralisée de cryptoactifs offrant des stratégies yield génératrices), REKT, qui est une plateforme d’investigation plutôt technique et anonyme sur les projets crypto, et enfin Blackpool, qui est un fonds d’investissement décentralisé de type quantitative hedge fund. Concernant Blackpool, on apporte une véritable expertise pluridisciplinaire et communautaire au niveau de nos dynamiques d’investissement, et c’est, je pense, une de nos véritables forces. On investit dans de nombreux projets NFT, que cela soit du gaming, du real estate, ou bien du crypto-art. On a par exemple sous gestion la carte unique Sorare de Mbappé.

2) Aujourd’hui, l’explosion des NFT est indéniable. Un nombre croissant d’indivisions, c’est-à-dire de DAO apparaissent au sein de notre écosystème. Selon toi, pour quelles raisons les DAO ont une telle pertinence pour investir dans des actifs ou des projets NFT ?

En réalité, la crypto perturbe énormément les règles et certains fondamentaux de l’investissement institutionnel classique. Les hedge fund et VC (Venture Capital, fonds d’investissement) ne peuvent pas se positionner de manière individuelle sur des investissements au sein de la DeFi. En effet, l’évolution de cette industrie est beaucoup trop rapide. Le scope des projets pertinents et attractifs d’un point de vue investisseur est colossal. Pour attraper correctement ce train, il faut redéfinir la manière dont sont réalisées les recherches de projets ainsi que leur due diligence (recherches sur la solidité d’un projet pour un investisseur). Ces insights sur ces projets nouveaux, c’est notre communauté de Blackpool DAO qui nous les apportent. On est loin du modèle classique des VC institutionnelles avec une core team restreinte de quelques personnes qui gèrent l’ensemble du processus d’investissement. Au sein de Blackpool DAO, c’est un véritable cercle vertueux, car la communauté est par nature engagée. En mettant en avant des projets qui sont véritablement attractifs financièrement pour la DAO, c’est leur propre investissement sur le projet Blackpool qu’elle valorise. Cet objectif commun permet de gagner énormément de temps. En effet, on a une véritable agilité sur les ressources humaines, car des membres de la communauté peuvent prendre activement part aux étapes d’investissement. Enfin, cette prise de position de la part de la communauté est très libre et bien plus souple qu’elle ne pourrait l’être dans une industrie classique. C’est tous ces éléments qui font des DAO comme Blackpool des structures d’investissement très pertinentes.

3) Aujourd’hui, certaines DAO peuvent capitaliser énormément en matière d’actifs détenus. Cependant, les DAO ne sont qu’à leurs balbutiements. Selon toi, l’absence de cadre juridique clair pour ces indivisions constitue-t-elle une limite pour le développement de ces organisations, notamment avec l’apparition d’un nombre croissant d’acteurs institutionnels dans le monde des NFT (problème de contractualisation par exemple, de gestion, etc.) ?

Je pense que c’est un thème plus générique que celui très précis et spécifique des DAO que tu présentes. Globalement, c’est comme toute innovation disruptive au sein d’une société. Quand on regarde ce qu’il s’est passé récemment et en dehors de la blockchain et des cryptos, la révolution de la donnée partagée dans l’immobilier avec Airbnb est un bel exemple ayant déjà atteint le stade d’adoption de masse au sein des populations. Un autre exemple serait l’ubérisation. Ces projets n’étaient pas compatibles initialement avec la régulation, mais leurs évolutions et leurs croissances fulgurantes ont permis aux législateurs de comprendre les enjeux de ces industries naissantes et d’ainsi pouvoir adapter la loi à celles-ci, tout en clarifiant également la fiscalité qui leur est relative. Maintenant, dans la crypto et surtout la DeFi, on est se positionne sur un niveau de disruption encore supérieur, car le concept de fonctionnement peut apparaître comme absolument contre-intuitif. En plus de cela, l’innovation dans la DeFi ou bien les DAO est communautaire. Si tu demandes comment canaliser l’innovation dans les textes actuels des lois, je dirais que c’est très compliqué et que l’innovation n’a pas ce but. Construire une DAO respectueuse de l’ensemble des régulations est un enjeu colossal, car nous n’avons aucune idée de ce que sera la loi sur les DAO demain. C’est aux communautés de conduire progressivement des standards sur lesquels les législateurs pourront s’appuyer. À un niveau supérieur, interdire la crypto, les DAO, la DeFi, etc. c’est mettre à mal l’économie et la création de valeur colossale associée. Pourquoi interdire un stablecoin et pas une blockchain ? Les innovateurs, les builders, créent de la valeur et le rôle du régulateur est d’observer et de définir des limites pour empêcher des désastres.

