Se connecter S'abonner

2021 : l’année des investissements alternatifs ?

Au moment d’écrire l’un des derniers articles de notre tribune pour cette année 2020, j’ai du mal à me dire quel a été l’événement le plus marquant de l’année : le Covid-19 et ses répercussions économiques sans précédent ? Le cours du Bitcoin (BTC), qui perce son ATH et part tout droit to the moon ? La percée en or de notre métal précieux favori en août dernier ?  En tout état de cause, il faut dire qu’à l’heure de dresser le bilan d’une année pas comme les autres, les investisseurs ont eu du grain à moudre, tant ces événements ne pouvaient pas se prévoir. Si l’arrivée prochaine des vaccins pour lutter contre la Covid-19 devrait contribuer à doper l’économie en 2021 et ainsi faire repartir à la hausse certaines actions de sociétés cotées, les turbulences de l’année passée marqueront à tout jamais les esprits, et sans doute la fin d’un système traditionnel. Désormais, tous les projecteurs semblent tournés vers la reine des cryptomonnaies et bien entendu les investissements alternatifs, au premier rang desquels l’or et l’argent, mais aussi la finance verte et bien d’autres encore… Zoom sur les investissements alternatifs à ne pas rater pour bien débuter 2021!

Avertissement : Cet article vous est présenté par la société Veracash. Les investissements crypto sont risqués par nature, faites vos propres recherches et n’investissez que dans les limites de vos capacités financières. Cet article ne constitue pas une incitation à l’investissement.

Retour sur l’année de tous les records 

L’année 2020 s’est avérée être une année de défis, de pertes et d’opportunités pour les investisseurs et la société en général. Une année pas comme les autres, à bien des égards.

L’une des discussions phares durant la pandémie a porté sur la nécessité de diversifier les avoirs et de répartir les risques et les bénéfices sur un plus grand nombre de catégories d’actifs. Le débat sur les investissements alternatifs ne doit cependant pas se limiter à 2020, les facteurs de risque politiques et de santé publique prévalent, ce qui facilitera la poursuite de l’incertitude à moyen terme, de ce que nous en disent les principaux analystes.

Si en cette fin d’année, l’once d’or n’est pas parvenue à retrouver ses sommets d’août 2020 (1743€), il plafonne toutefois à 1530€ à l’heure où je vous parle. 

Cours de l’or en Euro depuis 6 mois
Cours de l’or en euro depuis 6 mois

De cette année de tous les records, on retiendra aussi le rapport direct entre les taux d’intérêt négatifs et le cours de l’or. La tendance n’a jamais aussi été vrai que ces derniers mois : cela n’aura échappé à personne, des taux d’intérêt réels négatifs sur la durée constituent une aubaine pour le métal jaune et l’inverse est vrai aussi.

« L’or continue de faire ce qu’il a toujours fait depuis des décennies : suivre les taux d’intérêt réels en sens inverse. »

Lyn Alden, analyste américaine

Ronnie Stoeferle l’a indiqué, la nomination de Yellen comme Secrétaire au Trésor du gouvernement américain de Joe Biden est une très bonne nouvelle pour l’or. A voir quand les banques centrales décideront de cesser leur “helicoptere money” et la planche à billet, mais nous avons encore une marge de manœuvre devant nous. L’or promet encore de beaux moments en 2021.

Tweet de Ronnie Stoeferle

2020 aura aussi été l’année du Bitcoin, à bien des égards, et la célèbre banque Goldman Sachs s’est exprimée récemment en déclarant que les deux meilleures valeurs refuges de l’histoire moderne pouvaient coexister.

La raison ?

La récente sous-performance de l’or par rapport aux taux réels et au dollar a fait craindre à certains investisseurs que le Bitcoin remplace l’or comme couverture de choix contre l’inflation”. Bien qu’il y ait eu une certaine substitution, nous ne voyons pas la popularité croissante du Bitcoin comme une menace existentielle au statut de l’or comme monnaie de dernier recours.”

Goldman Sachs

Une vision opposée à celle de JP Morgan par exemple qui voyait bien l’or digital détrôner la vieille relique au rang des meilleurs investissements alternatifs. Il faut dire qu’après avoir franchi la barre symbolique des 24 000$, on a de quoi regarder la lune pour imaginer les futurs sommets de la cryptomonnaie. Alors même que l’or frôlait les 2000$ cet été, le lingot semble pâlir devant la hausse du Bitcoin, mais il n’a pas dit son dernier mot.