Concrètement, la prise de risque va être clairement partagée avec les acteurs institutionnels. Un exemple récent, c’est le partenariat entre Tezos & Ubisoft pour le déploiement de Play2Earn. Plus vastement dans le gaming, les éditeurs de jeux vidéo vont vouloir venir apporter une nouvelle couche d’expérience. Leurs business models actuels reposent sur le pur plaisir des joueurs. La technologie blockchain permet de venir apporter une couche supplémentaire de communication, et donc une nouvelle création de valeur. C’est à la fois très excitant et dangereux. Mais la volonté de ces acteurs plus classiques de pousser l’écosystème DeFi et NFT est dans leur intérêt. Les DAO ont également un rôle majeur à jouer, et je ne pense pas que ces acteurs institutionnels prendront de haut les DAO, car dans le référentiel crypto-communautaire, les DAO sont les standards et les institutionnels les outsiders. Je n’ai aucun doute que dans un futur plus ou moins proche, on passera du « Maman je descends manger mais je finis ma partie » à « Maman je descends manger mais il reste encore 20 minutes et je gagne ce nouvel objet qui vaut 100 euros ».

4) Les tokens de DAO (DAO impliquant des NFT j’entends) permettent dans la plupart des cas de valoriser l’investissement initial des participants dans les DAO. Selon toi, quels sont les enjeux de ces tokens ?

Le token d’une DAO apporte un certain pouvoir dans le fonctionnement d’un fonds complètement décentralisé. C’est très utile, car le marché du NFT va encore beaucoup évoluer, et les investisseurs de la DAO doivent pouvoir se prononcer sur ces changements et faire entendre clairement leurs volontés. Ces tokens vont selon moi devenir des formes de dettes financières et de véritables outils décisionnels. C’est progressivement en train de devenir des formes nouvelles d’equity (actions d’une entreprise), car la participation à une prise de décision leur permettra de générer éventuellement des profits. Cette nouvelle forme d’equity est très liquide et je pense que ces tokens vont eux aussi évoluer dans leur format. Par exemple, pour investir aux premiers stades de certains projets, il sera nécessaire de détenir des tokens de gouvernance d’une certaine DAO par exemple. En ce qui concerne la valorisation du token, il existe selon moi un delta clair entre la valeur totale des actifs sous gestion de la DAO et la valeur du token de gouvernance. Cet écart de valeur se justifie pour toutes les raisons que l’on a eu l’occasion de décrire ci-dessus (on peut dire que cet écart est la valeur ajoutée de la communauté). Enfin, ce delta donne selon moi une forme de bear-resistance (résistance à la tendance baissière des marchés), car encore une fois il repose sur les avantages fondamentaux de la DAO (bien que le prix du token soit « drivé » par le marché).

5) Les DAO présentent encore des limites sur leur fonctionnement (gestion et applications des votes, accessibilité et responsabilités des membres, administration de l’infrastructure, etc.). Comment peut-on limiter ces risques fonctionnels tout en garantissant une décentralisation. 