Enfin, l’année 2020 restera bien entendu une année marquée par une pandémie mondiale, et l’arrivée d’une crise économique et financière sans précédent, poussant rapidement de nombreux investisseurs à trouver refuge dans le métal jaune notamment, mais également bien d’autres supports alternatifs. Nous vous en parlions dans un précédent article, même les métaux précieux se sont adaptés à la crise et de nombreuses sociétés ont proposé des services afin d’acheter de l’or ou de l’argent à distance. On retrouve parmi les leaders VeraCash par exemple et sa société mère Aucoffre.com qui ont déjà dématérialisé l’achat d’or et d’argent depuis de nombreuses années.

En 2021, la tendance devrait continuer d’intensifier le recours à des investissements alternatifs, notamment au vu de la crise qui continue de frapper l’ensemble du globe. Dans ces circonstances, regardons de plus près les avantages de recourir à ce type de support et les investissements à privilégier pour faire de votre année une occasion en or.

Les investissements alternatifs, pourquoi est-ce une bonne idée ? 

Un investissement alternatif est un actif financier autre que les actifs traditionnels cotés en bourse (actions, obligations, liquidités). Les plus courants sont les métaux précieux, l’immobilier, les objets de collection, les matières premières ou encore les fonds de placement privés. Mais d’autres commencent à se faire une réputation, c’est notamment le cas de la finance verte, particulièrement en vogue depuis quelques années.

Les investissements alternatifs offrent une diversification du portefeuille et un contrepoids aux actions, mais ils sont souvent illiquides, non réglementés et leur prix n’est pas clairement établi.

image pousse d'arbre

Comme indiqué, la pandémie a amené les investisseurs à se diversifier de deux manières, que l’on peut classer en deux grandes catégories. 

  • D’une part, les vétérans existants et profondément engagés se sont diversifiés dans de nouveaux domaines pour répartir leurs risques à l’avenir et se couvrir contre les pertes potentielles subies pendant la crise ;
  • D’autre part, nous avons les néophytes, qui investissent dans des secteurs naissants cherchant à se développer pendant la reprise.

Une autre caractéristique importante de la croissance des investissements alternatifs a été l’arrivée rapide de nouveaux arrivants, fournissant des technologies et des services innovants. Alors que certaines entreprises ont simplement complété les secteurs existants, d’autres créent de nouvelles manières de faire des affaires, avec par exemple le phénomène des Fintech, qui est à l’origine d’une reconceptualisation de la manière dont nous gérons notre argent.

Alors que nombre de ces entreprises en plein essor sont vouées au succès, la réponse réglementaire a été hésitante quant à la manière de mettre en œuvre un cadre de règles sur cette nouvelle façon de faire des affaires. Cette réglementation anticipée pourrait rendre plus difficile l’implantation de nouveaux venus, mais elle améliorera en fin de compte la position et la confiance du public dans les offres fintech existantes.

Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège d’arnaques qui ont le vent en poupe ces derniers temps et dont l’AMF alerte contre des pratiques illégales. En effet, ne vous jetez pas sur les premières propositions qui vous vendent les mérites et les meilleurs rendements d’investissements dans (par exemple) bouteilles de vin, un bout de forêt, des diamants, des panneaux photovoltaïques, ou encore du cannabis thérapeutique. Il est vrai qu’avec la faiblesse de rendements des placements proposés par les banques aujourd’hui, il peut sembler alléchant de dire oui au premier appel venu qui vous proposera des faux placements. L’AMF indique d’ailleurs qu’en 10 ans, cette année aura été la plus intense en termes de fraudes et d’arnaques, toutes plus insidieuses les unes que les autres. Les (fausses) propositions de placements atypiques ont donc le vent en poupe et c’est pour éviter ce genre de déconvenue que l’AMF, dans un communiqué récent a ajouté 78 adresses à sa liste noire pour 2020.