Pour répondre à ces problèmes, les plus gros projets de DAO passent sur un modèle de gouvernance « full-chain » comme c’est le cas de Curve par exemple. L’ensemble des modifications du protocole et l’ensemble des démarches nécessaires pour arriver à ces modifications sont inscrites dans la blockchain. Ainsi, si un vote est effectué, le résultat qui en découle est immuable. Maintenant, ce modèle n’est pas sans faille, car les prises de décisions sont proportionnelles à la quantité de tokens détenus, et des gros acteurs comme Coinbase par exemple peuvent acheter une puissance de gouvernance du protocole, limitant nativement sa décentralisation malgré le full-chain. C’est toujours au sein des DAO une forme de confrontation au niveau de la gouvernance, notamment entre l’intérêt personnel d’un investisseur et l’intérêt global du projet. Pour décrire un peu le modèle du full-chain, c’est directement un morceau de code à intégrer dans le protocole qui est soumis, avec un vote suivi sur blockchain. Cependant, pour des raisons exceptionnelles, il existe sur certaines DAO comme Blackpool ou Aave un Emergency DAO Feature, qui est un comité multi-communautaire ayant pour capacité de stopper une proposition issue d’un vote approuvé si elle est véritablement dangereuse pour le protocole.

Naturellement, ce comité ne vient qu’en complémentarité des autres fondamentaux des DAO et n’est pas générique. En réalité, on peut considérer aujourd’hui deux formes de DAO : les « code DAO » dont on vient de parler (environ 20 % du nombre total de DAO) et les « reputation DAO » (la grande majorité, environ 80 %). On se rend ainsi compte que les DAO doivent suivre les choix de la communauté, car c’est le fondamental dominant de leurs modèles. Je conclurais en disant que DAO n’est pas encore un terme très standard et générique. Toutes les DAO présentent des particularités de fonctionnement qui leur sont propres. Cependant, malgré une décentralisation croissante, la présence d’une core team demeure nécessaire tant que les modèles des DAO ne seront pas plus aboutis.

Il devient aujourd’hui très clair que les DAO sont des entités de plus en plus puissantes au sein de l’industrie de la crypto. Leur décentralisation associée à des core teams permettent de définir progressivement des standards réplicables pour ces communautés. Les acteurs institutionnels seront amenés à communiquer et travailler avec ces écosystèmes. Enfin, ce qui est indéniable, c’est que les DAO n’en sont qu’à leurs débuts…

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Jordan Tarlet avatar
Jordan Tarlet

Issu du monde médical, je nourris un vrai intérêt pour les blockchains. Je suis convaincu que ces technologies seront un véritable axe de pivotement dans les années à venir. Je suis également un grand enthousiaste de la DeFi.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 23 924,00 $ 3.28%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 1 831,80 $ 7.5%
DEFI (DEFIPERP) 3 766,30 $ 6.3%
MARKETS (ACWI) 91,07 $ 1.82%
GOLD (XAUUSD) 1 800,86 $ 0.36%
TECH (NDX) 13 277,09 $ 2.07%
CURRENCIES (EURUSD) 1,03 $ 1.28%
CURRENCIES (EURGBP) 0,844450 £ -0.07%
CRUDEOIL (USOIL) 89,29 $ -1.35%
IMM. US (REIT) 2 620,66 $ 1.13%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Guides Crypto
Vous devez remplir le formulaire pour recevoir votre document
Partenaires Affiliés
Ovr logo OVR La plateforme metaverse- Visiter
Bybit logo Bybit La plateforme de trading en cryptos- Visiter
Huobi logo Huobi Plateforme d'échange de Cryptomonnaies- Visiter
Sorare Logo Sorare Le jeu de fantasy football mondial- Visiter
Etoro Logo Etoro Le trading social de cryptos Disclaimer: 78% des comptes CFD perdent de l'argent - Visiter
En bourse logo En Bourse Formations, applications et accompagnement dédiés aux traders indépendants- Visiter
Koffy logo Koffy Agrégateur d'infos Web3 propulsé par l'IA !- Visiter
Coinhouse logo Coinhouse L'objectif de Coinhouse est de rendre les crypto-actifs accessibles à toutes et à tous.- Visiter
crypto excel logo Crypto Excel Le gestionnaire de portefeuille crypto par excellence- Visiter