En début d’année, les fraudes aux produits atypiques les plus courantes concernaient surtout le vin, le whisky, le champagne. Désormais les conteneurs ont la cote, mais nous constatons aussi des fraudes multiproduits, c’est-à-dire des sites qui vous proposent un peu de tout et que nous surnommons ici “les supermarchés de l’arnaque”. Les offres frauduleuses d’investissements dans les cheptels, nombreuses en 2019, sont désormais moins fréquentes »

Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants et leur protection à l’AMF

Top 5 des investissements alternatifs pour 2021 

Si 2020 a annoncé la couleur en matière d’investissements alternatifs, le cru 2021 devrait donner de belles perspectives. Nul besoin de revenir sur le contexte actuel qui pousse de plus en plus d’investisseurs à sortir des fourches caudines du système financier classique pour se tourner vers des alternatives comme les métaux précieux, le bois, les nouvelles technologies ou les cryptomonnaies. Il n’y a qu’à voir les investissements monstrueux réalisés par la firme MicroStrategy en l’espace de quelques semaines dans Bitcoin pour comprendre que l’heure est au contournement d’un système financier classique en perdition. L’adoption et l’investissement dans des start-ups développant des technologies et des solutions est également en forte hausse, mais regardons avant tout le “must have” des investissements alternatifs.

En dépit de certaines évolutions défavorables telles que la hausse du chômage ou l’augmentation de la dette publique, les placements alternatifs reviennent au devant de la scène et devraient être sous les feux des projecteurs en 2021. Zoom sur les 5 investissements alternatifs sur lesquels il faudra parier dans les mois à venir.

Les métaux précieux 

Lingot d'or

Les métaux précieux gagnent bien souvent la bataille de crises économiques et financières internationales. Et pour cause, face à des taux d’intérêt négatifs, l’or et l’argent notamment profitent de situations agréables. Il se pourrait même que l’on fasse un remake des années 40 qui avaient particulièrement profité au métal jaune. A l’époque, la FED avait fait pression sur les taux d’intérêt, tout en laissant voguer l’inflation profitant ainsi à la vieille relique barbare.

Quant à l’argent, appelé aussi “l’or du pauvre”, il devrait profiter de la hausse du cours de l’or, mais également de la demande du secteur industriel notamment pour se faire une place de choix parmi les investisseurs souhaitant diversifier leurs actifs. 

L’or se situe ainsi toujours dans un cycle haussier et son rendement fluctue autour des 7% par an en moyenne depuis les années 1970.

graphique historique de l'or depuis 1980
Source : https://www.macrotrends.net/

VeraCash l’a d’ailleurs bien compris et continue de percer le marché des métaux précieux et de la dématérialisation en affichant clairement ses ambitions pour 2021 : être la néobanque de référence pour survivre à ce monde hostile en vous permettant d’adosser votre compte bancaire, votre épargne et votre carte bancaire aux métaux précieux (or, argent, diamant). Un positionnement stratégique développé depuis 2014 et qui porte ses fruits, d’autant plus aujourd’hui où le système financier classique est complètement remis en cause. 

En effectuant une levée de fonds importante début 2021, VeraCash entend continuer de développer son positionnement et s’ériger en leader d’un monde alternatif qui auraient bien tendance à prendre le pas sur le monde “classique”. 

VeraCash ne souhaite toutefois pas devenir un agent bancaire puisque la philosophie même de la boîte consister à débancariser, mais ils souhaitent asseoir leur statut de néobanque atypique principalement pour 3 raisons : 

  • garder leur indépendance liée à leur activité de gestion des métaux précieux,
  • conserver leur flexibilité en travaillant avec un ou plusieurs partenaires stratégiques
  • développer les moyens de paiements mais éviter le crédit qui contribue à créer “une économie infinie dans un monde fini”.

La société de Jean-François Faure qui compte aujourd’hui 30.000 utilisateurs et garde en coffres pour ses clients plus de 2 tonnes d’or et 19 tonnes d’argent métal n’a donc pas fini de nous surprendre et pourrait bien profiter de la vague jaune ou métal qui va s’abattre sur l’ensemble du monde.

Levée de fond de Veracash

Le bois 

forêt

La demande de bois bénéficie de deux facteurs structurels : l’essor des classes moyennes dans les pays émergents et le boom du e-commerce, mais également, outre-atlantique, d’une demande en pleine croissance de constructions en bois. En outre, les sociétés cotées de la filière du bois représentent un potentiel sérieux pour des investisseurs. L’investissement foncier forestier, moins connu que d’autres investissements présente pourtant de sérieux avantages, en termes de rentabilité mais surtout d’un point de vue de la fiscalité. 

Il existe aujourd’hui en France plusieurs manières d’investir dans du foncier forestier et ainsi d’impacter positivement son impôt sur le revenu ou l’impôt sur la fortune en ayant des avantages fiscaux indéniables : 

  • Acquisition de forêts, terrains en nature de bois, ou terrains à boiser (-18% d’impôt à partir d’un certain seuil)
  • Investir dans un groupe foncier forestier (GFF), une société d’épargne forestière (SEF) ou un Groupement d’intérêt économique et environnemental forestier (GIEEF) afin de faire de l’acquisition, vente et gestion de forêts (-18% d’impôt à partir d’un certain seuil)

Dans le domaine de l’investissement forestier, Ecotree, une jeune start up avance une proposition alléchante : vous faire investir dans des forêts pour les sauver et en profiter pour être rentable, à hauteur de 2% par an environ. L’offre semble intéressante et conserve un angle eco-friendly. 

Offre de valeur de EcoTree

En France, le nombre de transactions a augmenté en 2019 (+6,3%), et les prix ont légèrement baissé. Aujourd’hui, d’après Forestière.com, la surface totale vendue en 2019 atteint 139 400 ha, en progression de 7,1 % (9 300 ha supplémentaires). La valeur du marché atteint un record à 1,68 milliard d’euros (+ 4,9 %) ; les forêts non bâties représentent un tiers du total du marché (553 millions d’euros). Et si vous n’étiez pas encore convaincu, un dispositif d’encouragement fiscal à l’investissement forestier (Défi-Forêt) est renouvelé en France en 2021, alors n’hésitez plus !

Les énergies vertes / la finance verte 

arbre avec des dollars

Le thème est plus que d’actualité et nous avions déjà eu l’occasion d’en parler dans un précédent article, l’investissement responsable surfe sur une actualité bondissante. Plusieurs choix s’offrent à vous : 

  • Financer des opérations de crowdfunding dans le domaine des énergies vertes 
  • Financer des projets de transition énergétique, ou de finance verte 
  • Contribuer à faire de l’efficacité énergétique en finançant des projets et bénéficier d’économie d’énergies : c’est le pari fou que fait Steve Wozniak avec sa nouvelle start-up Efforce qui mêle cryptomonnaies et green deal. 45 ans après le lancement d’Apple, notre ingénieur remet le couvert et se lance dans une nouvelle aventure entrepreneuriale, on vous en parlais dans cet article
  • Faciliter les transactions d’énergies entre particuliers, financer de manière automatique l’entretien des éoliennes ou comment contribuer à la transition énergétique en investissant dans un Green Token rendu possible notamment par WPO que nous avons eu l’occasion de rencontrer chez Thecointribune. C’est le pari fou de cette jeune pousse déjà bien connu dans le milieu qui prend le meilleur des deux mondes :
schéma levée de fond Green Token

Au-delà de ces superbes initiatives, plusieurs fonds d’investissement alternatifs (FIA)  permettent d’investir en tenant compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), et proposent donc d’allier stratégie financière et éthique.

Les énergies propres sont de plus en plus compétitives. Les prix des panneaux solaires et des batteries chutent. La demande d’énergie est soutenue par le boom de l’IA, qui se traduit par une consommation d’électricité accrue. Les valeurs liées à la thématique de l’efficacité énergétique devraient aussi avoir le vent en poupe

Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement 

Les particuliers détiendraient 25% du montant des investissements responsables soit 30.700 milliards de dollars, selon le forum européen de l’investissement responsable Eurosif. De nombreuses banques et compagnies d’assurance s’y intéressent, alors il est peut être temps d’y jeter un oeil !

Les cryptomonnaies

cryptomonnaie

Le phénomène n’aura échappé à personne, et ce n’est pas sur Thecointribune que l’on vous dira le contraire : les cryptomonnaies sont sans aucun doute l’un des investissements les plus en vogue de la décennie, à la fois chez les particuliers mais aussi et surtout les investisseurs institutionnels. 

Selon Coinmarketcap la capitalisation boursière des cryptomonnaies dans le monde s’élevait à plus de 500 milliards d’euros en Novembre 2020. Malgré une forte volatilité et plusieurs bulles successives, le Bitcoin, roi des crypto-monnaies, enflamme les places de marchés depuis quelques semaines. Reposant sur une technologie révolutionnaire à bien des égards, les cryptomonnaies, longtemps considérées comme des objets spéculatifs prennent progressivement la place de véritables actifs sur lesquels parier à l’avenir : ce n’est pas pour rien si de grands firmes investissent largement dedans, si le phénomène de tokenisation prend de l’ampleur, et si les Etats eux-mêmes se mettent à vouloir créer le jumeau numérique grâce au phénomène des CBDC

schéma de capitalisation boursière des cryptomonnaies

Aujourd’hui, si l’on prend un peu de recul sur le phénomène, si le Bitcoin était une valeur du CAC 40 il dépasserait LVMH avec ses 332 milliards d’euros de capitalisation, le tout en… 12 ans. J’en conviens, cela file le tourni. Si vous vous demandez comment investir dans les cryptomonnaies, laquelle choisir, comment sécuriser ses wallets, et bien d’autres subtilités encore, vous êtes sur le meilleur média pour trouver votre bonheur, alors faites vous plaisir il y en aura pour tous les goûts !

Les métaux industriels 

métaux industriels comme le zinc

Le cuivre, le fer, l’aluminium, le zinc, autant de matériaux industriels nécessaires à la construction de nombreux biens de consommation aujourd’hui comme les véhicules par exemple ou les nouvelles technologies. Ayant subi un arrêt durant la première phase de la crise du COVID-19, ils repartent à la hausse notamment depuis le redémarrage du marché chinois. 

En novembre dernier, le cuivre, véritable baromètre du marché, s’échangeait à moins de 6800 dollars, le nickel était retombé sous les 16 000 dollars, l’aluminium plafonnait à 1800 dollars la tonne. Quant au marché du fer, il se négociait à 110 dollars la tonne, légèrement en-deçà de ses habitudes. Pour autant, seule la reprise de la Chine a fait exploser les investissements, et il faut dire que l’Empire du Milieu donne le tourni. Rien que la production d’acier a atteint un niveau historique en septembre dernier en produisant 3,09 millions de tonnes par jour, un record absolu !

Parmi les projections pour 2021, le zinc devrait continuer de profiter aux investisseurs, notamment eu égard au plan  quinquennal présenté par le Parti Communiste Chinois. De plus, l’Empire du Milieu très friand des métaux industriels devraient continuer de booster la production, à la fois dans des grands projets d’infrastructures mais aussi en vue de l’objectif de décarbonation de son économie : avec l’ambition de net zero (neutralité carbone) d’ici à 2060, comme nous vous l’annoncions la semaine dernière dans notre article dédié à la transition énergétique, les métaux qui se situent au coeur de l’électrification comme le cuivre ont de beaux jours devant eux.

Pour autant, la réalité du marché en tous points du globe est bien différente de celle observée en Chine, et les investisseurs doivent donc rester à l’affût. 

balance de l'offre et de la demande en métaux industriels
Balance offre/demande. Surplus de l’offre dû au Covid
Source : Bloomberg / Bloomberg Intelligence

En bref, l’année 2021 s’annonce pleine de rebondissements et devrait faire les beaux jours de nombreux investisseurs dans une situation toujours instable économiquement qui profite de fait aux investissements alternatifs. Avant toute chose, informez vous bien et n’investissez qu’en connaissance de cause car vous le savez, l’investissement est risqué par nature. Allez faire un tour chaque semaine dans la tribune des investissements alternatifs pour affûter votre esprit critique et vos stratégies. Pour ma part, je vous retrouve l’année prochaine !

Plus d’actions
Partagez

( Responsable Éditoriale )

Passionnée des nouvelles technologies, et de blockchain ! Dénicheuse de news tendances, des dernières évolutions du marché, et des pépites de l’écosystème, je me fais un plaisir de vous faire découvrir cet univers sous toutes ses couleurs.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo